Menu
Test blu-ray

Montparnasse Pondichéry

BLU-RAY - Région All
Gaumont
Parution : 15 / 11 / 2018

Image

Le dernier film réalisé par Yves Robert en 1994 vient rejoindre la collection Blu-ray Découverte de Gaumont. Si l'édition est proposée à petit prix, le master présenté sur ce disque, quant à lui, ne fait pas du tout dans l'économie. L'image est globalement splendide (même si elle n'a pas vraiment d'autres ambitions que de mettre en valeur les comédiens). Parfaitement stable et nettoyée, plutôt lumineuse dans son ensemble, elle possède un vrai cachet argentique (le grain est bien présent). Son piqué s'avère également très satisfaisant (le rendu des étoffes et des matières l'atteste), digne de la haute définition. De leur côté, les couleurs naturelles du film resplendissent dans toutes leurs nuances et l'on n'observe aucune dominante gênante (même si les blancs peuvent parfois tirer très légèrement vers le jaune ou le vert). Quant aux contrastes, ils restent assez doux (comme souvent chez Gaumont) et correctement gérés avec du détail dans les basses lumières. Un bon Blu-ray est d'abord un Blu-ray respectueux des choix photographiques d'origine, quels qu'ils soient, ce qui s'avère le cas ici. Il s'agit donc d'un nouvelle réussite technique de la part de Gaumont.

Son

Comme pour l'image, la bande-son ne peut être prise en défaut. Le mixage proposé est un mono 2.0 de haute tenue, ouvert sur les enceintes avant. La piste est claire, dynamique, précise, bien étagée et particulièrement immersive pour du mono. Bien entendu, nous avons affaire à un travail sonore intime, feutré, sans grands effets et principalement axé sur les dialogues, mais cela n'empêche pas l'exigence et son rendu global s'avère donc excellent et met en outre parfaitement en valeur la musique de Vladimir Cosma.

Suppléments

Au bout de l'histoire (15 min 51 - 1.85 - DTS-HD MA 2.0 - 2018 - HD)
Ce documentaire est un entretien avec le chef opérateur Robert Alazraki. Le directeur de la photographie, qui a travaillé entre autres pour Claude Lelouch, Alexandre Arcady, Jean-Marie Poiré, Coline Serreau et donc Yves Robert sur quatre films (dont le très beau diptyque adapté de Marcel Pagnol), s'exprime principalement sur le réalisateur de Montparnasse Pondichéry. Après nous avoir parlé de sa propre formation (il se définit comme un ancien cancre parti ensuite étudier le cinéma à la prestigieuse école londonienne The Royal College of Arts, avant d'intégrer l'équipe du chef opérateur William Lubtchansky), Alazraki se livre avec émotion sur ses liens étroits avec Yves Robert jusqu'à son film testament et sa fin de vie. Il ne faut pas attendre ici beaucoup d'informations sur le tournage de Montparnasse Pondichéry (si ce n'est la confusion entretenue par Robert entre le film et la réalité alors qu'il éprouvait une forte tendresse pour Miou Miou, ce qui en fait une œuvre très personnelle), l'intérêt se trouve avant tout dans l'évocation des relations qu'entretenait Alazraki avec Yves Robert. L'interview s'achève justement par la lecture d'une belle lettre, que le cinéaste lui avait adressée alors qu'il préparait ce qui allait être son ultime film.

Bande-annonce (2 min - 1.85 - DTS-HD MA 2.0 - HD)
Ce film-annonce est proposé dans une version immaculée et en haute-définition.

Par Ronny Chester - le 8 janvier 2019