Menu
Test blu-ray

Total Recall

BLU-RAY - Région All
Studiocanal
Parution : 1 / 8 / 2012

Image

Cette « Ultimate Rekall Edition » est la troisième édition en Blu-ray du film à voir le jour en France entre 2008 et 2012, après une édition dépourvue de bonus en 2008 et une « Special Edition » en 2010. On ne pourra que saluer l'esprit StudioCanal qui a ainsi fait par trois fois en moins de quatre ans les poches du cinéphile en lui promettant à chaque fois la Lune (ou plutôt Mars dans le cas présent) et la version définitivement définitive du film de Verhoeven. Une édition Ultime (que trouveront-ils comme accroche la prochaine fois ?) qui tombait opportunément alors que se profilait en salle la sortie du remake de Len Wiseman.

Ce point fait, cette édition annoncée comme ayant été supervisée par Paul Verhoeven se révèle enfin satisfaisante après les deux sorties haute définition assez calamiteuses de 2008 et 2010. Cette fois-ci, le travail a été effectué à partir de l'internégatif d'origine - ce qui n'était pas le cas des précédentes éditions - et nouveau transfert 2K a été effectué alors que les éditions 2008 et 2010 repartaient du même télécinéma que pour les éditions Laserdisc et DVD.

On a affaire ici à un transfert numérique très réussi, la précision et le piqué de l'image ne se faisant pas au détriment de la qualité d'origine du film. Le spectateur habitué aux films de SF tournés en numérique et bénéficiant d'un master 4K risquent de trouver que l'image manque de netteté, de précision. Nous n'avons pas affaire à un objet lissé et clinquant mais bien à une édition qui conserve le rendu d'origine, avec son grain argentique bien présent et même quelques menus défauts de pellicule, comme des petits points blancs. La définition est donc très bonne et le niveau de détail satisfaisant . Les contrastes sont globalement bien dosés, même si l'on remarque quelques blancs légèrement brûlés sur certaines séquences, un défaut qui peut être d'origine, Verhoeven éclairant souvent plein pot ses plateaux. Cette édition se révèle sinon bien plus claire que les précédentes, mais les noirs restent dans l'ensemble assez solides, même s'ils tendent parfois à être un peu grisâtres.

L'autre gros point fort de cette édition, c'est la restitution des couleurs. On retrouve enfin la palette de rouges, d'ocres et d'oranges des scènes martiennes, alors que toutes ces couleurs étaient affadies et quasi uniformisées dans les éditions antérieures. Un très bon travail que l'on doit certainement à l'implication de Verhoeven sur cette édition, le cinéaste ayant des vues très précises quant au rendu colorimétrique de son film au cinéma.

Son

On retrouve les même pistes sonores que dans les éditions BR de 2008 et 2010, soit une VF d'époque et une VO toutes deux en DTS-HD Master audio 5.1. Les sous-titres sont tous optionnels. La spatialisation est fort bien rendue, bien englobante. Les différents bruitages, les atmosphères ressortent très bien car l'ensemble reste aéré, Verhoeven ne surchargeant pas ses ambiances et mettant seulement en avant certains effets ponctuels comme la verrière qui explose ou Schwarzy luttant contre la foreuse. La grosse artillerie est par contre de sortie avec la partition musicale omniprésente, mais le mixage évite qu'elle ne prenne trop le pas sur les autres aspects de la bande sonore. Les basses sont mises en avant sans qu'elles ne fassent trop appuyées, du moins dans la VO, la VF tombant un peu dans l'effet facile qui consiste à les pousser pour faire trembler le subwoofer. Côté VF également, on note que l'environnement sonore possède moins de relief.

Suppléments

Côté suppléments, on retrouve les mêmes bonus que ceux présentés dans les éditions précédentes du film à l'exception d'une nouvelle interview de Paul Verhoeven réalisée en 2012, d'un module sur les effets spéciaux et d'un comparatif d'images expliquant le travail de restauration effectué. Cette édition est également accompagnée d'un petit livret de huit pages qui reprend les éléments déjà répétés en boucle dans les différents bonus.

Le BR est doublé d'un DVD où l'on retrouve le film et deux bonus : La nouvelle interview de Verhoeven et La Leçon d'effets spéciaux.

Nouveaux bonus

Nouvelle interview de Paul Verhoeven (2012 - 35 min - VOST - HD)
Rien de bien intéressant dans ce nouvel entretien. Verhoeven est toujours aussi agréable à entendre, immédiatement sympathique mais il ne nous apprend rien de nouveau par rapport au commentaire audio proposé et surtout n'est au fond qu'une complète redite des interventions du cinéaste dans le bonus Imagining Total Recall. L'entretien est en outre très mal construit, Verhoeven passant du coq à l'âne et se répétant plusieurs fois, toutes choses que le réalisateur aurait dû corriger au montage. Reste que l'on se régale de voir à quel point Verhoeven a conservé son âme d'enfant, chose que l'on perçoit a ses yeux pétillants et au plaisir évident qu'il prend à raconter la fabrication du film. Lorsqu'il parle de la littérature SF et des comics que gamin il dévorait, on comprend que ce qu'il a trouvé à Hollywood était moins un système de studio lui offrant toute liberté pour créer qu'un endroit magique qui lui a permis le temps de trois films de SF de retrouver sa jeunesse.

Leçon d'effets spéciaux (2010 - 23 min - HD)
Mark Stetson (co-superviseur des effets miniatures) raconte comment sa société (Stetson Visual Services) a été approchée par Dream Quest pour les aider à fabriquer les imposantes miniatures (décors, vaisseaux spatiaux, train martien, réacteur alien...) nécessaires à la réalisation du film. Devant l'ampleur du projet, Dream Quest ne pouvait travailler seule et Stetson Visual Services est venue en renfort en préparant les décors dans un entrepôt de 6 000 mètres carrés loués pour l'occasion. Stetson raconte de manière détaillée et très claire la façon dont certains des plans les plus impressionnants du film ont été fabriqués, notamment ceux où la caméra se déplace dans le vaste décor du réacteur alien ou encore cette séquence qui part d'Arnold Schwarzenegger et recule pour dévoiler le train où il a pris place et la grande étendue martienne qui entoure le véhicule. Plusieurs effets visuels sont ainsi décortiqués et l'on se régale de découvrir ces trucs et astuces qui permettent de donner vie à un imaginaire de science fiction.


Tim McGovern, CGI director sur le film, explique dans la deuxième partie de ce reportage la manière dont a été conçue la séquence du mur de rayon X. Plus technique que les explications de Mark Stetson, et donc moins magique, cette intervention est toutefois très touchante car elle montre une équipe de passionnés qui redoublent d'imagination pour dépasser les limites que leur impose alors l'informatique. Un très chouette bonus pour tous les passionnés d'effets spéciaux.

Restauration : comparaison des scènes (5 min 13 - HD)
D'un côté le BR flambant neuf, de l'autre des images issues du pire master numérique que StudioCanal devait avoir sous la main. Un module qui n'apporte aucune information intéressante sur le travail opéré sur cette nouvelle édition, l'image comparative n'étant visiblement pas issue des précédentes éditions HD.

Bonus repris des anciennes éditions :

Commentaire audio de Paul Verhoeven et d'Arnold Schwarzenegger
Verhoeven et son acteur restent malheureusement à la surface du film, n'entrant que très peu dans les détails et se contentant de raconter les grandes lignes du tournage et quelques anecdotes. Comme ils sont tous deux forts sympathiques et plutôt complices, l'écoute se fait sans déplaisir, mais s'avère tout à fait dispensable.


Making of (8 min - SD)
Une featurette promotionnelle sans grand intérêt avec des interventions de Paul Verhoeven, Ron Shusett, Rob Bottin, Arnold Schwarzenegger, Michael Ironside, Ronny Cox qui tour à tour expliquent en une ou deux phrases succinctes leur rôle sur le film. Le tout est agrémenté de quelques images du tournage mais surtout de nombreux extraits qui limitent encore le temps de parole des intervenants. Quant à la qualité, on est à peu près au niveau d'une VHS usée...

Imagining Total Recall (2001 - 30 min - SD)
Série d'entretiens avec Paul Verhoeven, Sharon Stone, Ronald Shusett, Gary Goldman, William Sandell, Eric Brevig, Rachel Ticotin, Tim McCovern, Frank Urioste, Jerry Goldsmith, Rob Bottin et Arnold Schwarzenegger.
Ronald Shusett et Gary Goldman racontent la longue genèse du film, les 40 versions, le passage par le producteur Dino de Laurentiis, les sept réalisateurs attachés au projet. On ne reviendra pas sur cet historique (les détails de ce long développement sont dans la chronique du film), juste sur le fait que ce reportage présente Schwarzenegger comme l'homme providentiel qui a permis à ce projet maudit de voir le jour d'un coup de baguette magique. Les différents intervenants y vont ainsi de leurs commentaires élogieux sur l'acteur, Imagining Total Recall finissant par être un module à la seule gloire de ce dernier. Cette première partie est intéressante pour découvrir la genèse du film, mais assez frustrante car elle ne laisse entendre qu'un son de cloche. Il aurait ainsi été amusant de faire intervenir Bruce Beresford, Dan O'Bannon ou encore David Cronenberg pour découvrir d'autres aspects - moins officiels - de cet interminable développement.



Plus intéressante est la partie consacrée à l'élaboration des décors et au design du film ou encore les explications sur certains effets spéciaux. Plus dispensables par contre ces longues minutes consacrées à l'épidémie de tourista qui a atteint l'ensemble de l'équipe ou aux bleus de Sharon Stone... En bref, il ne s'agit essentiellement que d'une longue featurette promotionnelle qui ne nous plonge pas véritablement dans les secrets de fabrication du film mais nous laisse à la surface.

Leçon d'effets spéciaux avec Kaméléon (2001 - 16min)
Morgan Hildebrand et Gérald Mignotte de Kaméléon Studio (une société française d'effets spéciaux créée en 1995) expliquent quelques-uns des trucages du film : Doug Quaid retirant l'implant inséré dans son nez, la fausse tête qui lui permet de passer la douane de Mars, les gonflements de têtes lorsque les personnages sont exposés à l'atmosphère martienne, les différents mutants... Des explications très pédagogiques qui raviront les néophytes en la matière.

Autour de la littérature de SF et de Philip K. Dick (2001 - 9min - SD)
Stéphane Bourgoin tient depuis le début des années 80 la librairie « Le Troisième oeil » et est l'auteur d'une dizaine de livres consacrés au cinéma fantastique et de science-fiction. Il revient dans ce bonus sur la place de Mars dans la littérature SF et évoque rapidement l’œuvre de Philip K. Dick et les différentes adaptations cinématographiques auxquelles elle a donné lieu. Un entretien qui ne fait malheureusement que survoler ces deux sujets, Bourgoin n'ayant que le temps d'égrener les noms et les références sans avoir l'opportunité d'aller un tant soit peu plus loin dans l'analyse.

Trailer (2 min VO ST)

Galerie photos (1 min)
Une vingtaine de photos d'exploitation, ce qui paraît bien maigre au vu de la quantité de matériel qui aurait pu être mis à disposition : croquis préparatoires, storyboards, photos du tournage...

A noter qu'en sélectionnant l'allemand dans le premier menu du disque, on peut avoir accès au commentaire audio du chef opérateur (en allemand avec sous-titres anglais). Il n'apparaît pas dans les bonus lorsqu'on sélectionne le mode français.

Par Olivier Bitoun - le 3 février 2016