Menu
Test blu-ray

Le Vieux fusil

BLU-RAY - Région All, B
LCJ Editions
Parution : 23 / 9 / 2017

Image

Le coffret collector sorti en septembre 2017 propose une nouvelle restauration 4K du film de Robert Enrico sur pas moins de trois supports différents, un DVD, un Blu-ray et un Blu-ray UHD. L'éditeur LCJ avait déjà sorti un premier Blu-ray en 2013 à partir d'un master HD fort honorable et dont le principal défaut était de ne pas être à la bonne cadence image (25 images/sec.). Cet impair est aujourd'hui réparé (sauf pour le DVD, évidemment, qui ne supporte pas la cadence 24 images/sec). Notre comparatif ci-dessous vous indiquera les différences entre l'ancien Blu-ray et le nouveau. Si le premier comparatif semble indiquer une meilleure précision pour le Blu-ray 2017, cette différence s'estompe quelque peu sur les trois autres comparatifs. On notera également quelques différences d'étalonnage et de gestion du contraste.

Comparatif 1  Comparatif 2  Comparatif 3  Comparatif 4

Le Blu-ray standard possède donc une image soignée avec un encodage assez réussi dans la gestion du grain.

Le Blu ray UHD
Un nouveau format... Disons-le tout de suite, cet article n'a pas pour but d'essayer de vous convaincre de racheter toute votre collection en Blu-ray UHD, ni de  tenter de dénoncer un coup marketing orchestré par les constructeurs pour vendre plus de TV. Pour le moment, la  question légitime que nous nous posons est : le HDR s'applique-t-il au film de patrimoine sans le dénaturer ? Récemment un colloque de professionnels organisé par l'Association française des directeurs de la photographie cinématographique nous a apporté quelques réponses, les vidéos sont consultables sur le site de l'AFC. Je vous invite à les regarder, elles sont très intéressantes : Colloque HDR/AFC.
Le Blu-ray UHD du film de Robert Enrico est HDR, mais sa première qualité est de nous proposer le film avec une définition proche du 4K. Ce qui peut paraître pertinent sachant que le négatif du film a été scanné et restauré avec cette résolution. De ce point de vue c'est plutôt réussi, même s'il ne faut pas s'attendre à un supplément de définition extraordinaire, le grain est plus dense et mieux résolu sans sharpeness, c'est plutôt agréable à regarder avec un encodage en HEVC extrêmement bien maîtrisé. Ce nouveau codec est une franche réussite et on a bien du mal à le mettre en défaut.

Le HDR (High Dynamic Range)
Pendant longtemps les techniciens du film ont vanté un avantage de la pellicule face à son jeune cousin la vidéo : sa dynamique. C'est aujourd'hui l'argument massue, le HDR existe depuis les frères Lumière nous dit-on... La dynamique d'un négatif est extrêmement élevée et le capteur CMOS d'un scanner est capable de restituer ces informations de haute et basse lumière depuis au moins dix ans. Jusqu'à maintenant, la chaîne de diffusion (que ce soit en salle ou bien chez les particuliers via la TNT, la Box ou le support physique) n'était pas capable de transmettre cette dynamique au diffuseur, qui lui-même n'était pas capable de l'afficher. Aujourd'hui, les chaînes de diffusion sont prêtes... presque prêtes. Les afficheurs aussi, sachant que la normalisation n'est pas encore terminée pour la salle, même s'il existe déjà des procédés en exploitation comme le Dolby Vision ou Eclair Color. Ces procédés proposent un éclairement de l'écran autour de 100 candelas (ou 100 nits), ce qui nous interpelle immédiatement. Le cinéma, tel qu'il est défini depuis toujours, c'est environ 48 candelas. Lors de sa diffusion en salle en 1975, Le Vieux fusil était montré avec une valeur d'éclairement similaire, et pas supérieure à 50 candelas. Ce qu'il faut comprendre, c'est que cette puissance lumineuse supplémentaire n'est pas obligatoirement destinée à modifier l'éclairage d'un plan ou à éblouir le spectateur, mais plutôt à révéler des micro-contrastes présents sur le négatif, apportant une profondeur et un modelé très séduisants, car favorisant l'immersion. Cela fonctionne plutôt bien dans le cadre du Vieux fusil, pour peu que l'on ait adapté soigneusement les capacités de son diffuseur à la dynamique présente sur ce Blu-ray. Si le diffuseur présente un déficit de nits, il faudra réajuster sa courbe de gamma (en plusieurs points si possible) car l'image pourra paraître trop sombre. Le réglage du contraste étant linéaire, il risque de saturer les blancs et n'est donc pas conseillé. Il faut donc ajuster les hautes lumières de manière logarithmique pour conserver le plus d'information possible, tout en relevant le pied de courbe du gamma pour les basses lumières. L'exercice va paraître forcément rebutant pour les non férus de technique, et les constructeurs devront trouver impérativement des solutions de simplification. Car, toute proportion gardée, ce que nous faisons là ressemble beaucoup à ce qu'un laboratoire ferait pour adapter la dynamique du signal 16 bits d'un scanner vers un DCP ou un Blu-ray standard 8 bits, en appliquant la fameuse LUT. Il y a beau avoir des méta-datas sur le disque pour guider le diffuseur, les choses ne sont pas aussi simples que cela... Ces remarques étant faites, une fois que l'on a trouvé le bon réglage (du moins je pense), il faut bien admettre que les gros plans de Romy Schneider en UHD génèrent une certaine satisfaction, et un petit de désir de on aimerait bien voir d'autres films comme ça...

Les deux images ci-dessous ne prétendent absolument pas représenter des captures UHD/HDR. Seules les informations d'affichage sont à prendre en compte. Nous étudierons la possibilité de réaliser des captures UHD (comme nous le faisons pour les Blu-ray HD) ultérieurement.

Son

A l'écoute, le nouveau mixage parait plus précis que l'ancien, avec moins de distorsion, les voix sont plus rondes et l'ensemble moins agressif. Le mixage du premier Blu-ray parait pollué par du bruit de quantification - peut-être dû à la correction de tonalité ajoutée pour compenser l'accélération à 25 images/sec. Car pour ce qui est du timbre des voix, on ne sent pas de réelle différence entre les deux mixages. Le Blu-ray UHD propose la même piste audio que le Blu-ray HD.

A propos de la zone de lecture :
Le premier Blu-ray LCJ était zone ALL, le nouveau Blu-ray (HD) est zone B uniquement. Le Blu-ray UHD n'est pas zoné et, d'une manière plus générale, ce nouveau format n'a plus de contrainte de zone.

Suppléments

L'essentiel de ces suppléments consiste en une compilation d'archives de l'INA consacrée au Vieux fusil.
Il y a sept modules en tout :

Bruniquel, sur les lieux du tournage (4 min - SD)
Ce reportage, tourné en 1975 pour le JT de Toulouse (FR3 probablement), propose quelques courtes interview de Robert Enrico, Romy Schneider et Philippe Noiret dans le village de Bruniquel dont le château servit de décor au film.

Sortie du film, interview de Robert Enrico (3 min - SD)
Dans cette interview datant de l'année de la sortie du film, Robert Enrico se défend contre l'idée que son film soit une apologie de la violence et de la vengeance.

Extrait de la cérémonie des Césars 1976 (4 min - SD)
Jean Gabin et Michèle Morgan remettent le César du meilleur film à Robert Enrico.

Interview de Pascal Jardin (3 min - SD)
Dans le cadre de l'émission L'invité du jeudi présentée par Anne Sinclair en 1979, le scénariste Pascal Jardin revient sur la genèse du film (on apprend d'ailleurs que Claude Sautet aurait aussi participé à l'écriture). Malheureusement l'entretien est beaucoup trop court, puisque plus de la moitié des trois minutes est en fait un extrait du film.

Interview de Philippe Noiret (3 min - SD)
Tourné en 1988, le comédien aborde dans cette interview son peu de goût pour les récompenses et les Césars en particulier.

Extrait de la cérémonie des Césars 1985 (2 min - SD)
Au court de cette cérémonie, Sophie Marceau remet à Robert Enrico le César des Césars pour Le Vieux fusil... Tout est dit.

Interview de Philippe Noiret (3 min - SD)
En 2002, dans une interview donnée à Bernard Rapp, Philippe Noiret exprime avec humour une certaine lassitude à sans cesse reparler du Vieux fusil. Il en profite pour rendre un vibrant hommage à Romy Schneider.



 

Bande-annonce originale (2 min - SD)
Galerie de photos promotionnelles (3 min - SD)
Filmographies de Philippe Noiret, Romy Schneider et Robert Enrico

Un livret de 26 pages
Ce livret propose quelques anecdotes sur le tournage et quelques critiques de l'époque parues dans la presse. Rien de transcendant.

En savoir plus

Matériel de test pour le Blu ray UHD:
Vidéo projecteur Sony VW 760
Lecteur Panasonic UB900

Disc Title: LE VIEUX FUSIL
Disc Size: 38 388 304 880 bytes
Protection: AACS
BD-Java: No
Playlist: 00003.MPLS
Size: 30 803 834 880 bytes
Length: 1:41:51.000
Total Bitrate: 40,33 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 32928 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 921 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit / DN -2dB)
Audio: German / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1349 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1338 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit / DN -2dB)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1409 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit / DN -1dB)
Subtitle: French / 1,639 kbps
Subtitle: English / 3,993 kbps
Subtitle: French / 15,672 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 26 mars 2018