Menu
Test blu-ray

Le Juge et l'assassin

BLU-RAY - Région B
Studiocanal
Parution : 10 / 3 / 2015

Image

La réédition des premiers films de Bertrand Tavernier en haute-définition était à ce point attendue qu'elle a, à l'occasion, suscité une légère frustration : des trois titres de la salve de mars 2015 (L'Horloger de Saint-Paul et Un dimanche à la campagne ont déjà été évoqués par ailleurs), c'est peut-être Le Juge et l'assassin qui offre la plus-value la plus significative, même si celle-ci n'est pas absolument spectaculaire.

C'est principalement au niveau du piqué et de la luminosité que le gain est le plus satisfaisant, si l'on compare avec l'édition DVD déjà ancienne de 2001 (voir comparatif ci-dessous) : les ambiances nocturnes ou en clair-obscur des intérieurs (prison, chambre de Rose...) ou la lumière si particulière des paysages ardéchois retrouvent un éclat particulièrement appréciable, et le voile qui enveloppait parfois l'image sur le DVD s'est dissipé (quitte à ce que l'on incline parfois vers de légers sur-contours) pour révéler une qualité de détails assez fine.

A noter que le film retrouve son format original de 2.35:1 (le DVD offrait un ratio de 2.29 environ), mais si cela signifie un gain d'image sur les bords gauche et droit de l'image, on aura pu observé une perte infime sur les bords haut et bas (voir les cadres ou la nappe sur la deuxième image ci-dessous). 


DVD StudioCanal 2001


BR StudioCanal 2015


DVD StudioCanal 2001


BR StudioCanal 2015

Son

La piste DTS-HD Master Audio 2.0 offre un rendu clair, dépourvu de scories, qui met bien en valeur la partition ou les chansons de Philippe Sarde. Le film est également disponible en audio-description.

Suppléments

Comme pour L'Horloger de Saint-Paul ou pour Un dimanche à la campagne, les suppléments figurant sur cette édition sont une reprise de ceux qui apparaissaient sur la précédente édition DVD :

On y retrouve une interview de Bertrand Tavernier et Philippe Noiret (34 min 40 - SD) menée par Michel Boujut en 2001 et dans laquelle le cinéaste, principalement, revenait, avec sa faconde habituelle, sur la genèse du projet (avec Aurenche et Bost), sur quelques anecdotes de tournage ou sur la réception du film, notamment concernant son «"étiquetage » politique.

Un autre supplément offre un entretien avec Michel Galabru (26 min 30 - SD), mené par Jean-Luc Cambier en 2001, où le comédien parle en détail de ce qui demeure « la date la plus importante de sa (ma) carrière cinématographique. » Il y revenait notamment, avec la truculence (et les défauts d'articulation...) qu'on lui connaît, sur sa collaboration avec Tavernier, qui l'aura incité à s'extraire de ses habitudes de jeu ou de sa "paresse" de comédien pour se documenter et construire un personnage bien plus complexe que ceux qu'il aura eu l'occasion de jouer par ailleurs.

A noter également une bande-annonce (2 min 11 - SD) d'assez médiocre qualité.

En savoir plus

Taille du disque : 37 405 621 595 bytes
Taille du film : 33 517 473 792 bytes
Durée: 2:06:46.333
Total Bitrate: 35,25 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29964 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1561 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1674 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Subtitle: French / 33,847 kbps

Par Antoine Royer - le 20 mars 2015

Partenariat