Menu
Test dvd

La Piste de Santa Fé

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 6 / 7 / 2010

Image

Etant un film libre de droit, La Piste de Santa Fe a fait l’objet de plusieurs éditions DVD, y compris en France. Les plus connues à ce jour étaient celles éditées par Warner et Bach Films. Le DVD de chez Warner a fière allure, proposant une copie très propre, aux contrastes bien soulignés, à la stabilité sans faille, et à la compression idéale. Ce n’est pas parfait, mais c’est très correct. L’édition Bach Films est tout simplement hideuse, à dégouter de regarder le film. Vis-à-vis de ces deux éditions de référence dans l’hexagone, où se situe donc cette nouvelle édition concoctée par Wild Side ?

Et bien disons-le, la déception est de mise. Il faut bien sûr avouer que la collection appelée Vintage Classics propose des films rares, dans des copies abimées mais bien présentées : Mort à l’arrivée, Du sang dans le soleil, ou même L’Ange et le mauvais garçon ont tout de même bénéficié d’améliorations techniques nettement visibles au regard des éditions bas de gamme dont ils avaient éventuellement fait l’objet auparavant chez des éditeurs indépendants dénués de moyens. En revanche, cette collection, artistiquement intéressante au demeurant, ne jouit pas de la même attention technique que pour d’autres collections plus prestigieuses du même éditeur (telles que Les Introuvables, par exemple). En ce sens, La Piste de Santa Fe ne déroge pas à la règle. Dès le générique d’ouverture, on sent que quelque chose ne va pas. Et cela se confirme par la suite : les contrastes sont très moyens (sur les visages, les plans d’ensemble…), la définition proposée par le DVD reste insuffisante la plupart du temps. Le niveau de détails est assez bas et les noirs ne sont pas très beaux, ce qui se remarque particulièrement sur les uniformes foncés des soldats de l’Union, ou bien dans les scènes nocturnes. La propreté de la copie est toute relative, car il subsiste notamment pas mal de parasites (scratches et points blancs). De plus, les panneaux écrits indiquant la progression de l’histoire durant le film ne bénéficient pas d’une lisibilité exceptionnelle. Et ce n’est pas terminé, car l’ensemble du film se voit attribuer un noir et blanc peu flatteur. Ce n’est pas catastrophique, d’autant que le bond qualitatif depuis l’édition Bach Films est très visible, mais l’on n’est pas convaincu pour autant. Michael Curtiz est un cinéaste privilégiant une photographie très contrastée, n’hésitant pas à faire appel à différents types de lumière. Ses performances plastiques ne sont guère mises en valeur dans cette copie proposée par Wild Side, surtout en comparaison avec l’édition Warner, infiniment plus riche techniquement parlant. Il n’y a qu’à observer la séquence de l’exécution de John Brown, sur l’échafaud, pour s’en rendre compte. La photographie est assez sombre et offre une gamme de noirs et de gris très belle sur le DVD Warner, tandis que la même scène tire uniquement sur une déclinaison de gris bien moins pertinente chez Wild Side. Enfin, on note des soucis de compression. Malheureusement, le transfert numérique pixellise régulièrement, parfois abondamment, et gêne davantage la lisibilité du film avec des effets de trame assez nombreux. Dans l’ensemble, l’image est très limite, à moins que l’on ne regarde le film sur un téléviseur assez petit. Il est vrai que l’on a vu bien mieux de la part de Wild Side, et aussi sur ce film en particulier (cf. l’édition Warner).

Son

Le son est un peu mieux loti. Une version originale assez claire est disponible, de laquelle se détachent des voix et des intonations compréhensibles. Toutefois, en montant un peu le volume, la piste sature assez vite, avec un souffle régulier en arrière-fond. En comparaison, l’édition Warner propose une piste originale mieux conservée et plus pêchue. Des sous-titres français sont bien entendu disponibles.

Suppléments

Aucun bonus, si ce n’est une jaquette donnant cinq bonnes raisons de voir le film. Les anecdotes qui y sont affichées sont intéressantes et ludiques, mais surtout pour celles ou ceux qui ne connaissent pas bien le contexte du film ni les carrières des artistes qui y ont participé.

En conclusion, on retiendra l’incontestable supériorité technique de l’édition Warner, avec sa belle copie solidement transférée sur le DVD. Mais, cette édition commençant à se faire rare dans les bacs, on pourra se rabattre sur cette nouvelle mouture proposée par Wild Side. Cet éditeur propose facilement la seconde meilleure édition du film en France… C’est dire aussi la qualité des autres DVD ayant vu le jour auparavant ! En outre, il est bon de rappeler que la collection dans son ensemble est financièrement accessible et propose des films dans des copies souvent satisfaisantes, bien meilleures que les anciennes éditions diverses et variées (quand celles-ci existent). Il faut donc relativiser la qualité de ce DVD, en ayant bien en tête qu’il s’agit également de l’unique titre de la collection qui existait déjà dans une édition confectionnée par une Major, en provenance directe de ses propres archives. Face à cela, il était presque inévitable que la copie de Wild Side soit moins bonne. Espérons en tous les cas que l’éditeur continue ses efforts avec d’autres titres. Du sang dans le soleil, Le Voyage de la peur, L’Ange et le mauvais garçon ou encore Mort à l’arrivée constituaient de jolies surprises. Quant à la toute nouvelle édition de La Chevauchée des bannis, elle représente même un événement à tous points de vue.

Par Julien Léonard - le 28 juillet 2010