Menu
Test blu-ray

Les Rivaux du rail

BLU-RAY - Région B
Sidonis / Calysta
Parution : 17 / 2 / 2020

Image

Issu du catalogue Paramount et édité en Blu-ray il y a quelques années (2012) par les Américains d'Olive Films, Les Rivaux du rail rejoint la collection western de Sidonis avec une présentation tout à fait recommandable. La gamme de couleurs, variée et harmonieuse, nous ferait presque penser à un scan 2K, effectué à partir d'un élément photochimique correctement tiré. Les matrices du Technicolor sont plutôt bien superposées, on ne relève que très ponctuellement des contours coloré : un léger décalage qui affaiblit un tout petit peu une qualité de définition très correcte à défaut d'être exceptionnelle (le scan un peu doux en détail y est aussi pour quelque chose). La copie est en tout cas très stable, tant au niveau du cadre que pour les pulsations de colorimétrie ou de contraste. Des contrastes, justement, qui apparaissent équilibrés, et une image qui possède en tout cas une belle patine argentique, avec un grain qui n'a pas été gommé. Le comparatif ci-dessous, avec l'édition américaine, montre que le master Sidonis a bénéficié d'un léger nettoyage ainsi qu'une correction de luminosité (Gamma) qui renforce le niveau des noirs et la saturation des couleurs, et fait encore mieux ressortir le grain argentique.

comparatif Blu-ray Olive (2012) vs. Blu-ray Sidonis (2020)1  2  3  4  5  6

Son

La version originale est de bonne facture, assez claire et détaillée. L'ampleur n'est pas démesurée et l'on sent une petite limitation du spectre mais le rendu est convaincant, très propre et dénué de souffle. Sidonis a fait l'effort de proposer la version française d'époque, aux caractéristiques sensiblement limitées : le spectre est très réduit et assez couvert, les voix sont presque saturées, mais l'ensemble est propre et sans bruit de fond disgracieux.

Suppléments

Présentation de Bertrand Tavernier (18 min - 1080i)
Le cinéaste cinéphile revient sur Les Rivaux du rail et son "scénario archi-cliché", écrit par "un très très très mauvais scénariste". Lorsqu'il évoque Byron Haskin, Tavernier insiste sur un réalisateur engagé à la dernière minute et souvent confronté à un "travail de sauvetage". Il revient sur sa "filmographie intéressante", les défauts et les qualités du metteur en scène, notamment son savoir-faire qui se retrouve dans les magnifiques plans en décors réels et sa façon de filmer les trains qui ravira les amateurs. Tavernier revient aussi sur le casting inégal, un Sterling Hayden "raide et pas très convaincant", une utilisation inhabituelle et plus originale de J. Carrol Naish ou la collaboration avec Edmond O'Brien, "un acteur formidable" qui amenait une complexité à scripts rudimentaires.

Présentation de Patrick Brion (8 min - 1080i)
L'historien et créateur du Cinéma de Minuit revient d'abord sur les westerns tournés en 1952, "une très bonne année", avant d'aborder Les Rivaux du rail, "un film très inégal" rehaussé par "la surprise" Edmond O' Brien. Comme Bertrand Tavernier, Patrick Brion évoque le physique de l'acteur, son côté massif "loin du héros westernien classique", qui se fera rapidement oublier par sa présence et la justesse de son jeu. Brion regrette la faiblesse du scénario, un Sterling Hayden "assez mal utilisé", Laura Elliot et son personnage "peu crédible", le couple de comédie "inutile" formé par Zasu Pitts et Paul Fix. Il y a heureusement la beauté des paysages du Colorado, "remarquablement filmé".

On ne retrouve pas la bande-annonce du film, seulement un long teasing des sorties de l'éditeur.

En savoir plus

Taille du Disque : 30 455 995 784 bytes
Taille du Film : 22 416 642 048 bytes
Durée : 1:28:50.283
Total Bitrate: 33,64 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 27,86 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 27866 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1794 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2010 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 0,193 kbps
Subtitle: French / 30,837 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 7 février 2020