Menu
Test blu-ray

La Nuit du loup-garou

BLU-RAY - Région A, B, C
Elephant Films
Parution : 7 / 11 / 2017

Image

Pour son édition de La Nuit du loup-garou, Elephant Films a repris le master au format 1.85 : 1 sorti en Allemagne en 2014 et non la version recadrée en 2.0, disponible dans le coffret américain Universal depuis 2016. La restauration est plutôt récente, mais effectuée avec un matériel pas toujours homogène, à partir de plusieurs sources - il s'agit peut-être d'un interpositif d'époque. La précision de l'image varie ainsi d'une netteté convaincante (surtout dans les gros plans, parfois très réussis) à des passages plus doux (le pire étant entre 1 h 20 min 29 et 1 h 21 min 54, un passage digne d'un master SD - cf. dernières captures de la galerie d'images). Hormis pendant les brefs fondus (un peu tremblotants), la copie est très stable, très propre, avec des contrastes soutenus (les noirs sont denses). Si la colorimétrie est honnête, l'ensemble n'est pas aussi saturé que pour d'autres titres de la collection. L'image bénéficie d'un grain fin qui est parfois mis à mal par l'encodage du disque : on retrouve la "compression cyclique" déjà aperçue sur les titres de la Hammer édités par Elephant Films, un défaut ici assez discret qui absorbe les détails dans certaines zones très localisées (en général des aplats ou des peaux) et de manière répétée, comme le montrent ces exemples :

1   2   3

Son

La version originale est très propre, sans souffle, avec des voix claires dénuées de sifflantes ou saturations. Les ambiances sont bien restituées, le rendu est général est tout à fait convaincant. La version française est un peu plus couverte, avec des sifflantes plus prononcées. Un souffle accompagné de craquements apparaît de manière plus ou moins discrète selon les moments.

Suppléments

Pour sa belle collection consacrée à la Hammer, ElEphant Films s'est adjoint les services de Nicolas Stanzick, journaliste et auteur de Dans les griffes de la Hammer, sorti en 2008. Le film est proposé avec un livret de 20 pages, L'éternel retour de Dracula, Frankenstein & Co. où il évoque "la décennie de leadership incontesté" des productions Hammer, son "iconographie réinventée" à partir de Frankenstein s'est échappé, en 1957, l'"une des sagas les plus intelligentes qu'ait jamais proposée le cinéma fantastique (...) en rupture totale avec le classicisme incarné par les films de James Whale." Initiateur en 2014 de la réédition de la revue Midi-Minuit Fantastique, Stanzick raconte parallèlement comment la "fantasticophilie" de la France gaulliste s'est construite avec la Hammer, et ses artefacts magiques associant "le goût du mythe et celui de la subversion", à l'image de Dracula et "sa puissance d'évocation érotique."

Nicolas Stanzick est également mis à contribution dans les suppléments du Blu-ray et du DVD avec Hammer, la petite boutique des horreurs (11 min - 1080i) où, en une dizaine de minutes, il livre un très bon condensé de l'aventure Hammer, de sa création dans les années 30 jusqu'à la reprise de flambeau par les enfants et petits-enfants, vingt ans plus tard, qui institueront "un mouvement gothique" qui lancera toute une vague de films et inspirera de multiples auteurs à travers le monde (Mario BavaRoger Corman). Un module passionnant qui motivera l'acquisition du coffret ElEphant Films...


Présentation de La Nuit du loup-garou (25 min - SD)
Nicolas Stanzick parle d'abord du loup-garou, "personnage essentiel de ce bestiaire fantastique" et "troisième grand monstre de la Universal." Il raconte l'élaboration du scénario, explique les raisons de sa transposition en Espagne, "l'un des grands regrets de Terence Fisher", et présente quelques membres de l'équipe - comme Oliver Reed, acteur à la "bestialité sous-jacente", le chef opérateur Arthur Grant, dont la photo plus réaliste est une "évolution de style notable chez Fisher", ou le maquilleur Roy Ashton qui créa "le plus beau loup-garou de toute l'histoire du cinéma". Stanzick évoque le travail du réalisateur, son esthétique du sang et son traitement du mythe : "une dualité subie" qui renvoie à la société victorienne, aux valeurs puritaines et aux ressorts de classes (la malédiction est d'origine sociale). Il conclue avec la dimension subversive de l'esthétique Hammer, illustrée par la photo de couverture du premier numéro de la revue Midi-Minuit Fantastique.


Parmi les nombreuses bandes-annonces de la collection Hammer, vous pourrez voir celle du double programme Le Spectre du chat / La Nuit du loup-garou (1 min 20 - SD - n&b). Vous pourrez aussi consulter la galerie de photos (2 min - HD).

L'éditeur propose enfin une jaquette réversible, avec l'affiche originale.

En savoir plus

Taille du Disque : 22 130 475 673 bytes
Taille du Film : 16 977 371 136 bytes
Durée : 1:32:46.185
Total Bitrate: 24,40 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 19,98 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 19988 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1615 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1344 kbps / 16-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1451 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1344 kbps / 16-bit)
Subtitle: French / 0,078 kbps
Subtitle: French / 19,996 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 13 mars 2018

Partenariat