Menu
Test dvd

Ciel rouge

DVD - Région 2
Editions Montparnasse
Parution : 15 / 2 / 2005

Image

Sorti précédemment par les Editions Atlas dans la première collection en kiosque dédiée au western, ce film n’était proposé qu’en version française et dans une copie de qualité médiocre. Rassurez-vous, celle présentée dans la collection Pocket de Montparnasse est heureusement d’un tout autre niveau. Montparnasse a pu récupérer un master assez propre et, même si le réducteur de bruit a apparemment été mis à contribution pour lisser l’image, c’est avec discrétion et sans que la définition en pâtisse de trop (excepté sur les plans d’ensemble en extérieurs, pour la plupart des Stock-Shots, qui sont dans un sale état). La très belle photographie de Musuraca nous est ainsi assez bien restituée : les contrastes sont bons la plupart du temps, la compression se révèle honnête (sauf quelques cieux fourmillants (67’) ou un halo grisâtre de compression apparaissant sur la droite de l’écran lors de certaines séquences nocturnes) et peu de parasites à signaler hormis la scène du "Stampede" vraiment délabrée (une grosse trace de brûlure verticale venant même zébrer l’image durant quelques secondes : (31’40)). Pour être exhaustif, à signaler quand même un manque de stabilité de l’image à quelques brèves reprises et des extérieurs qui auraient mérité plus de luminosité. Bref, rien de miraculeux, mais pourtant l’un des Pocket les plus satisfaisants du point de vue de l’image. Du beau travail.

Son

Deux pistes nous sont proposées. Une VF d’époque pas désagréable mais dans un état de délabrement assez avancé : criarde, crépitante, grésillante, inaudible, le souffle arrivant à se faire plus présent que les dialogues. La piste anglaise est mieux conservée sans pour autant être fameuse. Un léger souffle de fond est présent et les dialogues sont légèrement étouffés, moyennement clairs. Aucun dynamisme mais le tout est quand même très audible.

Suppléments




Le chapitrage et les menus sont fixes.

En supplément, l’habituelle et unique présentation de Serge Bromberg qui nous parle ici du début de carrière de Robert Wise avant de toucher deux mots de son western en nous donnant des arguments assez alléchants pour vouloir enclencher la lecture du film dans la foulée.

Par Erick Maurel - le 11 janvier 2005