Menu
Test blu-ray

Les Disparus de St. Agil

BLU-RAY - Région A, B, C
Pathé
Parution : 16 / 12 / 2015

Image

Les Disparus de St. Agil a été restauré en 2014 par le laboratoire Eclair à partir du négatif caméra nitrate original. Le résultat est d'une très bonne tenue grâce à un scan 2K qui a permis d'obtenir une image souvent précise et détaillée. On signalera cependant que la mise au point est parfois incertaine, certains plans pouvant paraître plus ou moins flous. Outre une mauvaise mise au point, ces défauts s'expliquent par la faible profondeur de champ utilisée, ou les aberrations optiques provoquées par certains objectifs de l'époque. Un grain fin a été conservé et donne au film une belle patine argentique. La copie est immaculée, relativement bien stabilisée : deux ou trois plans sont encore légèrement tremblotants mais on ne relève pas de pulsations de luminosité ou de contraste. Celui-ci est plutôt bien équilibré, avec une belle gamme de gris qui pêche malheureusement par des noirs manquant encore un peu de densité (ils apparaissent trop clairs et rendent d'ailleurs visibles des artefacts d'encodage autour de 59 min 17 - cf. la dernière capture de notre galerie). On note également que les plans truqués (fondus, fondus au noir), généralement assez courts et donc peu gênants, sont d'une qualité légèrement en retrait, avec un aspect plus agressif, moins de détail et une nette montée de grain. C'est également le cas d'autres passages (comme entre 1 h 02 min 20 et 1 h 04 min 23), heureusement très rares, qui tranchent avec le reste du film. Ils sont caractérisés par des noirs plus charbonneux, des blancs "écrasés", sans subtilité, un trait beaucoup plus doux, une baisse sensible du détail (11 min 55 où apparaît un effet d'aquarelle - cf. l'avant-dernière captures de la galerie), et avec là aussi un grain plus prononcé. Il s'agit soit d'un problème causé pendant la fabrication du négatif, à l'époque, ou bien l'utilisation d'une source de qualité inférieure (un interpositif) pour remplacer des plans sans doute trop endommagés sur le négatif. Il ne faut pas perdre de vue que le film va bientôt sur ses 80 ans, filmé sur un support (nitrate) fragile et instable : ce genre de désagrément est, pour le moins, inévitable - mais ici compensé haut la main. Il sera sans doute très difficile de faire mieux...

Son

Le rendu de la bande-son est aussi bon que possible, vu l'ancienneté du film. Le spectre est logiquement assez réduit, avec un mixage simple (époque oblige), mais très fidèle aux conditions d'origine. Le son a cependant été complètement nettoyé : on note un souffle relativement discret et une grande clarté des voix. (avec parfois quelques sifflantes mais sans saturation). Le film est également présenté en Audiovision pour les malvoyants.

Suppléments


La restauration (20 min - 1080i)
S'il est fréquent de voir des suppléments spécifiquement consacrés aux restaurations de film, un domaine où les Français sont parmi les plus performants, ce module fait partie des meilleurs du genre. Il retrace simplement, en six étapes, le processus de restauration aux laboratoires Eclair des classiques de cette salve de fin d'année (Goupi Mains Rouges, mais aussi Les Disparus de St Agil et L'Assassinat du Père Noël). On découvre un savoir-faire précieux et méticuleux, on se rend compte du travail de fourmi des techniciens et des infographistes, des heures passées à sauvegarder, réparer, nettoyer, étalonner ou mixer les films pour arriver à un tel résultat de perfection, tout en gardant en tête le respect de l'oeuvre originale.


Excepté ce module, présent sur les trois classiques français sortis en décembre 2016, Pathé n'a malheureusement pas produit de documentaire spécifique aux Disparus de St. Agil, se contentant de reprendre les suppléments sortis en DVD dans la collection Pathé Classiques en 2006 :


Noël Véry, le fils du scénariste des Disparus de St. Agil, mène ici deux conversations autour du film. L'entretien avec Pierre Tchernia et Robert Rollis (21 min - SD - 4/3) est une discussion certes plaisante à suivre, qui permet d'apprendre quelques détails du tournage ou du projet, mais qui donne quand même l'impression de survoler son sujet, malgré la présence du trop rare Pierre Tchernia. L'entretien avec Francis Lacassin et Jacques Baudou (12 min - SD - 4/3) est sans doute plus intéressant car il s'intéresse au parcours du romancier et scénariste Pierre Véry. Celui-ci s'est approprié le genre du roman policier en y apposant son style, un goût du merveilleux acquis durant l'enfance. On en profite pour évoquer l'aspect autobiographique des Disparus de St. Agil (les Chiche Capons ont bien existé !). Noël Véry a récemment repris ces entretiens sous forme de conversation pour le Blu-ray de Goupi mains rouges.

On trouve enfin la bande-annonce originale restaurée (4 min 21 s - 1080i)

En savoir plus

Taille du Disque : 34 854 512 809 bytes
Taille du Film : 26 801 307 648 bytes
Durée : 1:38:55.930
Total Bitrate: 36,12 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 31,60 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 31600 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / Main Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1297 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1287 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 35,413 kbps
Subtitle: English / 29,185 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 11 février 2016