Menu
Test dvd

Description d'un combat

DVD - Région 2
Tamasa
Parution : 7 / 2 / 2017

Image

 Format 1:66 respecté. La copie masterisée en 2K par Tamasa s'avère assez irréprochable: du grain, mais pas de griffures ou de mouvances. Description d'un combat est l'oeuvre d'un photographe et le rendu des couleurs, lumières et textures fait ici honneur à son oeil exceptionnel. C'est un plaisir de découvrir un film longtemps maintenu aux limites de l'invisibilité dans ces pimpantes, mais nuancées, conditions.

Son

Un mono respecté. Le rendu sonore paraît plus "daté" que la copie. Rien cependant qui ne péjore substantiellement le visionnage. 

Suppléments

Description d'un souvenir (Dan Geva, 2006 - 1h20 - VOSTF)

En 2006, soit 46 ans après l'original, Dan Geva, cinéaste israélien, part à la recherche, au présent, des « signes d'Israël » convoqués par Chris Marker. Que sont devenus les enfants, les adultes, éventuellement les vieillards, se partageant le cadre de son aîné ? En dépit de l'usage d'une focale Jean-Marie Poiré à la pertinence discutable (manière un brin littéraliste d'assumer un point de vue déformé par sa propre subjectivité), il s'avère d'une intelligence certaine dans son usage des images de l'oeuvre re-travaillée à même la bobine. Deux constats : la direction militariste d'une collectivité cimentée par un mur, minée par ses sans-abris, les minorités qu'elle ne veut pas voir (que Marker, déjà, filmait), d'abord ; la bonne veine de certains enfants dans la poursuite de leur vocation, ensuite... tel petit joueur d'échec devenu une pointure des mathématiques, ces deux garçons s'exerçant au dessin de plans ayant accédé au statut d'architectes reconnus. Cela par opposition implicite au sort d'Ali - le coureur à la caisse à savon -, simple d'esprit depuis un coup reçu sur le crâne. Le jeu de balancier du passé au présent se tient sur deux pivots dramatiques : une amitié d'enfance, voyant Geva et un voisin de son âge prendre deux positions politiquement opposées, perpétuant leur amitié malgré tout et le départ pour... l'Angleterre (on pouvait difficilement faire plus symbolique) de la jeune fille au fuseau que Marker élisait en icône conclusive du pays.

Le mail élogieux de sa source d'inspiration à Geva est disponible (traduit de l'anglais au français) dans le livret de Tamasa: « Il me semble que Description d'un souvenir est la meilleure chose qui me soit jamais arrivée en tant que réalisateur (bien que j'appartienne de moins en moins à cette catégorie) à l'exception peut-être du bar à Tokyo qui fut baptisé La Jetée. Par delà l'inspiration et l'hommage, il y a dans votre film une réelle beauté, un rythme sans faille, la perfection de la bande-son et l'audace de l'image. Dieu sait combien de jeunes réalisateurs ai-je mis en garde contre l'utilisation de l'objectif "fish eye"! L'usage que vous en avez fait est parfaitement justifié et en relation étroite avec la structure du film, comme si tout commençait dans une bulle dont personne ne pouvait s'échapper. Quant à mon film, vous en avez extrait avec grande générosité les seuls éléments qui demeuraient encore significatifs aujourd'hui et les avez élevés à un seuil qui permet d'aborder les thèmes actuellement essentiels. Certaines rencontres (en ce qui me concerne) sont extrêmement émouvantes, et la découverte, à la fin, de cette enfant au long cou de cygne, pulvérise, d'un point de vue scénaristique, tout feuilleton. Jamais satisfait de mes films, je suis cependant conscient d'avoir pu entrouvrir quelques portes, indiquer quelques directions... et mon souhait secret fut toujours que quelqu'un puisse prendre la relève et transformer mes croquis en peinture accomplie. Ce souhait sera donc réalisé une fois seulement, et je ne pourrais jamais assez vous en remercier. Chris » 

Livret de 84 pages par Christophe Chazalon & Eric Le Roy

Au sommaire de ce complément fort utile au(x) film(s) : une introduction d'Eric Le Roy rappelant le contexte présidant à la réalisation de Description d'un combat (une commande d'un type particulier), une analyse approfondie de Christophe Chazalon (Genevois s'occupant du site www.chrismarker.ch), une interview de sa monteuse, Eva Zora, qui ne cache pas qu'il ne s'agit pas de son Marker préféré, ainsi que des extraits de l'auteur, ne considérant lui-même pas ce titre comme un fait de gloire. L'éloge est donc paradoxalement plus ici du côté des exégètes que des artisans eux-mêmes. Une interview (partiellement tronquée) de Dan Geva au sujet de Description d'un souvenir vient, avant la fiche technique, conclure le tout. L'ouvrage est un accompagnement pédagogique idéal à un film plus complexe, et moins décidable, qu'il n'y paraît - ainsi qu'à sa suite, dont l'iconoclasme était appelé des voeux de son prédécesseur lui-même. 

Film-annonce disponible sur le premier disque

Par Jean Gavril Sluka - le 22 février 2017