Menu
Test blu-ray

Le Grand blond avec une chaussure noire

BLU-RAY - Région A, B, C
Gaumont
Parution : 4 / 6 / 2014

Image

Le Grand Blond avec une chaussure noire avait fait l'objet d'une édition DVD en 2005, déjà chez Gaumont, seul ou dans un coffret lui adjoignant sa suite, Le Retour du Grand Blond. Cette édition offrait un point de repère intéressant, dans la mesure où sa qualité globale était tout à fait satisfaisante eu égard aux standards SD de l'époque : en se prêtant à l'exercice du comparatif sur captures, plusieurs points sautent aux yeux et méritent d'être évoqués ici.

Tout d'abord, évacuons la question de la définition, par nature même favorable à la haute-définition : cette lapalissade n'est évidemment pas démentie, d'autant que si elle tenait effectivement la route, l'édition SD de 2005 n'était pas exempte de contours un peu "baveux" ou de défauts de piqué, très largement corrigés ici.

Pour le reste, une première remarque, et non des moindres, concerne le cadre, conséquemment élargi (en particulier sur les bords gauche et droite), qui permet de retrouver l'intégralité de l'image originelle.


Edition SD Gaumont 2005


Edition HD Gaumont 2014
(image réduite - pour la taille réelle, voir la galerie ci-contre à droite)

Il faut tout de même, par ailleurs, avouer être frappé par la différence flagrante de colorimétrie qui s'offre à nous : manifestement "boostés", les contrastes de l'édition 2005 étaient absolument excessifs (certains murs intérieurs, que l'on redécouvre aujourd'hui blancs cassés, y apparaissaient quasiment violets) et l'aspect global de l'édition 2014 est incontestablement plus réaliste, respectant bien mieux les caractéristiques de la pellicule ; mais du coup, certains spectateurs ne manqueront pas de trouver un peu fade, voire un peu froid, le rendu bleuté, métallisé (généralisé à la plupart des titres en couleur de la première salve de cette collection de Blu-ray à petits prix) de cette édition haute-définition.

Un deuxième exemple de captures comparées montre bien les deux extrêmes entre lesquels on a ainsi navigué : pour certaines scènes d'intérieur, le grand écart s'opère ainsi entre le rendu sur-contrasté, limite "crâmé", de l'édition SD et une édition HD, plus satisfaisante à tous points de vue, mais qui apparaît dès lors presque terne et un peu sombre.


Edition SD Gaumont 2005


Edition HD Gaumont 2014
(image réduite - pour la taille réelle, voir la galerie ci-contre à droite)

Mentionnons enfin, outre un léger défaut de stabilité sur le générique de début, un peu de lissage ou de dégrainage, certes léger, mais constatable sur certains gros plans de visages.

Son

Un ensemble très satisfaisant, à tous points de vue : pas (ou peu) de souffle ou de sons parasites, des dialogues clairs, des ambiances riches et un mixage somme toute équilibré, malgré quelques effets minimes de saturation dans les aigus.

Suppléments

Profitons une nouvelle fois de l'occasion pour saluer cette courageuse opération de la part de Gaumont, qui met ainsi à disposition en haute-définition et pour moins de 10 euros, certains titres de son catalogue, dont des classiques du gabarit du Grand Blond avec une chaussure noireCompte tenu de l'audace commerciale d'un tel geste, il ne faut évidemment pas s'attendre à voir débarquer des suppléments inédits particulièrement extraordinaires, et ce sont en l'occurrence trois suppléments (un documentaire et deux bandes-annonces) qui figuraient déjà dans le coffret DVD édité en 2005 qui nous sont proposés ici.

Le plus conséquent est un documentaire de Jérémie Imbert et Yann Marchet, La Naissance du Grand Blond (43 minutes - SD). Dans ce module copieux, on retrouve à la fois Yves Robert (disparu en 2002), Francis Veber, Pierre Richard, Paul Le Person (disparu lui en 2005), Mireille Darc, la productrice Danièle Delorme ou encore le compositeur Vladimir Cosma, qui racontent force anecdotes autour de la naissance du projet (dans un premier temps intitulé La Boîte d'allumettes, en référence peut-être à La Mort aux trousses), du casting, de la musique (le volubile Stéphane Lerouge est ainsi également convié) ou de la personnalité d'Yves Robert. Dans un montage de séquences du film, de photos de tournages ou d'images d'archives, est également brièvement évoqué le deuxième opus des aventures du Grand Blond.

Deuxième opus dont la bande-annonce accompagne celle, assez drolatique, de ce premier épisode (les deux en HD). Sur un montage assez ouvertement parodique, on y entend deux voix-off se chamailler à propos du mystère de la chaussure noire. Original et percutant.



 

Par Antoine Royer - le 19 juin 2014