Menu
Test blu-ray

Utu

BLU-RAY - Région B
La Rabbia
Parution : 7 / 3 / 2018

Image

Après sa projection à Cannes dans sa version complète en 1983, Utu fut remonté par le producteur Don Blakeney pour son exploitation à l'internationale : c'est ainsi dans une version tronquée (notamment amputée de certaines scènes de violence) qu'il fut longtemps seulement visible, et c'est ainsi que son directeur de la photographie Graeme Cowley le redécouvrit avec désolation en 2010.

Aidés par les équipes de Park Road Post, société de production liée à Peter Jackson (dont Geoff Murphy a été l'assistant sur la trilogie du Seigneur des Anneaux), Cowley et Murphy se mettent alors en quête d'éléments originaux, pour découvrir que Blakeney avait directement travaillé à partir des négatifs originaux pour réaliser son montage international. Ils sollicitent alors Michael Horton, monteur originel du film, pour repartir sur un montage respectant la prime version : ensemble, ils décident de raccourcir certaines scènes, en retirent quelques autres, et ramènent ainsi le film à une durée d'1h49 (là où le montage international approchait les 2h). C'est cette version - appelée Redux - qui est proposée dans cette édition.

Ayant fait l'objet d'un travail minutieux de restauration et d'étalonnage, le résultat est tout à fait édifiant, pour ne pas dire exemplaire (Geoff Murphy allant jusqu'à dire que la version actuelle est plus réussie que le film original) : dès les premières secondes du film, on est saisis par la finesse de la définition et le rendu du grain (assez symptomatique d'une manière de travailler la photographie du début des années 80, notamment dans les scènes à faible luminosité). Certains gros plans sont absolument superbes, tandis que les extérieurs jours bénéficient d'une précision dans les détails de profondeur de champ assez rare. On peut ponctuellement remarquer quelques plans de définition moindre, mais ils ne sont pas imputables au travail éditorial mené sur cette édition (ils peuvent s'expliquer pour des raisons techniques associées aux conditions de tournage, ou encore par des effets de zoom). Du bien beau travail.

Son

Seule une version originale est disponible, soit en DTS-HD Master Audio 2.0 et mono d'origine, soit dans une version remixée en 5.1. Si ces remixages pâtissent parfois d'une certaine artificialité, force est de constater qu'ici le rendu semble assez respectueux des ambiances d'origine et offre un équilibre ou une dynamique tout à fait appréciables, n'insistant guère que sur les effets de détonation, sans donc que cela se fasse au détriment des dialogues, de la partition épique de John Charles ou des ambiances sonores : certaines séquences (par exemple avec les premiers bruits des chevaux, lors de la première attaque) impressionnent même assez par leur qualité immersive.

Suppléments

a

Making of (47 min 18 - VOSTF)
Cuir usé, bonnet, clope au bec, barbe de trois jours... Geoff Murphy aurait plus sa place dans un groupe de rock que sur un plateau de cinéma. Il n'empêche que son extrême concentration se ressent lors de ce très bon making of. Le montage alterne des images du tournage (montées avec des extraits pour montrer le résultat à l'écran) et des interviews de quelques membres de l'équipe qui évoquent les différents aspects du film et de sa réalisation. Des entretiens qui restent très succincts (mais comme ils sont bien choisis, ces interventions se révèlent très pertinentes pour comprendre l'esprit du projet), la majeure partie du documentaire étant consacrée à des scènes de tournage. On découvre ainsi le travail colossal et minutieux demandé pour la réalisation du film ainsi que l'ambiance du plateau où quelques rires ne font pas oublier l'intense concentration et l'implication de tous.



Bande-annonce (1 min 26 - VOSTF).
Il ne s'agit pas du film-annonce de l'époque mais de celui réalisée par La Rabbia à l'occasion de la réédition du film en salles en 2016.

Livret de 40 pages.
Il s'agit là aussi de la reprise en grande partie du dossier de presse concocté pour la récente sortie salle. On y trouve l'historique de la restauration ainsi que de courts entretiens avec Geoff Murphy, l'acteur Anzag Wallace (Te Wheke) et le chef opérateur Graeme Cowley.

Par Antoine Royer (test technique) & Olivier Bitoun (bonus) - le 21 mars 2018

Partenariat