Menu
Test blu-ray

Went the Day Well?

BLU-RAY - Région B
Studiocanal
Parution : 1 / 9 / 2015

Image

Un bref comparatif (voir ci-dessous) avec l'édition sortie en 2004 dans le coffret DVD Ealing permet de mesurer l'étendue du travail qui a été accompli lors de la restauration, menée en 2010 conjointement par StudioCanal et le BFI - à cet égard, on peut noter que le master ici utilisé est le même que celui du Blu-ray britannique, édité en 2011 par Optimum. Le plus évident gain - outre la lapalissade qui consiste à constater qu'une édition HD possède une meilleure définition qu'une édition SD, la grande affaire - provient du cadre, puisque l'image nous parvient ici plus complète (et moins déformée !). Ceci est particulièrement significatif sur le bord gauche de l'image.

Globalement, le rendu de cette édition HD est tout à fait satisfaisant : l'image est stable et propre, si ce n'est quelques stries ponctuelles (par exemple lors de la première scène chez le révérend). Elle possède également une belle profondeur et un certain piqué, avec une finesse de détails tout à fait perceptible lors des séquences sombres. Puisque l'on évoque ce point, il faut constater une véritable amélioration de la gestion des contrastes, point faible de l'édition SD : finis les macroblocs dans les noirs, les blancs laiteux ou les gris uniformes, l'équilibre entre les textures ou entre les nuances de gris se fait ici avec un rendu très naturel.

Enfin, aucun abus ne nous est apparu concernant la question du grain, manifestement bien respecté dans l'ensemble.


DVD Studio Canal 2004


BR Studiocanal 2015

Son

La piste anglaise LPCM 2.0 a elle aussi bénéficié de cette restauration de qualité, avec une belle clarté d'ensemble et même un certain dynamisme, ce qui n'est pas toujours le cas pour les films de cette génération. On peut par ailleurs rappeler l'improbable anecdote, concernant l'enregistrement du son, rappelée par Bertrand Tavernier dans les suppléments du DVD 2004 : l'essentiel des scènes en extérieur avaient été post-synchronisées, comme cela était souvent le cas à l'époque. Mais Basil Sydney appartenait à une confrérie (Tavernier parle de "secte") qui lui interdisait de regarder la moindre représentation de sa propre image ; il a donc réalisé l'intégralité du doublage en post-synchronisation dos à l'écran, ce qui ne se devine absolument jamais !

Suppléments

Seul supplément (on peut déplorer l'absence de reprise de l'analyse menée par Bertrand Tavernier, justement, pour l'édition 2004), un court-métrage réalisé par Cavalcanti en 1941 et intitulé Yellow Caesar (23 min - SD).


Dans cet exercice de montage de propagande parodique (disons-le ainsi), des scènes reconstituées se mêlent à des archives pour dresser un portrait grotesque de Benito Mussolini, le "César couard" du titre. En réalisant de faux doublages du Duce, le film contribue à le rendre ridicule, en insistant sur sa frousse ou sa mégalomanie. Un document daté, mais souvent drolatique.

En savoir plus

Taille du Disque : 28 332 852 828 bytes
Taille du Film : 26 481 162 240 bytes
Durée : 1:33:10
Total Bitrate: 37,89 Mbps
Video: VC-1 Video / 33852 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / Advanced Profile 3
Audio: English / LPCM Audio / 2.0 / 48 kHz / 2304 kbps / 24-bit
Subtitle: English / 34,431 kbps

Par Antoine Royer - le 15 septembre 2015