Menu
Test dvd

40 fusils manquent à l'appel

DVD - Région 2
Sidonis / Calysta
Parution : 18 / 7 / 2017

Image

Sidonis a récupéré une copie 1.37 open matte qui possède plus d'image en haut et en bas que celles diffusées aux USA. Sauf que l'on remarque néanmoins à plusieurs reprises la coupure d'image sur les côtés, le film semblant avoir été mieux pensé en cadrage 1.85. Non pas que ce soit rédhibitoire - nous ne sommes pas dans du pan & scan - mais c'est cependant dommage d'autant que le master a été entièrement restauré, qu'il se révèle être d'une étonnante propreté, superbement défini et compressé à la perfection. Bref, hormis ces quelques plans qui semblent un peu restreints, il n'y a rien à redire quant à cette superbe copie !

Son

Une seule piste sonore est disponible, la version originale sans possibilité d'enlever les sous-tires hormis à partir de logiciels tels VLC. Rien à redire non plus : c'est clair, dynamique et sans souffle.

Suppléments

En suppléments, outre une bande-annonce en VO et une galerie de photos, deux présentations sont proposées, l'une par François Guérif (7 min 54), l'autre par Patrick Brion (7 min 15). Le premier décrit bizarrement le film comme étant nostalgique et parle tout aussi étrangement de digest du western. Hormis ces quelques grosses divergences avec mon propre avis, Guérif revient avec lucidité sur les défauts du film avant de s'appesantir sur les comédiens, dont Audie Murphy, et plus longuement sur une anecdote à propos de Michael Blodgett. Le second intervenant replace le film au sein de l'année 1966 et au sein de la filmographie d'Audie Murphy sur lequel il revient ensuite assez longuement, le trouvant justement dans le film de Witney très fatigué. Brion relève aussi la bizarrerie de la voix off qui prend le spectateur pour un idiot et finit par nous parler du fusil à répétition du film, la Winchester 73, ainsi que de la gêne occasionnée par ce western qui ne donne pas vraiment le beau rôle aux Indiens. Pas inintéressant d'autant que les deux intervenants ont à peu près tout dit sur le peu à retenir de ce western plus que médiocre.

Par Erick Maurel - le 29 juillet 2017