Menu
Test dvd

Goyôkin

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 1 / 1 / 2006

Image

Une très belle restitution de la somptueuse photographie glaciale de Kozo Okazaki, le master est quasiment exempt de défauts, à peine un point blanc de ci de là. Hormis quelques arrière-plans un peu instables, la compression sait se faire discrète. Du beau travail dans l’ensemble.

Son

Le mono d’origine est dans l’ensemble assez clair, mais montre vite ses limites et sature assez facilement lorsque les dialogues montent dans les aigus et sur certaines parties de la bande originale, malheureusement pour la superbe partition de Masaru Satô. L’ensemble reste toutefois parfaitement audible.

Suppléments

1er disque :

- Présentation du réalisateur par Julien Seveon, 4 mn 30 : le journaliste synthétise de façon parfois répétitive la carrière et les thématiques d’Hideo Gosha ; idéal pour une première approche du cinéaste.

- Galerie Photos Couleur : une vingtaine de photos tirées du film.

- Galerie Photos Noir et Blanc : une quarantaine de photos issues encore une fois du film.

- Filmographies : Ruriko Asaoka et Tatsuya Nakadai

- Liens internet

2ème disque :

Autour de Goyokin :

- Entretien avec Tatsuya Nakadai, 11 mn 50 : l’interprète d’un grand nombre de classiques, parmi lesquels Kagemusha et Harakiri, se souvient de sa rencontre et de son travail avec Hideo Gosha. Entre autres anecdotes, il nous explique que la tempête de neige de la séquence finale de Goyokin n’est pas un effet spécial mais un accident météorologique dont ils profitèrent, modifiant ainsi le script original.

- Entretien avec Sakai Seiichi, 14 mn : l’assistant monteur nous raconte les conditions de tournage parfois éprouvantes avec Gosha - il dut attendre trois ans avant que celui-ci ne retienne son nom et lui adresse la parole. Il se livre également à un exercice de comparaison avec The Master Gunfighter, remake officieux de Goyokin.

- Images d’époque commentées par Kozo Okazaki, 17 mn : ce supplément est présenté en deux partie, la première étant constituée d’images du tournage, dans un état de conservation médiocre, sans doute tirées d’une VHS - un carton nous prévient d’ailleurs que les sources en 16 mm ont disparu -, la seconde présentant des photos en noir et blanc. Le chef opérateur se contente souvent de décrire ce qui se passe à l’écran, mais s’attarde néanmoins longuement sur la nouvelle caméra Panavision. Il évoque également le tournage par – 20° celsius.

La Lumière dans l’Ombre - Kozo Okazaki :

- Entretien avec Kozo Okazaki, 21 mn : le chef opérateur évoque sa carrière, depuis ses débuts comme stagiaire passionné de photo jusqu’à sa collaboration avec Joseph Von Sternberg, en passant par les reportages sportifs et les films de propagande, et nous fait part de ses considérations sur le cinéma japonais actuel. Très intéressant, mais un peu court.

- Revue d’archives, 15 mn : Okazaki feuillette ici un album de photos et évoque des souvenirs de collaborations avec des réalisateurs aussi divers que Sydney Pollack, Masaki Kobayashi ou John Frankenheimer. Même si certains points ont déjà été évoqués dans le précédent supplément, il ne manque pas non plus d’intérêt.

- Retour sur Goyokin par Kozo Okazaki, 27 mn : cette fois, le chef opérateur nous livre ses souvenirs concernant le film qui nous intéresse spécifiquement. Il le remet dans son contexte de production et en souligne les innovations, livrant ainsi une sorte de commentaire particulièrement érudit.

Tous ces suppléments sont présentés en version originale sous-titrée en français.

Par Frank Suzanne - le 9 décembre 2004