Menu
Test blu-ray

Trois chambres à Manhattan

BLU-RAY - Région A, B, C
Gaumont
Parution : 13 / 9 / 2017

Image

Trois chambres à Manhattan est présenté dans une très belle restauration 2K, effectuée par les laboratoires Eclair à partir du négatif original. Les images sont d'une excellente qualité, précises, stables et complètement nettoyées, et offrent un rendu très proche des caractéristiques argentiques originales, avec une granulation qui n'a pas été gommée. L'étalonnage respecte le niveau de contraste de la projection en salle, avec une gamme de gris très séduisante et des noirs détaillés même si parfois un peu trop clairs à notre goût. On ne relève enfin aucun souci d'encodage. Des conditions optimales pour (re)découvrir le film, tout simplement.

Son

Restaurée par L.E. Diapason, la bande-son est totalement nettoyée et dénuée de souffle parasite. Les voix sont claires, avec quelques sifflantes (conformes aux limites techniques de l'époque) et sans saturations. Les passages musicaux montrent une dynamique plus intéressante. Un rendu aussi proche que possible des caractéristiques d'origine.

Suppléments

Retour sur Manhattan (21 min - 1080p)
Philippe Morrisson, journaliste et créateur du site marcel-carné.com présente Trois chambres à Manhattan, "le dernier grand film de Marcel Carné" qu'il encourage à réévaluer. Il resitue l'oeuvre dans la carrière du cinéaste, alors "dans le creux de la vague", et donne beaucoup d'informations sur le livre de Georges Simenon, qui intéressait Jean Renoir ou Jean-Pierre Melville, et sur l'équipe technique. Carné retrouvait ici plusieurs collaborateurs comme le directeur de la photographie Eugen Schüfftan ou le décorateur Léon Barsacq dont Morrisson évoque le sens du détail dans la reconstitution de Manhattan, aux studios de Boulogne. C'est aussi l'occasion de parler de la musique jazzy de Martial Solal et Mal Waldron qui colle au New York nocturne et à l'ambiance du film. Morrisson parle aussi de la patte de Marcel Carné, homme de studio qui était moins en phase avec les goûts du public à cette époque. Il s'opposait alors aux jeunes pousses de la Nouvelle Vague, dont les commentaires étaient peu tendres. Morrisson remarque judicieusement que ces futurs réalisateurs avaient d'ailleurs commencé leur carrière, comme Marcel Carné, en publiant des critiques au vitriol sur leurs aînés...


Trois chambres à Manhattan restauré (1 min 23 - 1080p)
Un bref avant/après les étapes d'étalonnage, nettoyage et stabilisation des images. Un résultat toujours impressionnant et des corrections indispensables, on peut le constater, tant l'usure de la pellicule faisait trembler les images...

Bande-annonce restaurée (3 min 59 - 1080p)


En savoir plus

Taille du Disque : 37 194 805 256 bytes
Taille du Film : 30 851 266 560 bytes
Durée : 1:50:43.000
Total Bitrate: 37,15 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 32,92 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 32927 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 847 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1432 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 1,105 kbps
Subtitle: French / 27,324 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 25 février 2019