Menu
Test dvd

Coffret Louise Brooks

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 3 / 11 / 2004

Image

Il est évident que le dévédévore habitué aux images cristallines des sorties récentes doit revoir ses standards quand il fait face à la version numérisée d’un film vieux de bientôt 80 ans. Qu’il reste des scratches, des rayures de temps en temps, un ou deux points blancs, chacun s’accordera à trouver ça plutôt normal et les trois films qui nous intéressent aujourd’hui n’en sont pas exempts. Loulou a fait l’objet d’une restauration soignée, la copie est propre et les contrastes excellents, le Journal d’une fille perdue est davantage abîmé, présentant plus de défauts, mais reste d’une qualité tout à fait satisfaisante. La copie de Prix de beauté accuse par contre durement le poids des ans avec ses nombreuses lignes verticales qui barrent l’image tout au long du métrage, et ses quelques sautes. Compte tenu de l’âge du film et de sa faible réputation le résultat reste malgré tout acceptable, en partie grâce à un traitement numérique soigné. Beaux contrastes, excellente définition et compression, l’éditeur Carlotta nous livre une fois de plus un travail tout à fait satisfaisant sur les trois films. Les cartons des deux films muets sont proposés dans leur langue originale et sous-titrés en français.

Son

Les accompagnements musicaux proposés sur les deux films muets sont d’excellente qualité, des pistes son claires et propres. Loulou et le Journal d’une fille perdue proposent les deux pistes sonores qu’on leur connaît habituellement et deux créations contemporaines enregistrées en live. La bande son de Prix de beauté est comme le film assez abîmée mais difficile de savoir dans quelle mesure la piètre qualité sonore ne vient pas du procédé d’enregistrement en lui même. Reste que si les fonds sonores tiennent parfois du brouhaha, l’ensemble reste parfaitement audible et les voix suffisamment mises en avant pour rester claires.

Suppléments


Présenté dans un coffret digipack abritant les trois disques sous la forme d’une malle de voyage, le coffret s’avère un bien bel objet qui ravira les fétichistes de la galette numérique. L’environnement graphique des DVD fait preuve d’une sobriété de bon aloi et d’une élégance fort appréciable . Une réussite que la pertinence des suppléments ne vient que renforcer.

Loulou

Pabst par Brooks : Parmi les écrits de Louise Brooks, ce texte de 1956 est probablement le plus célèbre. Elle y évoque sa rencontre avec le metteur en scène, leur collaboration et sa vision de son travail de cinéaste. Lu ici par Lou Doillon sur des images tirées des films, le module s’avère des plus plaisants. Vous pourrez trouver le texte dans sa version originale anglaise sur le site internet The Louise Brooks Society

Pabst cinéaste : Le document revient sur la carrière de Georg Willem Pabst dont il n’omet aucune zone d’ombre et s’attarde sur la place que tiennent Loulou et Le journal d’une fille perdue dans son œuvre.

Loulou, scandaleusement sublime : Entretien avec Jacques Siclier, critique et historien du cinéma dans lequel il se livre à quelques pertinentes analyses sur le film.

Le journal d’une fille perdue

Louise VS Loulou : Entretien avec Jacques Doillon qui communique admirablement la passion qu’il éprouve pour le film et son actrice et livre sa lecture de l’œuvre.

Looking for Lulu : Documentaire de 131’ produit par Hugh Hefner et TCM qui revient sur la vie et la carrière de Louise Brooks à travers des témoignages de proches et une iconographie particulièrement riche. Nombreux extraits de films et photographies rares illustrent le film qui, s’il n’évite pas certains excès mélodramatiques, s’avère très complet et passionnant. On peut notamment y voir des extraits d’une interview de Louise Brooks datant de 1976.

Elle ! Louise Brooks : Création pour voix et orchestre de Roberto Tricarri jouée et enregistrée en live dans le cadre des ciné-concerts. Un accompagnement alternatif pour le film qui permettra de mesurer une fois de plus l’impact de la bande son sur la perception des images par le spectateur.

Prix de beauté

Comic Brooks : Entretien avec Gilles Ciment, critique et historien de la bande dessinée, dans lequel il revient sur les différents personnages qui s’inspirèrent de Louise Brooks. De Dixie Dugan créée dès 1926 en passant par la Valentina de Guido Crepax, un grand tour d’horizon de l’influence que la silhouette de Louise Brooks a eu sur nombre de graphistes.

Icône de mode : Louise Brooks aura été mannequin et aura entretenu un rapport privilégié avec la mode et l’esprit de son temps. Chantal Thomass revient sur la fascination qu’a toujours exercée Louise Brooks sur son travail et sur elle-même dans un entretien. John Nollet, coiffeur de renom ayant notamment travaillé pour le cinéma (la coupe d’Amélie Poulain d’inspiration ‘brooksienne’ c’est lui), revient sur la fameuse coupe de cheveux pour toujours associée au nom de Louise Brooks.

Cinq pas vers le mythe : Retour sur les faits marquants qui ont contribué à façonner la légende Louise Brooks, découpé en cinq segments chapitrés : Flapper !, Surréaliste ?, « Il n’y a pas de Garbo ! », Nouvelle vague et A propos d’Olivia. Une intéressante plongée dans la fondation du mythe.

Par Olivier Gonord - le 19 novembre 2004