Menu
Test blu-ray

Sur la Route de Madison

BLU-RAY - Région A, B, C
Warner Home Video
Parution : 6 / 5 / 2014

Image

Sur la route de Madison est sorti en Blu-ray en 2014 dans une restauration honnête qui, à peine quelques années plus tard, nous paraît sans doute un peu chiche à cause d'une petite douceur générale, un détail limité dans les plans larges et un grain plutôt timide (les plans truqués, fondus enchaînés, sont encore moins précis). La déception est un peu tempérée pour les gros plans, mieux ciselés, plus précis, avec un grain un peu plus présent, mais grandement relativisée quand on compare cette restauration avec le premier DVD (double face !) sorti en 2001 - la préhistoire, souvenez-vous du boitier cartonné... Le gain de qualité est immédiatement perceptible, à tous les niveaux : la copie du Blu-ray est stable, immaculée, avec des contrastes solides et une colorimétrie efficace, plus naturelle et nuancée.

comparatif DVD (2001) vs. Blu-ray (2014) :     1   2   3   4

Nous avons testé le disque américain, identique à celui sorti en France quelques mois plus tard (dans un combo Blu-ray + DVD comprenant un livret supplémentaire).

Son

La version originale est très efficace, non dans un sens spectaculaire mais, au contraire, dans sa fidélité respectueuse au ton du film et au calme de la bande son (totalement nettoyée et d'une grande pureté). Une grand importance est donnée aux ambiances, aux sons de nature qui entourent les personnages : le mixage est riche et précis dans sa subtilité, très immersif également, même si cela reste volontairement discret. Ne vous attendez donc pas à beaucoup d'effets, ceux-ci apparaîtront très ponctuellement grâce à la musique. Proposée en simple Dolby Digital, avec un débit deux fois moindre, la version française ne s'en sort finalement pas si mal : aucun souffle, une grande propreté et bonne restitution des voix et des ambiances. Que demander de plus ? Peut-être un autre comédien pour doubler Clint Eastwood ? (quel choix singulier et maladroit !)

Suppléments

Commentaire audio (non sous-titré)
Le monteur Joel Cox et le directeur de la photographie Jack N. Green parlent longuement du film, et le soin apporté au "real people in real world" : réalisme dans la peinture des personnages ou utilisation des véritables ponts, au lieu de reconstructions spécialement effectuées pour l'occasion. Ils évoquent beaucoup d'anecdotes de tournage, comme le premier jour de Meryl Streep et son adaptation au style Eastwood (peu de prises, par exemple). C'est aussi des révélations sur la méthode de travail de Clint Eastwood, ses habitudes, comme les repérages dans le décor ou l'écoute de ses collaborateurs. Des discussions très intéressantes, malheureusement réservées aux seuls anglophiles car non sous-titrées.


Une histoire d'amour à l'ancienne (30 min - SD)
Un making of très classique mais efficace, produit en 2008, qui réunit les principaux protagonistes du projet et qui évoque succintement chaque étape de cette "histoire intemporelle" : l'adaptation du livre et la volonté de rester proche du ton original, "un concours de circonstances" qui rappelle celui de Brève rencontre de David Lean, le choix de Meryl Streep que le studio trouvait trop âgée, et qui a apporté à son personnage une "sensualité dissimulée", le tournage (dans la continuité) qui traduit par son calme et sa rapidité la méthode de travail de Clint Eastwood, celui-ci ayant choisi de filmer "comme un film français", en laissant les interprétations dominer. On parle aussi du choix des décors naturels qui ont "immédiatement résonné", ou de l'"impression de retenue très élégante dans le montage" qui laisse respirer les scènes...

Doe Eyes (4 min - SD - 4/3)
Le "love theme" de Lennie Niehaus, illustré par les images du film.

Bande-annonce (1 min 23 s - SD) non sous-titrée


En savoir plus

Taille du Disque : 38 894 799 274 bytes
Taille du Film : 36 130 750 464 bytes
Durée : 2:14:35.525
Total Bitrate: 35,79 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 24,96 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24961 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 4066 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: Portuguese / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB / Dolby Surround
Audio: Spanish / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB
Audio: Czech / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB / Dolby Surround
Audio: German / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB
Audio: Hungarian / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB / Dolby Surround
Audio: Italian / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 448 kbps / DN -4dB
* Audio: Japanese / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB
Audio: Spanish / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB / Dolby Surround
Audio: French / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB
Audio: Polish / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB
Subtitle: English / 24,296 kbps
Subtitle: French / 19,207 kbps
Subtitle: German / 24,384 kbps
Subtitle: Italian / 23,940 kbps
Subtitle: Spanish / 18,166 kbps
Subtitle: Chinese / 20,170 kbps
Subtitle: Chinese / 15,958 kbps
Subtitle: Korean / 15,691 kbps
Subtitle: Spanish / 19,816 kbps
Subtitle: Portuguese / 19,522 kbps
Subtitle: Czech / 18,066 kbps
Subtitle: Hungarian / 20,869 kbps
Subtitle: Polish / 19,254 kbps
Subtitle: Romanian / 18,858 kbps
* Subtitle: Japanese / 16,684 kbps
* Subtitle: Japanese / 40,412 kbps
* Subtitle: Japanese / 0,539 kbps
Subtitle: French / 0,085 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 13 septembre 2018