Menu
Test dvd

Coffret Guy Gilles

DVD - Région 2
Editions Montparnasse
Parution : 6 / 5 / 2008

Image

L’image a été très bien restaurée. La compression est très satisfaisante et la définition correcte. On note de ci de là quelques points et griffures. Les couleurs semblent un peu délavées, excepté sur Le Clair de terre où elles sont assez resplendissantes. Malgré quelques menus défauts, on se trouve devant une édition extrêmement satisfaisante, inespérée lorsque l’on connaît l’état dans lequel étaient ces films devenus si rares.

Son

Les pistes sonores sont très claires. A noter quelques vrombissements passagers sur L’Amour à la mer, mais il faut dire que ce film était depuis longtemps "inmontrable" car sa piste son était quasi détruite. Pour le reste, c’est très propre, les voix ressortent très correctement.

Suppléments

Guy Gilles photographe : photographies du temps d’avant » (réalisation Gaël Lépingle, 2008, 20 mn)
Ce documentaire s’intéresse à l’œil de photographe de Guy Gilles, tant en photographie traditionnelle que dans ses films. Jean-Pierre Stora commente quelques clichés divisés en plusieurs chapitres : Alger, Tunis, Mexique. L’acteur Bernard Verley (L’Amour à la mer, Au pan coupé) lit un passage de L’Eté recule, un roman que Guy Gilles a écrit vers la fin de sa vie, on entend quelques extraits de films… sons off qui accompagnent intelligement les très beaux clichés de Guy Gilles. On découvre notamment, lors de la lecture d’un passage d’un scénario non tourné (Aller retour), combien l’écriture de Guy Gilles contient déjà de l’image, se construit sur les couleurs.

Lettre à mon frère Guy Gilles, cinéaste trop tôt disparu » (réalisation de Luc Bernard, 1999, 52 mn)
Luc Bernard signe une bouleversante lettre adressée à son frère disparu prématurément des causes du sida à l’âge de 58 ans. Photos de famille, extraits de ses films, peintures accompagnent les témoignages d’une quinzaine de comédiens ayant travaillé avec le cinéaste (Roger Hanin, Guy Bedos, ami de jeunesse en Algérie, Juliette Greco, Jean-Claude Brialy, Macha Meril, Richard Berry, Claire Nebout... et bien sûr Patrick Jouané), de nombre de ses amis proches ou encore de simples témoins qui ont croisé son chemin (réalisateurs, producteurs, patron de théatre, directeur d’hôtel...). Porté par la musique de Jean-Pierre Stora et le texte de Luc Bernard, ce film retrace la vie de Guy Gilles d’Alger à sa disparition en 1996, nous fait mieux comprendre le parcours de celui que le cinéaste Jean-Jacques Zilbermann évoque comme le Léos Carax de sa génération.
Par Olivier Bitoun - le 21 octobre 2008