Menu
Test dvd

La Charge héroïque

DVD - Région 2
Editions Montparnasse
Parution : 6 / 11 / 2007

Image

Le DVD reprend le master de la première édition, à savoir le plus beau travail jamais effectué par les Editions Montparnasse que ce soit au niveau restauration ou compression : une copie somptueuse qui nous fait redécouvrir ce chef-d’œuvre absolu dans un confort optimal avec des couleurs flamboyantes jamais vues jusqu’à présent pour ce film sur n’importe quel autre support que ce soit. L’image étant déjà un régal pour les yeux, il était difficile de faire mieux.

Son

En revanche, en plus de la piste mono de très bonne tenue, nous est proposé une piste en Dolby Digital 5.1 discrète et contribuant à donner une encore plus grande clarté à cette bande son. Bref, la quasi-perfection technique à tous les niveaux.

Suppléments

Une bande annonce d’époque horriblement abîmée, sans presque plus aucunes couleurs et annonçant un style de film totalement contraire au chef d’œuvre de Ford. Elle nous fait croire entre autre que le personnage de Joanne Dru est une femme provocante pour qui tous les hommes vont être prêts à mourir !!! Comme on peut le constater, ce n’est pas un phénomène nouveau que la bêtise souvent abyssale d’une majorité de bandes-annonces.

Une galerie de tableaux de Frederic Remington, le peintre dont Ford dit s’être beaucoup inspiré pour sa trilogie "cavalerie". On s’aperçoit alors qu’effectivement les poses et les cadrages sont parfois littéralement copiées par le cinéaste sur les œuvres du peintre auxquelles toutefois Ford a rajouté sa touche personnelle qui nous est si chère, son humanisme et sa chaleur humaine, les tableaux de Remington étant d’une grande froideur.

A ribbon on the land : analyse du film par Tag Gallagher à l’aide d’un montage exclusivement réalisé à partir d’extraits de La charge héroïque. Cet écrivain et collaborateur de revue telles Les Cahiers du cinéma, Trafic ou Film comment ne m’a pas semblé avoir été conquis par le film ou, s’il l’a été, sa passion ne transparaît à aucun moment puisqu’il n’a à peu près rien à dire d’intéressant sur ce chef-d’œuvre. Ces 17 minutes nous semblent alors durer une éternité d’autant plus que les images du film sont tirées d’une autre et hideuse copie extrêmement mal compressée : seul avantage, nous faire nous rendre compte de la différence avec la superbe copie proposée pour le film.

Un entretien avec John Ford dirigé par son propre petit fils (sa fille étant aussi présente). Se déroulant avec pour arrière fond le film lui-même, cet entretien est intéressant car il n’est pas courant d’entendre parler ce génie du cinéma. Malheureusement, à cette époque, Ford accusait le coup de la vieillesse et il ne cesse de faire répéter les questions. D’une durée d’environ 25 minutes, ce supplément nous apprend tout de même quelques anecdotes de tournage et la vision qu’avait Ford de son film et de la mise en scène. John Ford n’hésite d’ailleurs pas à remettre à sa place son fils quand celui-ci, pas modeste pour un sou, sort des contre-vérités ou des erreurs d’interprétation sur l’œuvre de son père. John Ford se livre librement, sans arrière pensée, quitte à rabrouer les intervieweurs.

Elle portait un ruban jaune : bonus produit et réalisé par l’éditeur lui-même, cet entretien de 20 minutes avec Bernard Eisenschitz est de loin le morceau le plus passionnant de ce DVD. Le rédacteur en chef de la revue Cinéma sait de quoi il parle et lui, a visiblement adoré le film dont il partage l’idée avec moi qu’il s’agit là, plastiquement, de la plus belle réussite de Ford. Cet entretien est divisé en plusieurs parties toutes plus intéressantes les unes que les autres ; Eisenschitz, très à l’aise, éloquent et convaincant, revient entre autre sur les relations que Ford entretenait avec l’armée dans son œuvre, sur le fait que Ford a toujours été du côté des opprimés et des Indiens en particulier (ça ne fait pas de mal de mettre une nouvelle fois les pendules à l’heure alors que trop de monde encore traite le cinéaste de réactionnaire), sur la nostalgie poignante de cette œuvre crépusculaire à nulle autre pareille. 20 minutes essentielles et qui conforteront les amoureux de ce film qui se sentiront ainsi encore un peu moins esseulés..

Outre ces bonus, nous trouvons dans cette édition un livret de 16 pages superbement maquetté. Il contient de splendides images du film en noir et blanc illustrant des repères biographiques sur John Ford, une belle et courte analyse du film par Clélia Cohen, et enfin une filmographie sélective du grand cinéaste américain.

Par Erick Maurel - le 22 décembre 2007