Menu
Test blu-ray

Souvenirs d'en France

BLU-RAY - Région B
Carlotta
Parution : 11 / 3 / 2020

Image

Souvenirs d'en France, second film d'André Téchiné, retrouve aujourd'hui une seconde jeunesse grâce à la très belle restauration 4K effectuée par le laboratoire Hiventy, sous la supervision du réalisateur et de son directeur de la photographie Bruno Nuytten. Les travaux ont été réalisés à partir du négatif 16mm grande longueur, à l'état de conservation fragilisé par de nombreuses rayures ainsi que des traces de moisissures sur certaines bobines. Plusieurs plans absents de ce négatif (notamment les génériques) ont été réintégrés à l'aide d'une copie d'exploitation 35mm. Le montage et l'étalonnage des différentes sources a été effectué en se basant sur une copie 16mm fournie par la Cinémathèque de Toulouse. Le résultat est extrêmement satisfaisant, notamment pour son respect de la texture 16mm, à la fois douce et très granuleuse. Le piqué est souvent bon, malgré de nombreux plans à la mise au point imparfaite, et le niveau de détail apparaît logiquement un peu réduit par les capacités limitées du 16mm, couplé ici à une photographie parfois ouatée.

« J’avais, de mon côté, très légèrement diffusé [les images] avec des trames de soie dont le résultat était assez satisfaisant mais que le scan fait apparaître de manière exagérée. C’est malheureusement le problème des restaurations numériques que de faire apparaître des défauts jusque-là invisibles. Inutile de dire que jamais dans le travail argentique nous ne pensions explorer le fond du négatif. Notre but était de proposer des copies d’exploitation de bonne qualité. » (Bruno Nuytten cité par l'AFC)

Le grain fin, typiquement abondant du format 16mm, n'est jamais trop envahissant et s'avère parfaitement géré par l'encodage. Les contrastes apparaissent très équilibrés, avec des noirs détaillés et des hautes lumières non saturées. La colorimétrie est nuancée, dans des tons tout à fait conformes au support du film, et ne souffre presque pas de pulsations. L'ensemble reste assez propre, même si on relèvera d'infimes poussières ponctuelles, quelques rayures verticales qui n'auront pu être effacées numériquement, et des taches un peu jaunâtres (mais très discrètes) durant la dernière dernière demi-heure. De menus défauts pour une présentation de référence, offrant sans doute de bien meilleures conditions de visionnage qu'à l'époque de la sortie en salles...

Son

La bande-son a été restaurée par Hiventy à partir de la piste magnétique 35mm, pour un rendu d'une grande clarté (on peut parfois entendre le moteur de la caméra), avec des voix cristallines sans sifflantes. Le mixage apparaît souvent bien équilibré entre les voix et les ambiances, excepté pour un passage un peu brouillon dans le cimetière, et certains moments musicaux qui peuvent être un peu forts en volume par rapport aux voix... On notera aussi un dialogue à la qualité dégradée, au spectre très réduit, probable conséquence de la prise de son d'origine. L'ensemble a été très bien nettoyé, sans souffle parasite. Le film est également proposé en Audiodescription pour les malvoyants.

Suppléments


Fantaisie et maîtrise (24 min - 1080p)
Première partie d'un entretien avec le réalisateur André Téchiné par Jean-Marc Lalanne, rédacteur en chef du magazine Les Inrockuptibles (les parties suivantes sont disponibles en complément des autres films de la salve Téchiné de Carlotta : Le Lieu du crime et Rendez-vous). Le cinéaste raconte la genèse de ce projet inspiré par ses propres souvenirs, "un petit théâtre intérieur, provincial et asphyxiant" qui raconte ses origines et dont la distanciation et l'extrême stylisation brisant volontairement l'émotion et l'identification trahissent sa volonté de s'en émanciper. Il parle de l'influence de Brecht dans l'aveuglement des personnages et le récit à épisodes d'une histoire de la France, ou l'hommage à peine voilé au cinéma. C'est aussi, bien avant l'heure, une relecture féminisée de l'Histoire, avec "deux portraits d'ambitieuses (...), résistantes et rebelles" incarnées par Jeanne Moreau, "la femme fatale du cinéma français" et la sophistication grinçante, le jeu assumé et "dissonant" de Marie-France Pisier. André Téchiné évoque de manière éclairante ce film de ses débuts, qu'il ne renie pas mais dont il remarque rétrospectivement "la volonté de maîtrise".

Bande-annonce 2019 (1 min 36 - 1080p)

En savoir plus

Taille du Film : 32 491 348 317 bytes
Taille du Disque : 27 165 171 264 bytes
Durée : 1:35:03.614
Total Bitrate: 38,10 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 34,94 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 34942 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1058 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 256 kbps
Subtitle: French / 25,046 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 1 avril 2020