Menu
Test blu-ray

Le Cousin Jules

BLU-RAY - Région B
Carlotta
Parution : 21 / 10 / 2015

Image

Comme on peut le voir dans les suppléments, Le Cousin Jules a été en grande partie restauré par son auteur, scanné en 2K pour un résultat tout à fait fidèle au rendu d'origine. A l'exception d'une petit rayure verticale et d'un poil persistant dans un coin de cadre lors d'un plan, la copie est très propre. L'image est globalement stable (on note quelques rares petits tremblements), le trait est assez précis avec un excellent niveau de détail, malgré l'utilisation d'optiques perfectibles au tournage. Le grain, fin, répond largement présent, soutenu par un débit vidéo très solide. La colorimétrie reprend les caractéristiques de la pellicule d'origine : teintes douces pour les scènes en lumière naturelle et saturation plus accentuée dans les intérieurs en lumière artificielle. Côté bémols, vraiment minimes, on relèvera que certains plans auraient peut-être mérité un meilleur ajustement des contrastes, les noirs paraissant parfois trop clairs. On devinera également la présence régulière de bruit vidéo dans les à-plats sombres.

Son

Une grande partie de la prise de son a été effectuée en "stéréo de phase" : deux micros ont été minutieusement positionnés pour restituer au mieux l'écoute humaine, ce qu'explique Dominique Benicheti dans l'un des suppléments. Le rendu évoque effectivement, lors de certaines scènes (comme lorsque l'on suit longuement l'avancée de la charrette sur le chemin), une spatialisation subtile. Le son est, d'une façon plus générale, extrêmement clair, précis et détaillé. On relèvera seulement deux défauts issus de la prise de son : quelques rares petits bourdonnements et un très léger souffle à un moment donné. La bande-son est présentée en DTS-HD Master Audio et en LPCM plein débit (24 bits) à la dynamique solide et aux rendus exigeants.

Suppléments

Le temps scellé (20 min - HD)
C'est l'occasion d'une rencontre avec le chef opérateur Pierre-William Glenn, un témoignage précieux de celui qui fit partie de l'aventure du Cousin Jules : il partage quelques anecdotes du tournage (c'était "une petite équipe où il fallait tout faire"), évoque le souvenir du réalisateur Dominique Benicheti ("un artiste technicien"), mais sait surtout trouver les mots justes pour parler du film. Jamais à court de réflexions pertinentes, il évoque aussi bien le choix du format scope pour filmer "le spectaculaire du quotidien", que "l'intelligence des gestes" du cousin Jules dans un film "qui apprend à regarder". Un excellent complément qui, après celui présent sur le Blu-ray de Dangereuse sous tous rapports, sorti il y a quelques semaines, montre à quel point Pierre-William Glenn sait être passionnant lorsqu'il parle des films qu'il aime.

A l'origine d'une restauration (11 min - SD gonflé en 1080p)
Ce court module est une manière de faire connaissance avec Dominique Benicheti qui met lui-même la main à la pâte pour nettoyer la bande-son et le négatif original de son film. Erudit et très technique, ce pédagogue dans l'âme explique le choix du Techniscope, préféré au fameux Cinemascope pour les prises de vues du Cousin Jules. Disparu avant d'avoir terminé la restauration, il souhaitait projeter son film en 3D...


Rushes et archives de tournage (11 min - HD)
Une compilation muette d'images du tournage filmées en 16mm, dont certains extraits sont utilisés pendant le module avec Pierre-William Glenn.

Bande-annonce 2015 (1 min 13 - HD) produite pour la ressortie du film en salles en avril dernier.

En savoir plus

Taille du Disque : 39 633 740 949 bytes
Taille du Film : 28 289 163 264 bytes
Durée : 1:31:52.673
Total Bitrate: 41,05 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 35,00 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 35000 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1707 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: French / LPCM Audio / 2.0 / 48 kHz / 2304 kbps / 24-bit
Subtitle: French / 0,210 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 23 octobre 2015