Menu
Test blu-ray

Le Solitaire

BLU-RAY - Région B
Wild Side
Parution : 11 / 3 / 2015

Image

Parfois, les images parlent plus que les mots, et il suffit de jeter un coup d'oeil aux captures ci-dessous pour mesurer à quel point l'upgrade entre la précédente édition française du film (DVD MGM daté de 2003) et cette nouvelle édition haute-définition est gigantesque. Propreté, définition, piqué, grain, gestion des couleurs, de la luminosité, du contraste, cadre... la liste des "tellement mieux" est sans fin.

Pour tout dire, il nous serait probablement plus juste de mener la comparaison avec l'édition Blu-ray zone A éditée par Criterion aux Etats-Unis début 2014 : obtenue après un scan à 4K d'un négatif 35mm d'origine, nettoyée de toutes ses saletés, supervisée et approuvée par Michael Mann lui-même, cette édition avait été saluée lors de sa sortie américaine pour son exemplarité. Un comparatif sur captures ne laisse aucun doute : c'est bien le même master qui a servi pour l'édition Wild Side (et, par ailleurs, pour l'édition UK Arrow), et l'on n'aura pour tout dire vu quasiment aucune différence notable permettant d'affirmer la quelconque supériorité d'une édition sur une autre : elles sont également splendides !

Il y a d'ailleurs fort à parier que les spectateurs qui avaient découvert le film avec la précédente édition DVD vont être stupéfaits par le film qu'ils vont ici redécouvrir : la nuit éminemment "mannienne" (existe-t-il un cinéaste filmant l'urbanité nocturne aussi bien que Michael Mann ?) retrouve ici tout son éclat, et pour tout dire, plusieurs plans nous ont fait redouter un décrochage irrémédiable de la mâchoire. Nous n'utilisons pas le mot tous les quatre matins, mais pour les amateurs de polars américains, voilà une édition tout bonnement indispensable.


DVD MGM 2003


BR Wild Side 2015


DVD MGM 2003


BR Wild Side 2015

Son

Les améliorations constatables en terme d'image s'étendent au domaine du son (nous parlons ici de la version originale DTS-HD Master Audio 5.1) : le relief des ambiances nocturnes, là encore, est admirable, et met particulièrement en valeur la partition de Tangerine Dream, dont les amateurs se délecteront (à titre personnel, nous rejoignons l'avis de Michael Mann quand il suggère, à demi-mot, qu'il n'utiliserait pas ce type de musique s'il devait refaire le film). Aucun défaut méritant d'être signalé n'est parvenu à nos oreilles. Signalons la présence d'une version française, nettement moins convaincante à tous égards.

Suppléments

Tout d'abord, il faut préciser d'emblée que la version du film figurant sur cette édition est la Director's cut de 1995, incluant notamment la "séquence du pêcheur" (incarné par le bluesman Willie Dixon) au bout d'une dizaine de minutes de film. Il s'agit d'une très belle séquence, mais s'il est un reproche qu'il nous semble pouvoir adresser à cette édition, c'est de ne pas avoir laissé la possibilité du choix entre la version cinéma et la version Director's cut - ne serait-ce pour ceux qui voudraient revoir le film tel qu'ils l'avaient découvert à sa sortie.

Ce bémol mentionné, saluons une nouvelle fois le bel effort éditorial de Wild Side, qui - nonobstant les difficultés du marché - persiste dans sa conception "prestigieuse" de l'édition (même si, et bien entendu, le prix de lancement d'un tel objet n'est du coup pas anecdotique).

Sur le disque, outre une bande-annonce (en SD), figure un entretien exclusif avec James Caan, mené par Robin Gatto et Cass Paley en 2014 (HD - 24 minutes). L'acteur, désormais septuagénaire, évoque le tournage du film, sa rencontre avec un débutant nommé Michael Mann (chez qui il avoue, rétrospectivement, retrouver quelque chose du caractère "obsessionnel et compulsif" de Frank), ses apports au personnage (notamment dans la démarche ou la diction) et autres souvenirs et anecdotes.

Mais l'autre supplément de choix, bien entendu, se trouve dans l'ouvrage accompagnant le disque, d'autant plus marquant cette fois-ci qu'il s'agit de l'un des derniers travaux du regretté Michael Henry Wilson, mort en juillet 2014 (dans une émouvante préface, Brigitte Dutray évoque le souvenir de cet homme érudit et délicieux). Nous ignorons dans quelle mesure la disparition de l'auteur a modifié la nature même de cet ouvrage d'accompagnement (très richement illustré - était-il d'ailleurs nécessaire de faire figurer tant de photos pour remplir ses dernières pages ?), mais sa dimension historique ou analytique demeure très modeste (cinq pages, où sont évoquées la question du réalisme chez Michael Mann, les analogies avec d'autres cinéastes comme Eastwood ou Fuller, et une succincte analyse "mythologique" du personnage de Frank), tout juste complétée par une préface un peu lyrique de Philippe Garnier.

Son essence est donc désormais davantage celle d'un recueil d'entretiens, ceux menés de son vivant par Michael Henry Wilson avec Michael Mann. Les trois premiers (qui n'entretiennent qu'un rapport lointain avec Le Solitaire, puisqu'ils sont avant tout consacrés à Ali, Collateral et Public Enemies) sont des reprises d'entretiens déjà publiés, en leur temps, dans la revue Positif. Le quatrième, cependant, est inédit, et a été réalisé en juin 2014 dans la perspective de cet ouvrage. A la fin de l'entretien, Michael Henry Wilson demande à Michael Mann s'il pourra le rappeler un peu plus tard pour achever la discussion...

Toujours est-il que durant une trentaine de pages, Mann revient sur ses intentions de jeune cinéaste (notamment liée à la manière de filmer la ville de Chicago) et sur bon nombre d'anecdotes concernant les inspirateurs du film, qui ont pour certains collaboré au film (notamment John Santucci, qui joue le rôle du flic Urizzi, et que James Caan évoque également dans l'entretien évoqué plus haut, le qualifiant de "génie"). Dans la dernière partie, sont évoqués la manière dont Mann parvient à évoquer la psyché de ses personnages à travers ses images seules, ou encore la fameuse "séquence du pêcheur", différence principale entre la version cinéma et la version director's cut.

En savoir plus

Taille du disque : 40 760 189 997 bytes
Taille du film : 38 145 417 216 bytes
Durée: 2:04:43.476
Total Bitrate: 40,78 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 32105 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / Main Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1375 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3342 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1652 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 0,133 kbps
Subtitle: French / 18,810 kbps

Par Antoine Royer - le 17 mars 2015