Menu

Test blu-ray

Les Amants de Salzbourg

BLU-RAY - Région A, B, C
Elephant Films
Parution :

Image

Les Amants de Salzbourg est un Douglas Sirk peu connu et visiblement peu considéré par le studio Universal, détenteur des droits, qui n'a pas encore financé de restauration digne de ce nom : pour cette première édition mondiale en Blu-ray, Elephant Films a sans doute récupéré le seul matériel HD actuellement disponible, un simple transfert d'une copie positive, du même genre qui avait servi pour produire le master du DVD sorti chez Carlotta il y a dix ans :

DVD Carlotta (2008) vs. BR Elephant (2017) :     1            2            3          4            5 

On retrouve ainsi les mêmes défauts sur les deux supports : un Technicolor mal ajusté dont les trames rouge/verte/bleue ne sont pas toujours bien alignées, qui créent une impression de flou ainsi que des contours colorés (ici pendant un fondu - capture 1). Il y a aussi cette sorte d'écho bleuté provoqué par des zones très claires (une robe blanche, une chemise blanche, notamment - captures 3 et 5), conséquence d'une erreur de laboratoire pendant le tirage de la pellicule. Le master HD  est un scan simple de l'image sans nettoyage numérique ultérieur : la copie reste globalement instable, que ce soit pour le cadre (tremblements plus ou moins légers), les contrastes (pulsations régulières du niveau de noir) ou la colorimétrie (certaines teintes peuvent fluctuer). En HD, l'image apparaît moins sombre, avec un étalonnage désormais plus froid mais qui manque peut-être encore d'un peu de saturation. Côté définition, c'est très décevant : le piqué est vraiment doux, le détail est très limité, le grain assez épais. L'encodage du disque n'arrange pas les choses puisqu'on retrouve le même défaut croisé sur les Blu-ray de la même salve, Capitaine Mystère et Le Secret magnifique, qui souffrent d'une compression visible, "un encodage AVC sur courant alternatif", avec une image qui se lisse de manière cyclique "comme si le manque de débit était préjudiciable à l'encodage en temps réel". Une exemple ici.

Contrairement à Tempête sur la colline, une autre rareté signée Douglas Sirk qui, elle, avait bénéficié d'une restauration très récente, Eléphant a choisi de sortir Les Amants de Salzbourg en Blu-ray, un choix sans doute inapproprié vu l'état perfectible de la copie - qui reste évidemment meilleure que sur le DVD paru il y presque dix ans. Les inconditionnels de Sirk auront tort de s'en priver, bien que le transfert reste techniquement indigne du support. Les plus patients sauront, eux, ce qu'il leur reste à faire...

Son

La version originale reste d'une qualité honnête, aux dialogues clairs, mais ne brille pas spécialement par une amplitude démesurée. L'ensemble reste quand même assez plat, avec des montées de souffle légères mais ponctuelles. La version française ne se situe pas loin mais un cran en deçà, avec un spectre un tout petit peu plus couvert, toujours un léger souffle et quelques craquements. Le rendu de la musique y est sensiblement moindre par rapport à la VO où elle garde une ampleur modeste mais de meilleure facture.

Suppléments

Le film est présenté dans un combo Blu-ray et DVD (au contenu identique), avec une jaquette réversible reprenant l'affiche américaine originale (et un titre en français). Eléphant Films propose un livret de 20 pages écrit par Louis Skorecki : Deux ou trois choses que je sais de Douglas Sirk. Le romancier et cinéaste se souvient avec nostalgie et beaucoup d'esprit de l'époque où il découvrait Sirk, lorsqu'il écrivait pour les Cahiers du Cinéma. Le "jeune aventurier de la cinéphilie" qu'il était alors rencontrait un "aventurier de la sentimentalité", fort d'un lyrisme musical qui pouvait se retrouver jusque dans les larmes.

Douglas Sirk par Jean-Pierre Dionnet (9 min - 1080i)
Le journaliste et critique partage ici son regard personnel sur le film et le cinéaste, "un pessimiste qui a vu le nazisme" et qui deviendra une référence pour nombre de metteurs en scène. Rien de bien nouveau dans le détail, mais une belle déclaration d'amour à son cinéma.


Présentation du film (9 min - 1080i)
Jean-Pierre Dionnet évoque Les Amants de Salzbourg où Sirk "parle de l'Allemagne éternelle" comme si la guerre n'avait jamais eu lieu. Il fait une filiation pertinente avec La Route des Indes de
David Lean et présente en quelques mots différents membres de l'équipe comme le directeur de la photographie William H. Daniels ("qui respecte le credo Sirkien"), Françoise Rosay et sa carrière anglo-saxonne, June Allyson dans "un de ses très rares rôles dramatiques" ou Marianne Koch et sa carrière "irrégulière". Il ajoute également un petit mot de Sirk sur son acteur principal, Rossano Brazzi, qui ne possédait pas du tout le sens du rythme (ce qui est plutôt compliqué pour interpréter un chef d'orchestre !).


Parmi les très nombreuses bandes-annonces des films de Douglas Sirk édités par Eléphant, on trouve celle des Amants de Salzbourg (2 min 26 - SD). Il y a enfin une galerie de photographies du film (en HD), en fait des captures du master HD proposé sur ce Blu-ray.

En savoir plus

Taille du Disque : 20 788 144 683 bytes
Taille du Film : 15 964 114 944 bytes
Durée : 1:29:01.961
Total Bitrate: 23,91 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 19,98 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 19989 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1249 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1152 kbps / 16-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1216 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1152 kbps / 16-bit)
Subtitle: Undetermined / 0,206 kbps
Subtitle: French / 29,579 kbps

Technique

Durée : 89 min

Support : BD25

Région : A, B, C

Encodage vidéo : Mpeg-4 AVC

Format cinéma : 2.35 : 1

Format vidéo : 16/9

Résolution : 1080p

Langues : Anglais et Français DTS-HD Master Audio mono 2.0

Sous-titres : Français (amovibles)

Le Film

Captures