Menu
Test blu-ray

La Piscine

BLU-RAY - Région B
M6 Vidéo
Parution : 23 / 10 / 2019

Image

Pour cette nouvelle restauration réalisée en 2017, l'ayant droit SND a chargé la société de conseil Filmo de rechercher et vérifier les éléments photochimiques disponibles et de superviser la restauration numérique réalisée en 4K par le laboratoire Hiventy. C'est à partir de ce DCP 4K que le laboratoire a réalisé une passe HDR et Dolby Vision pour cette nouvelle édition Blu-ray UHD. Elle est accompagnée d'une déclinaison HD et SD de cette nouvelle restauration sur support BR et DVD, le tout proposé dans un élégant digibook. Pour ce test, nous vous proposons des comparatifs entre les deux transferts UHD/HD et la précédente restauration réalisée en 2007 et éditée sur support Blu-ray en 2009 par SND.

La restauration et le Blu-ray HD
Le communiqué de presse publié par l'éditeur nous informe que, hormis quelques rayures assez fines révélées par le scan 4K, le négatif original était plutôt dans un bon état de conservation. De ce fait, nous constatons une image assez stable et sans défaut de surface important. Le communiqué vante également "un grain de peau magnifique et une image plus détaillée dans les hautes lumières." Vérifions tout cela en image, en consultant notre première salve de comparaisons HD entre le Blu-ray HD 2019 et le Blu-ray 2009 :

Comparatif 1 Comparatif 2 Comparatif 3 Comparatif 4

Effectivement, nous constatons que le muret où est assise Romy Schneider est moins surexposé par le soleil sur la nouvelle restauration. Et d'une manière plus générale, la précision du scan 4K est clairement bénéfique, que ce soit pour la définition d'ensemble ou la texture de l'image et la densité du grain. La colorimétrie a finalement peu évolué en ce qui concerne les carnations, qui sont assez similaires sur les deux restaurations. En revanche, l'ambiance chromatique (la couleur du ciel et de l'eau) ont quelque peu évolué vers les couleurs secondaires. Cela n'est probablement pas dû à une coquetterie de restauration mais plutôt à une évolution matérielle considérable et une capacité d'analyse chromatique plus nuancée de la part des scanners actuels, les scanners et télécinémas d'ancienne génération avaient tendance à favoriser les couleurs primaires et à oublier les nuances. Pour le reste, nous constatons un cadre un peu plus aéré sur la nouvelle restauration, et un contraste un peu plus appuyé, avec un pied de courbe de gamma un peu plus tassé.

Le Blu ray UHD
La conversion HDR vers SDR s'est avérée assez difficile pour ce titre, la dynamique et les contrastes ne sont pas forcément très représentatifs de la réalité dans les comparatifs qui vont suivre. Par contre, en termes de définition, ce transfert est très surprenant avec un piqué phénoménal, sans que l'on détecte un quelconque artifice d'accentuation des contours. Si vous aimez le grain, vous allez être servis... En termes de piqué, l'édition 2008 est totalement dépassée. C'est l'objet des 5 comparatifs UHD suivants :

Cliquez n'importe où dans l'image pour passer de l'une à l'autre :
Comparatif 5 Comparatif 6 Comparatif 7 Comparatif 8 Comparatif 9

Plus surprenante est la différence entre le Blu-ray 2019 et son équivalent UHD, l'avantage de ce dernier nous apparaît encore plus important qu'à l'accoutumée avec ce genre de comparatif. Il faut dire que l'upscale du Blu-ray standard révèle un encodage AVC qui n'est pas optimal. Nous noterons également quelques défauts de compression HEVC dans la chroma, sur le disque UHD, malgré un débit qui dépasse régulièrement les 80 Mbits/sec. Ces défauts sont heureusement assez rares, et le premier comparatif ci-dessous impressionne par la capacité de ce Blu-ray UHD à restituer une telle finesse de grain.

Comparatif 10 Comparatif 11 Comparatif 12 Comparatif 13

Le HDR:
Comme nous le précisions, nous avons eu quelques difficultés a obtenir un rendu SDR satisfaisant pour les captures faites à partir du Blu-ray HDR10. Au visionnage sur un écran HDR, les hautes lumières nous ont paru légèrement trop compressées (le gravier en plein soleil par exemple). Nous ne sommes pas en mesure de donner un avis sur la version Dolby Vision, donc nos remarques s'arrêteront là. Précisons malgré tout que les métadonnées inscrites sur le disque indiquent que le film a été étalonné dans l'espace colorimétrique BT2020, ce qui est finalement assez rare, la plupart des Blu-ray UHD étant étalonnés dans l'espace chromatique P3 du DCP. Il est difficile de juger de l'apport réel d'un positionnement plus large des primaires dans l'espace colorimétrique, sachant que la plupart des diffuseurs ne dépassent pas l'espace P3. A ce sujet, le workflow décrit par le communiqué de presse de l'éditeur n'est pas d'une grande clarté : on croit comprendre que le film a été ré-étalonné dans l'espace colorimétrique BT 2020 et que la colorimétrie P3 du DCP a été réajustée à partir de cette espace. Mais nous ne sommes sûrs de rien...

Son

Après comparaison du matériel optique et magnétique disponible, un nettoyage des éléments a été effectué, le souffle a été filtré, les plops et autres défauts ont été éliminés. De ce fait, la restauration sonore est d'un très haut niveau, le communiqué de presse nous promet des timbres de voix soignés et il faut admettre que cette nouvelle restauration sonore est très agréable à l'écoute, y compris à fort volume. La piste sonore proposée sur la disque UHD est rigoureusement identique à celle du Blu-ray standard. Précisons également que ce dernier propose une version anglaise en supplément, mais qui ne figure cependant pas sur le Blu-ray UHD. Il ne s'agit pas d'une version post-synchronisée, les scènes ont été tournées deux fois, en français puis en anglais, les comédiens s'exprimant dans les deux langues. Il y a donc deux montages distincts du film sur le Blu-ray standard.

Suppléments

50 ans plus tard (27 min - HD)
Ce document réalisé en 2018 par Agnès-Vincent Deray (épouse de Jacques Deray) propose des interviews récentes de l'écrivain Alain Page, qui expose les simplifications du récit et donc les différences entre son roman et le scénario final, avec une légère pointe d'amertume car il estime que certains éléments du roman auraient pu être conservés dans le film. Le scénariste Jean-Claude Carrière raconte la genèse du film, expliquant avoir été séduit par le concept de huis clos en plein air, avec quatre personnages censés être amis, amants et même père et fille, qui vont finir par se haïr. Alain Delon raconte comment il imposa Romy Schneider aux producteurs qui souhaitaient Angie Dickinson ou Monica Vitti pour le rôle de Marianne. Très ému, l'acteur confie aujourd'hui ne plus être capable de regarder le film car le souvenir de Romy Schneider, Maurice Ronet et Jacques Deray, tous disparus, le hante encore. Jane Birkin évoque, elle, sa rencontre avec Jacques Deray à Paris alors qu'elle était en plein tournage de Slogan avec Serge Gainsbourg. Elle nous explique que le tournage de La Piscine était pour elle le prétexte idéal de ne pas avoir à repartir pour l'Angleterre y retrouver son époux d'alors, le compositeur John Barry. Un document inévitablement people, mais assez émouvant.


Fin alternative (1 min - UHD)
Cette fin plus morale était destinée à l'international. Elle est restaurée et présentée en UHD.

Archives (2 min - UHD)
Pour la promotion du film, une course de natation opposant Kiki Caron, Alain Mosconi, Alain Delon, Jacques Deray et Romy Schneider a été improvisée dans la fameuse piscine du film. Ce document rare, restauré en 4K, est proposé uniquement sur le disque UHD et en 4K s'il vous plaît.


Bande annonce française (3 min - UHD)
Ici également, nous apprécions de voir quelques suppléments en UHD natif. C'est extrêmement rare.

Bande annonce anglaise (3 min - UHD)

La piscine d'hier à aujourd'hui, signe des temps: livret de 32 pages
On doit ce joli texte, souvent amusant et à l'approche originale, à Marion Laporte (co-auteur d'un Que sais je ? sur la mode). Elle nous décrit dans un premier temps le contexte sociologique de la France au moment du tournage du film et les événements de Mai-68 qui vont soudainement interrompre la préparation du tournage de La Piscine. Puis de manière subtile, Marion Laporte aborde le film sous un angle plus original celui de la mode et du design, le film ayant été précurseur en la matière. Chaque objet, chaque vêtement (surtout les maillots de bain, il faut dire) sont analysés au regard de son époque, chaque créateur est cité. Un passage a retenu plus particulièrement mon attention et prête à sourire (mes parents appartiennent à la génération vautrée) : "Les nouveaux designers doivent adapter le mobilier aux nouveaux modes de vie. Ils participeront à une entreprise de transformation des postures. Ils répondent aux besoins des corps de cette nouvelle génération, que l'on a appelée la génération vautrée. Le mobilier doit s'adapter aux corps et non les corps au mobilier."

En savoir plus

Disque UHD
Disc Size: 77,416,809,588 bytes
Protection: AACS2
Playlist: 00005.MPLS
Size: 66,497,102,208 bytes
Length: 2:03:02.833
Total Bitrate: 72.06 Mbps
Video: MPEG-H HEVC Video / 62996 kbps / 2160p / 24 fps / 16:9 / Main 10 @ Level 5.1 @ High / 4:2:0 / 10 bits / HDR10 / Limited Range / BT.2020 / PQ / BT.2020 non-constant / Mastering display color primaries: BT.2020 / Mastering display luminance: min: 0.0001 cd/m2, max: 1000 cd/m2
* Video: MPEG-H HEVC Video / 3129 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / Main 10 @ Level 5.1 @ High / 4:2:0 / 10 bits / Dolby Vision / Limited Range / BT.2020 / PQ / BT.2020 non-constant / Mastering display color primaries: BT.2020 / Mastering display luminance: min: 0.0001 cd/m2, max: 1000 cd/m2
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1776 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /  1509 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS Audio / 2.0 / 48 kHz /   768 kbps / 24-bit
Subtitle: French / 20.116 kbps

Disque HD
Disc Label: LA_PISCINE
Disc Size: 46,048,860,582 bytes
Protection: AACS
Playlist: 00000.MPLS
Size: 23,497,623,552 bytes
Length: 2:03:02.833
Total Bitrate: 25.46 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 21496 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1776 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /  1509 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS Audio / 2.0 / 48 kHz /   768 kbps / 24-bit
Subtitle: French / 19.568 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 29 avril 2020