Menu
Test dvd

La Fille des prairies

DVD - Région 2
Sidonis / Calysta
Parution : 12 / 9 / 2017

Image

Ce très joli western de George Sherman était déjà sorti en France en DVD en 2012. Qu'allait-on gagner avec cette nouvelle édition si ce n'est une anamorphose 16/9 sans toutefois que le format n'ait heureusement été touché (il n'est pas inutile de le rappeler pour ceux qui confondent format vidéo et format cinéma) ? Pas grand-chose à vrai dire ! La copie aux multiples scories n'est guère en plus vaillant état que la précédente, surexposée - les blancs sont souvent brûlés -, sale et à la définition quasi inexistante : le réducteur de bruit est passé par là. Il reste des couleurs parfois pimpantes - la colorimétrie est un peu plus chaude que celle de la copie sortie chez Universal - et un confort de visionnage cependant pas trop rédhibitoire pour les moins exigeants. Quel intérêt de ressortir ce film dans un état très moyen, proche de l'édition déjà existante excepté dans un souci de plus grande exhaustivité pour la collection d'Alain Carradore ?

Son

Une seule piste sonore est proposée, la version originale qui se trouve être en bon état : claire, plutôt dynamique et sans souffle intempestif. Une belle surprise pour un film de cet âge. Néanmoins, et une fois n'est pas coutume, il est non seulement impossible de désactiver les sous-titres sur votre lecteur de salon mais également par l'intermédiaire du programme VLC sur PC ; comme si les sous-titres étaient incrustés façon VHS !

Suppléments

Outre un trailer de toutes les sorties westerns et films noirs de septembre - on regrette un peu ceux alléchants qui annonçaient les fournées futures - ainsi que l'habituelle galerie de photos uniquement composée d'affiches, les suppléments nous proposent les présentations complémentaires du film par Patrick Brion (8 min 24) et Bertrand Tavernier (20 min 17), entrecoupées d'un peu trop d'extraits à mon goût. Comme à son habitude, Patrick Brion évoque surtout les à-côtés (les westerns de l'année 1949, les participants au casting, les libertés prises par les auteurs par rapport aux faits réels...) sans vraiment s'appesantir sur le film - ou alors très brièvement, louant par exemple ici son final touchant. Alors que c'est l'inverse concernant Bertrand Tavernier, qui explique avec passion et en prenant son temps en quoi il s'agit d'un des très bons films de George Sherman. Par le fait d'intégrer une collection aussi prestigieuse et de se voir en plus affublé d'intéressants suppléments, le film de George Sherman, malgré une copie très décevante même si non rédhibitoire, pourrait donc trouver preneurs pour un éventuel nouveau passage à la caisse !

Un grand merci à monsieur Tavernier de faire une fois encore - et ici à deux reprises - allusion à notre site et à nos chroniques ; c'est toujours un plaisir d'être "adoubé" par une telle pointure qu'à la rédaction nous tenons en très haute estime, que ce soit l'historien du cinéma, le réalisateur ou l'homme public.

Par Erick Maurel - le 16 septembre 2017