Menu
Test blu-ray

Metropolis

BLU-RAY - Région B
Mk2
Parution : 5 / 10 / 2011

Image

Lors de la rédaction du texte  d'analyse du collector DVD MK2, notre collaborateur Dave Garver ignorait certainement qu’un jour Paula Félix-Didier appellerait la Fondation Murnau pour annoncer qu’elle venait de retrouver une copie quasi complète de Metropolis dans les locaux de la cinémathèque de Buenos Aires. Après avoir assisté  à la première Berlinoise de Metropolis en 1927, le distributeur argentin Adolfo Wilson décida de distribuer le film en Argentine. C’est ainsi qu’il rentra dans son pays avec une copie 35mm du film dans son montage original, juste avant que les producteurs du film décident de le raccourcir suite à des recettes catastrophiques lors des premiers jours d’exploitation. Au début des années 70, un laboratoire argentin peu scrupuleux décida de transférer l’unique  positif nitrate 35mm subsistant en un négatif 16mm, et ce sans procéder à aucune restauration chimique faute de moyens. Il ne reste donc plus que cette copie 16mm en très mauvais état, striée par des dizaines de rayures et recadrée, la copie nitrate ayant été détruite. Malgré la pauvreté des éléments, la Fondation Murnau décida donc en 2008 d’intégrer ces 25 minutes inédites à la précédente reconstruction  d’Enno Patalas - qui, elle, est dans un état remarquable -, et de proposer au public le montage original tel qu’il fut présenté à Berlin en 1927, à l’exception d’une scène (la libération de Maria par Joh Fredersen) remplacée par un intertitre descriptif. C’est donc ce  remontage que nous propose MK2 en Blu-ray (et DVD).

Peu de films muets ont été édités en France en Blu-ray à ce jour, et c’est vraiment dommage. Car le cinéma muet, longtemps maltraité, mérite d’être redécouvert dans les meilleures conditions ; on  oublie souvent que l’aspect visuel des films muets était beaucoup plus travaillé que celui des films parlants, et le résultat est souvent admirable sur un support HD. Les exemples sont nombreux : Sunrise, City Girl, Potemkine, Les 10 Commandements, L’Heure suprême, etc. Metropolis version MK2 n’échappe pas à cette règle ; l’image proposée sur les plans issus de la restauration 35mm sont splendides, nous pouvons apprécier les moindres détails sur les décors et les costumes. Il n’en est pas de même sur les plans issus de la copie 16mm, ce support étant beaucoup trop faible en terme de résolution et l’état chimique étant assez déplorable. Malheureusement, les outils de restauration numérique n’ont pas la possibilité de retrouver la définition disparue. En terme d’encodage, l’édition MK2 est quasi similaire à son homologue anglaise MOC avec un Bit rate moyen aux alentours des  26 Mbits/sec. Seul bémol : sur quelques plans nous percevons du banding sur les dégradés de gris, curieusement l’édition MOC souffre du même défaut aux mêmes endroits mais peut-être de façon moins prononcée. Il existe une différence notable entre l’édition MOC et l’édition MK2 : il y a un off set d’environ 10% sur le niveau de noir du Blu-ray MOC. C’est particulièrement visible sur les intertitres qui apparaissent gris foncés, et d’une manière générale l’image parait plus lumineuse ; en baissant légèrement la luminosité du lecteur ou du diffuseur, les deux images sont quasiment similaires.

Son

La partition de Gottfried Huppertz a  été reconstruite par Frank Strobel pour cette version longue, et réenregistrée en 5.1. Deux pistes sont proposées sur le Blu-ray MK2, l’une stéréo DTS HD-MA, l’autre en 5.1 DTS HD-MA. Les deux pistes sont tout à fait recommandables, avec une préférence pour le 5.1 d’une plus grande ampleur, qui se prête bien au film et à la musique symphonique.

Suppléments

Voyage à Metropolis (52 min en HD)
Documentaire très dense, revenant sur la genèse du film et les différentes restaurations accomplies ou non accomplies, un bref passage sur l’histoire de la copie argentine. Interview d’historiens et de directeurs de cinémathèque illustrés par des documents (photos de tournage et extraits du film). Indispensable.

Le choix de Fritz Lang : (10.34 mn en SD)
Fritz Lang raconte en français sa rencontre avec Goebbels et sa décision de quitter l’Allemagne nazie.

Metropolis  1927 (8'19 min en HD) et Metropolis aujourd’hui (8'49 en HD) par Patrick Zeyen.
Deux analyses peu intéressantes dans lesquelles l'intervenant n'a, au final, pas grand chose à dire. Il laisse chaque spectateur se faire sa propre opinion, Il semble donc inutile d'écouter ses propos pour arriver à une telle conclusion...

Par Jean-Marc Oudry - le 1 octobre 2011