Menu
Test blu-ray

La Drôlesse

BLU-RAY - Région B
Gaumont
Parution : 29 / 11 / 2017

Image

La Drôlesse a été restauré en 2K à partir du négatif Super 16mm pour un résultat très convaincant. L'image possède une très belle patine argentique, par son rendu du grain (à la finesse conservée et à l'abondance maîtrisée) et sa palette colorimétrique, à l'orientation certes marquée (dans les jaunes et les verts) sur ces captures, mais dont les teintes conservent nuances et naturel du rendu pellicule pendant le visionnage. Le niveau de détail est plutôt soutenu et l'image, très stable et immaculée, bénéficie d'une définition très efficace. Les contrastes manquent régulièrement d'homogénéité, avec des noirs parfois un peu clairs dans les scènes d'intérieur (une inégalité perceptible dans une même scène, parfois d'un plan à l'autre) mais il est, en cela, conforme à ce que le public a vu en salle à l'époque. Aucun souci d'encodage, au débit vidéo plus que confortable. Des conditions optimales et plutôt luxueuses pour (re) découvrir ce film.

Son

Le rendu de la bande son est, lui aussi, très convaincant. Tout est d'une très grande clarté, jusque dans les nombreux dialogues chuchotés. On ne sent aucune usure, il n'y a aucun souffle ni saturations, et le mixage est restitué dans toute sa précision. La drôlesse est également présenté en Audiodescription, pour les malvoyants.

Suppléments

Les enfants terribles (33 min - 1080p)
Un entretien très intéressant avec le réalisateur Jacques Doillon qui parle très simplement et très franchement de ses débuts et de La drôlesse, présenté à Cannes alors que ce n'était qu'"un tout petit film". Il se souvient du fait divers qui l'a inspiré et des questionnements qui ont suscité l'écriture du scénario : pourquoi la petite fille est-elle restée quand elle aurait eu plusieurs fois l'occasion de s'échapper? Il parle évidemment du travail avec les enfants et les adolescents, marque de fabrique qui distinguera sa carrière (pour notamment Le petit criminel et Ponette), et comment les deux comédiens principaux ont été trouvés : il se souvient avec émotion de l'enterrement de la petite Madeleine Desdevises, quelques années plus tard, et du destin atypique de Claude Hébert, comédien qui semblait "venir d'ailleurs". Il évoque sa mise en scène ("il y a du travail partout"), le choix du huis clos qui donne "une liberté d'observation inouïe", le soulagement des fins de tournage, et ses rapports avec le producteur Yves Robert, "un homme infiniment curieux et généreux", "toujours enthousiaste"

Bande-annonce originale (2 min 30 s - 1080p)

En savoir plus

Taille du Disque : 37 813 063 477 bytes
Taille du Film : 27 481 688 064 bytes
Durée : 1:28:04.279
Total Bitrate: 41,61 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 36,84 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 36841 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1320 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1315 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 20,258 kbps
Subtitle: English / 15,164 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 3 septembre 2018