Menu
Test blu-ray

Society

BLU-RAY - Région B
The Ecstasy of Films
Parution : 11 / 6 / 2018

Image

The Ecstasy of Films reprend ici le master HD sorti en 2013 en Allemagne puis conjointement aux Etats-Unis et en Angleterre chez Arrow. Il s'agit d'une bonne restauration 2K aux images d'une belle précision et au niveau de détail assez convaincant (les plans truqués sont un peu moins fins). La copie a été complètement nettoyée, la colorimétrie est très satisfaisante, bien saturée, les contrastes sont solides et équilibrés, le grain (fin) n'a pas été retouché et l'encodage est invisible. Mise à part une infime instabilité du cadre qu'on peut éventuellement remarquer à quelques reprises, il n'y a vraiment aucun problème majeur à signaler : les conditions de visionnage sont particulièrement confortables et, comme le signale Adrien Clerc dans le livret, bien meilleures que ce que les fans devaient supporter jusqu'alors...

Son

La version originale est présentée dans son mixage stéréo d'origine (et avec un débit quasiment identique au LPCM du disque américain). D'une belle clarté générale, totalement nettoyée, elle bénéficie d'une bonne amplitude et d'un rendu des basses fréquences assez convaincant. On notera une spatialisation très mesurée, assez ponctuelle, mais qui retrouve son efficacité dès que la musique apparaît. La version française d'époque est en "simple" mono, avec un spectre logiquement plus restreint et moins spectaculaire. Mais la copie est nettoyée, sans souffle ou sifflantes, et les dialogues sont très clairs.

Suppléments

Le film est proposé avec un livret de 16 pages écrit par Adrien Clerc, rédacteur en chef du fanzine Torso, et illustré de nombreuses photos de production. "De l'autre côté du miroir" analyse Society, "tour de force horrifique", attaque frontale du mythe américain et du "confort factice de la famille unie", en retraçant rapidement les parcours de Brian Yuzna, des acteurs ou de Screaming Mad George ("l'ange déchu des SFX"). On évoque la scène de la douche, hommage à Hitchcock, et le spectaculaire final, mélange d'"horreur organique" et de "valse démoniaque".

L'éditeur reprend également une partie des suppléments parus sur le Blu-ray Arrow, trois modules très complémentaires qui présentent chacun des aspects de la fabrication du film.


Le gouverneur de la Société (17 min - 1080p)
Un excellent entretien avec le réalisateur Brian Yuzna qui revient sur ses débuts dans le métier (qu'il découvrait) et le projet inabouti avec le scénariste Dan O'Bannon. Yuzna retrouvera les thèmes et l'énergie de cette histoire avec le scénario de Society : amateur d'effets spéciaux, de "trucs bizarres, tordus, surréalistes", il créera un film "aux frontières de l'imaginaire, entre la raison et la folie, le rêve et la réalité". Il évoque aussi l'accueil du film, passé totalement inaperçu à sa sortie et qualifié de "trip gay sado-maso" par le magazine Variety. Loin d'être avare en anecdotes, Brian Yuzna se montre aussi très franc lorsqu'il parle des qualités de sa mise en scène (il y trouve quelques maladresses), avouant aujourd'hui qu'il n'était peut-être pas le meilleur choix comme réalisateur...


Les maîtres de la chasse (23 min - 1080p)
Entretiens croisés avec les acteurs Billy Warlock, Ben Meyerson, Tim Bartell, et l'actrice Devin DeVasquez, qui après l'évocation de leurs parcours (la série Alerte à Malibu, pour l'un d'entre eux, par exemple), racontent la découverte du scénario, "tellement bizarre", intriguant et pas toujours très compréhensible. Si tous parlent d'un film "cool" (à défaut d'être plus enthousiastes), ils racontent quelques souvenirs et évoquent surtout le tournage "très pesant" de la scène d'orgie, son ambiance parfois un peu glauque, et le travail du maquilleur Screaming Mad George.


Le champion des ébats (21 min - 1080p)
On retrouve justement le créateur de maquillages Screaming Mad George (et deux de ses collaborateurs) dans ce module très intéressant qui présente à la fois son travail (et quelques créations récentes en fin de bonus) et l'élaboration des spectaculaires trucages de Society. Cette "sorte de savant fou" (mais véritable artiste) nous raconte lui aussi son parcours, évoque les effets spéciaux qui l'ont marqués (Le Loup-garou de Londres de John Landis, Au-delà du réel de Ken Russell) et présente son univers personnel, son goût pour le surréalisme : pour Society, il a ainsi transformé l'idée de départ du scénario, un massacre final dans un bain de sang, en orgie morbide influencée par les tableaux de Salvador Dali. Il en raconte le tournage, "un gros défi" au délai de fabrication très court, mais "une expérience complètement dingue !"


The Ecstasy of Films propose également la bande-annonce du film en VOSTF (2 min 05 - 1080p) et VF (2 min 08 - 1080p) ainsi que quelques bandes-annonces de son catalogue, dont Re-Animator ou L'Eventreur de New York. Notez que le film est présenté dans un boitier plastique avec fourreau et une jaquette réversible.

En savoir plus

Taille du Disque : 37 441 768 183 bytes
Taille du Film : 22 623 498 240 bytes
Durée : 1:39:01.518
Total Bitrate: 30,46 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 24,99 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24992 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1564 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2088 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 17,417 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 12 juillet 2018