Menu
Test dvd

La Rivière de la mort

DVD - Région 2
Sidonis / Calysta
Parution : 28 / 9 / 2015

Image

Pour cette rareté à la flatteuse réputation, l'éditeur Sidonis a déniché une copie vraiment superbe. Alors bien évidemment, le film n'a pas été restauré et il reste encore quelques taches, griffures, rayures ou brûlures de cigarettes ainsi que quelques plans ayant souffert de l'âge - soit flous, soit couverts par un léger voile devant les personnages (notamment lors d'une séquence ou deux soldats-sentinelles discutent sous un escarpement rocheux) - mais tout cela n'est vraiment pas du tout rédhibitoire ; au contraire, l'impression globale reste très positive. L'ensemble est plutôt propre, très contrasté, bien défini et heureusement très correctement compressé car sinon les nombreuses séquences nocturnes auraient souffert de pâtés de pixels ici très discrets. Un confort de visionnage donc tout à fait convenable et une belle réussite de la part de l'éditeur.

Son

Il n'y a pas de version française disponible mais seulement ne version originale avec des sous titres-français non débrayables. Sans en attendre des miracles, nous avons à faire à une piste assez claire et sans souffle intempestif, permettant de parfaitement bien entendre les dialogues et de laisser la puissante partition de Paul Dunlap prendre ses aises.

Suppléments

En plus de la bande-annonce du film (piochée directement sur Youtube) et d'une petite galerie de photos, on trouve pas moins de trois présentations pour ce western rare, celles de Yves Boisset (10 min), Patrick Brion (10 min 25) et Bertrand Tavernier (21 min 52). Yves Boisset évoque surtout très succinctement la carrière du cinéaste et des acteurs mais se fourvoie trop souvent dans les rumeurs "people" et lorsqu'il évoque le film en fin de présentation, il semble ne pas l'avoir vu, disant "un film assez amusant à regarder même si on ne peut pas dire que la représentation de la bataille de Little Big Horn soit particulièrement mémorable."  Et pour cause, le cinéaste ne l'a pas filmé ! Une fois encore l'intervention du réalisateur manque singulièrement de sérieux. Patrick Brion revient brièvement sur l'année westernienne 1951 avant de donner son avis sur ce film "déroutant" qui ne fait heureusement pas trop doublon avec l'intervention plus longue, plus érudite et surtout bien plus enthousiaste du toujours volubile et passionnant Bertrand Tavernier qui ne tarit pas d'éloges sur le film. Juste une chose que je regrette, c'est son retour positif sur Le Sorcier du Rio Grande (Arrowhead) alors que dans 50 ans de cinéma américain il parlait (à juste titre me concernant) de western navrant.

Par Erick Maurel - le 10 octobre 2015