Menu
Test blu-ray

Les Portes de la nuit

BLU-RAY - Région A, B, C
Pathé
Parution : 29 / 3 / 2017

Image

Les Portes de la nuit a bénéficié d'une très belle restauration du laboratoire italien de l'Immagine Ritrovata. Le négatif original a été scanné en 4K, et renforcé par une source intermédiaire utilisée pour remplacer certaines parties trop endommagés (les plans concernés ont un rendu à peine plus épais, plus granuleux). L'ensemble est très convaincant, aussi fidèle que possible aux caractéristiques d'origine, au point d'en conserver les défauts du tournage. Ainsi, malgré un excellent niveau de détail et une belle définition générale, certaines parties de l'image (on sera surtout sensibles aux visages) peuvent pourtant paraître plus ou moins floues, de manière régulière. Ce n'est pas un problème de scan HD mais bien une erreur de mise au point au moment de la prise de vues : hormis quelques rares plans avec des personnages franchement flous, la très faible profondeur de champ et l'utilisation d'objectifs perfectibles (qui ont tendance à réduire la zone de netteté à la partie centrale de l'image, avec une accentuation du flou en bords de cadre) ont souvent rendu compliquée la netteté sur les visages, cela se jouant souvent à très peu de choses. Si le matériel d'origine semble avoir été bien conservé, et si les images ont été bien nettoyées, les plus observateurs remarqueront, de temps en temps, quelques fines rayures verticales, très discrètes, trahissant une légère usure de la pellicule qui n'a pas été complètement atténuée. Le noir et blanc est assez beau, avec une palette de gris variée, aux contrastes stables (saluons cet effort), même si on aurait sans doute préféré que les noirs soient un tout petit peu plus denses : on a fait le choix de respecter l'étalonnage original conçu pour les salles de cinéma, avec une gamme de noirs un peu clairs. Enfin, pour donner à l'ensemble une patine "cinéma" parfaite, au rendu pellicule très fidèle, un grain fin et idéalement dosé a été conservé, soutenu par un encodage aux petits oignons.

Son

Cette restauration permet à la bande-son de gagner en dynamique (une grande amélioration pour certains passages musicaux), en propreté et en clarté. De très bonnes conditions d'écoute qui, comme pour l'image, conservent quelques défauts d'époque, notamment avec les prises de son direct, parfois légèrement saturées.

Suppléments

Le film est accompagné de deux suppléments réalisés par Jérôme Wybon.

Interview de Jean-Pierre Jeunet (  min - 1080i)
Le réalisateur du Fabuleux destin d'Amélie Poulain est un grand fan de Marcel Carné, au point de posséder photographies, dossiers de presse ou accessoires de ses films (comme le chapeau de Pierre Brasseur dans Les Enfants du paradis !). S'il avoue préférer Le Quai des brumes, il a été marqué par le soin apporté par Carné à ses seconds rôles, ce qui l'a à l'évidence influencé pour Delicatessen par exemple. Il aime le style Carné / Prévert, "rendre plus poétique la réalité", et ne cache pas avoir voulu "re-préveriser" ses scripts trop réalistes. Une rencontre bien trop courte, presque papillonnante et furtive.


Le destin des Portes de la nuit (  min - 1080i)
Grâce aux interventions de Philippe Morisson, créateur du site marcel-carne.com, et du critique et historien N.T. Bihn, vous en saurez beaucoup sur ce projet prometteur qui a constamment joué de malchance, victime du destin lui aussi, à commencer par le départ du couple Gabin / Dietrich pour qui le film était destiné. Comme à son habitude, Jérôme Wybon a déniché des documents rares : des images du décor en construction ou les essais d'Yves Montand et de Jean Vilar (dans un rôle différent de celui qu'il tient dans le film). Les deux spécialistes reviennent sur les défauts du film comme le poids des seconds rôles par rapport aux deux acteurs principaux qui débutaient ou le scénario déséquilibré ("portrait de groupe au lieu de portrait de couple, et quartier-personnage"), et parlent du budget indécent au sortir de l'Occupation. Ils n'en oublient pas les qualités comme "la lucidité amère de l'immédiat après-guerre" ou la musique de Joseph Kosma. On évoquera enfin de la redécouverte tardive du film, quelques décennies plus tard, loin des polémiques et de l'accueil critique qui ne fut pas très bon (contrairement au box-office très honorable).

Il manque malheureusement la bande-annonce du film.

En savoir plus

Taille du Disque : 44 488 052 569 bytes
Taille du Film : 34 735 503 360 bytes
Durée : 1:52:09.764
Total Bitrate: 41,29 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 36,79 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 36794 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1169 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1182 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 33,997 kbps
Subtitle: English / 31,031 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 21 avril 2017