Menu
Test blu-ray

Tortillard pour Titfield

BLU-RAY - Région B
Studiocanal
Parution : 1 / 9 / 2015

Image

Plus de deux ans après sa sortie britannique, le Blu-ray du premier film tourné en couleurs par les studios Ealing franchit enfin la Manche : il s'agit en effet du master utilisé pour le BR Vintage Classics, obtenu après un scan 2K et une restauration menés à Pinewood. Le résultat est - en tout cas au premier contact - un parfait ravissement : les couleurs du Technicolor (notamment le vert flamboyant) éclatent dans les premiers plans bucoliques du film, et la belle harmonie chromatique, en particulier dans les séquences diurnes, ne se démentira presque jamais (à peine peut-on noter une dominante jaunâtre un peu marquée lors de la scène du duel entre la locomotive et le rouleau-compresseur). La copie est également extrêmement propre, et le petit module consacré à la restauration (voir plus bas) permet de constater que d'importantes saletés ont été nettoyées.

Au rayon des bémols (mineurs), mentionnons l'application d'un processus de réduction numérique du grain, visible en plusieurs occasions, mais pour l'essentiel celui-ci demeure plaisamment présent. On peut cependant trouver que, globalement, l'ensemble manque légèrement de piqué, avec un côté vaporeux quasi généralisé. Plusieurs séquences de nuit (de nuit américaine, pour être précis) sont également pénalisées par ce léger manque de finesse, tandis que plusieurs plans truqués (dans la loco ou dans l'autobus) font apparaître des sur-contours violacés un peu grossiers, dus aux reflets des fonds bleus utilisés pour les incrustations. 

Son

Là encore, le bilan est tout à fait satisfaisant, et le petit module consacré à la restauration proposé dans les suppléments permet de mesurer l'étendue du travail mené dans le nettoyage et l'éclaircissement de la bande sonore. Le rendu de la piste LPCM 2.0 est ici très stable, clair, dépourvu de perturbations de fond ou de fluctuations dérangeantes. L'ensemble ne possède pas un relief vertigineux mais offre une qualité de visionnage largement suffisante.

Suppléments


Le principal document, au sein de suppléments réduits à portion congrue, est un montage d'archives de Douglas Slocombe (11 min - HD), mythique chef-opérateur des studios Ealing (et, bien plus tard, des trois premiers Indiana Jones). Avant le tournage, mené durant l'été 1952 du côté de Bath et de Bristol, Slocombe avait signé de nombreuses reconnaissances, mais il continua également à tourner des images du plateau avec sa caméra 16mm. Le résultat, monté par ses soins, offre un aperçu assez rare des conditions de tournage du film, une sorte de "making-of" avant l'heure. Ces images sont accompagnées de la voix de Slocombe lui-même (alors âgé de 99 ans !), interrogé par Matthew Sweet en octobre 2012 : il évoque ses souvenirs de tournage, notamment pour la scène nocturne où la locomotive traverse les rues du village.

Un module est également consacré à la restauration du film, sur le principe sommaire du "before/after" (4 min - HD). Si, la plupart du temps, le contraste en terme d'images n'est pas forcément hyper-impressionnant (quelques saletés grossières ont été nettoyées et les couleurs ont retrouvé un peu d'éclat), le comparatif est plus percutant concernant la piste sonore, singulièrement éclaircie et dynamisée.

Signalons enfin la présence d'une bande-annonce d'époque (2 min 35 - HD) et d'une galerie d'images (1 min 53 - SD).

En savoir plus

Taille du Disque : 19 983 077 477 bytes
Taille du Film : 17 608 919 040 bytes
Durée : 1:23:49
Total Bitrate: 28,01 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24987 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / LPCM Audio / 2.0 / 48 kHz / 1536 kbps / 16-bit
Subtitle: French / 19,055 kbps

Par Antoine Royer - le 14 septembre 2015