Menu
Test blu-ray

Les Amants de Montparnasse

BLU-RAY - Région All, B
Gaumont
Parution : 19 / 9 / 2012

Image

Le nouveau master est lumineux et très stable, de plus il a été totalement nettoyé et se distingue par une propreté impressionnante. En règle générale, la définition est plutôt exemplaire (les textures ressortent magnifiquement en HD) ; les quelques problèmes de piqué, assez rares, sont dus à la pellicule d'origine et non au traitement numérique. L'image se révèle douce mais n'est pas abusivement lissée pour autant, le grain cinéma étant bien présent malgré l'usage du DNR. Malheureusement certains plans sont moins bien traités que d'autres, particulièrement en basse lumière où l'on voit apparaitre des effets de postérisation (c'est bien visible en vidéo-projection). On note une très belle échelle de gris, mais on regrette que les contrastes ne soient pas aussi éblouissants que l'on aurait souhaité (les noirs qui devraient être profonds sont plutôt gris foncés). En conclusion, on a affaire à un très beau master mais le résultat général n'atteint pas l'excellence de titres comme Les Yeux sans visage ou French Cancan, les scènes de jour - magnifiques - ne pouvant compenser le rendu décevant des scènes en basse lumière.

Son

La bande-son présente une belle clarté, on ne relève aucun souffle ni scorie d'aucune sorte. Cette piste mono se distingue par un rendu général de qualité très satisfaisante avec des ambiances et une bande musicale bénéficiant d'un mixage bien équilibré sur un plan dramatique. La nature des voix et leur profondeur sont parfaitement retranscrites. On note enfin une belle présence des bruitages qui rendent cette piste bien vivante. Un mono précis et parfaitement immersif.

Suppléments

Jacques Becker et la condition d'artiste (HD - 55 min)
Produit par Gaumont et réalisé par Dominique Maillet, ce documentaire recueille les témoignages de l'historien du cinéma Olivier Curchod, de la scripte - et fille du réalisateur - Sophie Becker, de l'écrivain et historienne du cinéma Denitza Bantcheva, de la comédienne - et compagne de Becker - Françoise Fabian, du réalisateur - et fils du cinéaste - Jean Becker et enfin de l'actrice principale du film Anouk Aimée. A travers ces entretiens croisés, d'extraits de Montparnasse 19 et de quelques photographies d'archives, ce documentaire lève le voile sur ce qui fut une production difficile et un film à part dans la carrière de Jacques Becker. La première partie de ce documentaire s'attache à retracer l'historique mouvementée de Montparnasse 19 et son contexte de production : la situation personnelle de Jacques Becker à la fin des années 50, la mort subite de Max Ophuls qui préparait le film, la violente polémique déclenchée par le scénariste Henri Jeanson au sujet du scénario qui fut totalement réécrit par Becker, le "miscasting" de Gérard Philipe en raison de la nouvelle direction impulsée par le réalisateur. Grâce surtout à Olivier Curchod, un grand nombre d'explications nous sont fournies qui mettent en lumière les raisons étant à l'origine de la nature complexe des Amants de Montparnasse. Ensuite, le documentaire se penche plus précisément sur le film qui est analysé par les différents intervenants, ces derniers semblant en partager une vision plus ou moins identique. Sont abordés les ambitions de Becker concernant le scénario et l'aspect formel du film, les rapports délicats qu'il entretint avec Gérard Philipe sur le plan de la direction d'acteur, l'entente entre le cinéaste et ses deux interprètes principaux, la recherche d'universalité dont faisait preuve Jacques Becker, le rapport entre le travail de création du peintre et du metteur en scène. Sur un plan structurel, ce documentaire se révèle mieux construit, plus fluide, plus centré sur son sujet, bref plus réussi que celui présent sur les éditions vidéo d'Antoine et Antoinette. Et même si le cinéphile en sait dorénavant beaucoup plus sur Montparnasse 19, ce dernier conserve quand même son mystère ; ce qui n'est pas la moindre de ses nombreuses qualités.

Par Ronny Chester - le 10 octobre 2012