Menu
Test blu-ray

Le Quatrième homme

BLU-RAY - Région B
Rimini Editions
Parution : 16 / 7 / 2019

Image

Encore une belle idée de sortie pour les éditions Rimini avec cette pépite du Film noir dont les droits sont tombés dans le domaine public. Cela a permis de contourner la relative paresse de la MGM qui tarde à restaurer le film malgré la présence, dans ses archives, des meilleurs éléments photochimiques existants. Cette restauration alternative a été effectuée à partir d'une copie 35mm de bonne qualité, à laquelle il n'a pas été appliqué beaucoup de travaux numériques : il persiste très ponctuellement (lors des fins de bobines) quelques traces d'usure, taches ou points blancs/noirs pour un rendu globalement très propre. Les bémols techniques viennent surtout de la qualité du scan qui montre quelques faiblesses, avec en premier lieu une petite douceur des images : le détail est encore limité mais le piqué conserve un niveau honorable, avec un grain présent bien que, là aussi, assez tempéré. On remarque aussi, assez rapidement, un calibrage hasardeux des hautes lumières, avec des blancs très clairs et parfois presque brûlés. Les contrastes, eux, sont assez bien ajustés, avec un équilibre palpable et des noirs solides. Rimini a repris la meilleure restauration actuellement disponible, sortie aux Etats-Unis en 2016 en BD-Rom chez The Film Detective. L'éditeur américain avait appliqué une petite correction de gamma, sans doute pour abaisser légèrement la luminosité générale et, ainsi, atténuer la clarté abusive de certains plans. Une modification qui reste finalement assez négligeable, en tout cas très insuffisante pour obtenir un rendu efficace.

comparatif Blu-ray The Film Detective (2016) vs. Blu-ray Rimini (2019) : 1 2 3 4 5 6

Son

La version originale est de bonne facture. Le spectre reste encore un peu couvert, pas toujours ultra précis dans les détails, mais il est globalement propre, dénué de craquements ou de sifflantes. Un léger souffle reste encore palpable en arrière-plan, heureusement modérément marqué. En 2011, Wild Side avait déniché une version française d'époque, malheureusement indisponible sur cette édition...

Suppléments

Phil Karlson par Jean-François Rauger (11 min - 1080i)
Le critique et directeur de la programmation à la Cinémathèque française revient sur la carrière du réalisateur Phil Karlson à l'occasion d'une rétrospective "quasi intégrale" qui eut lieu à l'automne 2014. Toujours aussi passionnant à écouter, Jean-François Rauger resitue en quelques minutes, et de manière très claire, le cinéma de Phil Karlson, spécialiste des séries B à petits budgets, très stylisés, qui évoluera essentiellement dans le Film noir et le western. Ses films trahiront un véritable intérêt pour le peuple américain : dénonciation de la corruption politique et morale, attachement aux sujets de société de l'Amérique provinciale de l'après-guerre...

Cette édition est complétée par Ces hommes qui avancent masqués, un livret de 32 pages écrit par Christophe Chavdia, de l'agence La Plume, au travail toujours très documenté et enrichissant. Il évoque l'élaboration du projet Kansas City Confidential, "un des représentants les plus originaux de ce genre balisé", qui dut jouer des contraintes de la censure, et présente les principaux intervenants de ce "fiévreux collectif". A commencer par la longue carrière de Phil Karlson, réalisateur jadis méprisé puis oublié, au "souffle créateur" aujourd'hui respecté, sa collaboration avec le producteur Edward Small ou ses incursions télévisuelles pour des séries policières (c'est lui qui tourna les pilotes des Incorruptibles). On évoque également John Payne, "homme d'affaires pragmatique" qui tourna notamment avec Allan Dwan, sa partenaire Coleen Gray ou l'accueil critique à la sortie...

En savoir plus

Taille du Disque : 23 098 498 812 bytes
Taille du Film : 20 479 574 016 bytes
Durée : 1:39:09.735
Total Bitrate: 27,54 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 24,00 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24002 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2059 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 26,793 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 12 juillet 2019