Menu
Test blu-ray

Plein Sud

BLU-RAY - Région A, B, C
Gaumont
Parution : 11 / 10 / 2017

Image

Un autre film du grand Patrick Deweare vient rejoindre la désormais conséquente collection "Découverte Blu-ray" de Gaumont. Plein Sud, oeuvre peu connue et remise en avant aujourd'hui dans un écrin particulièrement soigné, confirme le grand intérêt du studio pour son catalogue. Le film a été minutieusement restauré en 2K par le laboratoire Eclair et il y a vraiment peu de choses à redire : la définition est bonne (rarement affaiblie par des erreurs de mise au point au tournage), le niveau de détail est très convaincant (malgré une probable limitation due à la pellicule utilisée). On relèvera une texture plus épaisse, moins nette, pour les plans truqués (fondus au noir par exemple) et pendant quelques minutes (entre 37 min 33 et 39 min 46) peut-être issues d'une deuxième source. L'ensemble est extrêmement propre, très stable, avec une colorimétrie très fidèle, semble-t-il, à la photographie d'origine. Les contrastes sont conformes aux choix de l'époque pour la projection en salle, restitués ici avec leurs qualités et leurs faiblesses, notamment des noirs un peu clairs et parfois légèrement teintés. On notera enfin que le grain a été respecté, non lissé, ce qui permet à l'image de conserver une très belle patine argentique, bien aidé par un débit vidéo plus que confortable.

Son

Restaurée par L.E. Diapason, la bande-son est aussi bien restituée que possible, en prenant en compte un mixage très sobre et une ouverture honnête, sans grand relief. Les dialogues sont clairs, les ambiances équilibrées. On ne relève pas de traces d'usure, de souffle ou de saturations.

Suppléments


Retour à Barcelone (22 min - 1080p)
Un bon entretien avec le réalisateur du film, Luc Béraud, qui revient sur plusieurs aspects de la production. Il raconte d'abord l'écriture, partie sur une idée d'adaptation de Fanfan la tulipe pour Patrick Deweare (!) avant de bifurquer sur Barcelone, "l'appel d'un ailleurs" pour une histoire à "l'aspect simenonien". Béraud partage quelques anecdotes sur son acteur principal, très enthousiaste à la lecture du scénario, exigeant et peu gêné par les scènes de nu malgré une personnalité très pudique. On en apprendra malheureusement très peu sur Clio Goldsmith, actrice oubliée de l'époque, si ce n'est que ses relations avec Deweare n'étaient pas au beau fixe. Béraud raconte surtout les problèmes de montage, le manque de confiance des producteurs et l'aide précieuse du monteur Albert Jurgenson pour arriver à un résultat final qui ne le satisfait toujours pas complètement. Il y eut un énorme travail pour assembler du mieux possible cette histoire, entre la perte de soi et la fantaisie, deux univers compliqués à réunir. Il évoque enfin l'élaboration difficile de la musique, la partition refusée d'Antoine Duhamel, la voix off et sa "distance littéraire", réécrite par Romain Bouteille.

Vous pourrez découvrir la bande-annonce d'époque (2 min 21 - 1080p) avec quelques plans alternatifs de la première séquence du film. En tendant l'oreille, vous remarquerez également de la zarzuela (opérette espagnole), longtemps envisagée par le réalisateur avant qu'il ne change d'avis sous l'influence de ses producteurs, comme il le raconte dans l'interview.


En savoir plus

Taille du Disque : 29 800 592 146 bytes
Taille du Film : 23 847 241 728 bytes
Durée : 1:29:34.208
Total Bitrate: 35,50 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 32,38 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 32838 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 926 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 27,165 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 13 novembre 2017