Menu
Test blu-ray

Les Vikings

BLU-RAY - Région B
Rimini Editions
Parution : 4 / 12 / 2018

Image

Les Vikings a été tourné en Technirama, procédé qui imprimait le négatif horizontalement sur 8 perforations. La surface image étant plus grande, cela améliorait sensiblement la définition, surtout en comparaison du procédé Cinemascope qui, lui, imprimait le négatif verticalement. Rimini nous propose ici le même transfert vidéo HD utilisé aux Etats-Unis (par Kino) et en Grande-Bretagne (par Eureka). Ce transfert, initié par MGM, utilise des éléments chimiques de deuxième ou troisième génération, ce qui disons-le tout de suite, nous prive du résultat de très haute tenue qu'il aurait pu être si le film avait été restauré à partir du négatif Technirama. Les Vikings est répertorié dans la catégorie DCP 2K chez le distributeur Park Circus, ce qui est toujours un gage de qualité non négligeable. Car, au-delà de ces considérations techniques, ce Blu-ray parvient à nous enthousiasmer avec les magnifiques plans des fjords norvégiens ou des côtes bretonnes, lors de la scène finale tournée au Fort La Latte photographiée par l'illustre Jack Cardiff. Les contours ne sont pas d'une grande précision mais la définition est suffisante pour rendre le spectacle plus que satisfaisant. D'autant que l'éditeur a enfin décidé de ne pas dégrainer l'image et de conserver la texture telle qu'elle est sur le master. C'est l'objet de notre comparatif entre l'édition Rimini et l'édition Kino, accessible via les liens ci-dessous :

Comparatif 1 Comparatif 2 Comparatif 3 Comparatif 4 Comparatif 5 Comparatif 6

Hormis une très légère différence  de colorimétrie (le Kino, comme souvent chez cet éditeur, tire sur le magenta), on distingue peu de différences d'encodage entre les deux disques. On constate les mêmes impacts sur la pellicule, qui n'a pas bénéficié d'une restauration très poussée. Dans les basses lumières, des variations de luminosité se manifestent souvent. D'une manière générale, l'encodage est solide, y compris lors des scènes dans la brume, particulièrement difficiles à gérer.

Son

Le BR propose la version originale mixée en mono. Bien que les mixages multi-pistes étaient fréquents pour ce type de spectacle en format large, nous n'avons pas trouvé trace dans les archives disponibles sur le net de l'existence d'un mixage stéréo pour ce film. Cette piste sonore monophonique est de qualité acceptable : hormis quelques "plops" lors des changements de bobine, qui n'ont pas été nettoyés, l'ensemble est assez satisfaisant en terme de dynamique. La version française d'époque est, elle aussi, assez soignée, que ce soit du point de vue artistique ou bien technique.

Suppléments

Un conte norvégien (28 min - SD avec upscale)
Ce document a été réalisé en 2002 pour l'édition DVD MGM. Richard Fleischer commente des photos de tournage en N&B ainsi que des extraits du film. A travers ce petit reportage, il nous montre l’esprit d’équipe qui régnait sur le plateau et raconte quelques anecdotes croustillantes. Ainsi, avant la fameuse scène des rames, Fleischer pensait utiliser un cascadeur pour remplacer Kirk Douglas. Mais ce dernier refuse le doublage et malgré la grande prise de risque, réussit cet exploit. Le résultat est parfait et la scène est sans doute l’une des plus mémorables du film !

Interview de Kirk Douglas (6 min - SD avec upscale)
Entretien promotionnel réalisé pour la télévision belge flamande (et retrouvé par Jérôme Wybon) entre le tournage des Vikings et celui de Spartacus. Le comédien/producteur vante les mérites d'un cinéma de divertissement intelligent où le spectateur entrerait dans la salle de cinéma pour oublier les soucis de la vie quotidienne. Cette démarche n'empêcherait pas, selon lui, de soigner la psychologie des personnages et l'écriture du film.

Les Vikings, de la réalité au rêve (20 min - HD)
Mark et Bruce, les enfants de Richard Fleischer, avaient à peine 10 ans lorsque leur père entreprit le tournage des Vikings en France, en Norvège et en Allemagne. Ils l'ont suivi en Europe et ont été les témoins privilégiés de la conception de ce film d'aventures. Dans ce document, ils nous racontent cette fascinante expérience. Ces témoignages ont été enregistrés par téléphone et sont illustrés par des photographies du tournage ainsi que par de belles images HD du château de La Latte, tournées depuis un drone.

Richard Fleischer raconte les Vikings (28 min - SD avec upscale)
Ce deuxième entretien avec le réalisateur des Vikings date de 1996. Même si les redondances sont inévitables, il est moins lisse et consensuel que le premier, réalisé en 2002. Richard Fleischer y parle plus volontiers de lui-même et de son cinéma. Il évoque son goût pour les héros humains, ceux qui sont faillibles et qui meurent à la fin du film, son exigence lorsqu'il s'agit d'aborder l'écriture d'un scénario, ses rapports à la censure et la manière de la contourner. Une interview intéressante où Fleischer semble se livrer un peu plus qu'à l'accoutumée.

Film-annonce d'époque (3 min - SD)

Cette édition propose également un livre de Christophe Chavdia intitulé L'énigme Richard Fleischer (166 pages).
Les ouvrages consacrés à ce cinéaste sont rares. Le dernier en date est le Richard Fleischer de Stéphane Bourgoin paru en 1986. Aujourd'hui, le réalisateur des Vikings est un cinéaste constamment réévalué et dont la filmographie est régulièrement revisitée par les éditeurs, en DVD comme en Blu-ray (on signalera le très rare et étonnant Mandingo, paru récemment chez StudioCanal, qui fera l'objet d'une chronique prochainement sur DVDClassik). Le livre est composé d'une préface écrite par les enfants de Richard Fleischer et de quatre chapitres. Le premier chapitre relate la carrière de Fleischer et l'influence de son père Max, célèbre créateur de Betty Boop (entre autres), puis viennent les études de metteur en scène de théâtre et les années RKO. Puis, film par film, Christophe Chavdia entreprend une mission difficile : trouver une certaine cohérence dans l'oeuvre polymorphe de Richard Fleischer. L'entreprise est  ambitieuse et il s'en sort de manière remarquable. Ce livre est bien écrit et très bien documenté. Il faut dire qu'il y a matière, l'oeuvre de Richard Fleischer étant considérable. Le deuxième chapitre est entièrement consacré au film Les Vikings, il évoque avec précision l'écriture du scénario, la pré-production et le tournage. Le troisième chapitre rassemble les souvenirs de quelques figurants norvégiens ayant participé au tournage du film et qui sont aujourd'hui encore vivants.

En savoir plus

Disc Title: LES VIKINGS
Disc Size: 41 208 700 101 bytes
Protection: AACS
BD-Java: No
Playlist: 00004.MPLS
Size: 25 748 563 968 bytes
Length: 1:56:03.957
Total Bitrate: 29,58 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24011 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1655 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2097 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 13,289 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 10 janvier 2019