Menu
Test blu-ray

L'Homme qui n'a pas d'étoile

BLU-RAY - Région B
Sidonis / Calysta
Parution : 21 / 6 / 2018

Image

L'Homme qui n'a pas d'étoile fut l'un des tout premiers titres à intégrer la collection western de Sidonis, en 2007. Le film était alors présenté en DVD au format 1.33, tel qu'il pouvait être projeté dans certaines salles des années 50. Sauf que le film était à l'origine pensé pour un format panoramique, comme le montre l'observation du DVD et ses cadrages un peu étranges (avec beaucoup de vide en haut de l'image). Onze ans plus tard, Sidonis corrige le tir et propose pour la première fois en France le film dans son format d'origine, tel qu'il a été voulu, logiquement choisi par Universal pour son master HD. Il s'agit de la meilleure restauration disponible actuellement, sortie en Blu-ray en Allemagne, en 2014.

Cette restauration de L'Homme qui n'a pas d'étoile montre quelques faiblesses dans le rendu des images Technicolor, procédé qui nécessite la superposition de trois négatifs (rouge, vert, bleu). Pour obtenir un piqué optimal, les techniques numériques permettent aujourd'hui de les scanner individuellement puis de les aligner de façon parfaite. Mais la restauration proposée sur ce Blu-ray, plus ancienne, a été effectuée à partir d'une copie photochimique obtenue dans une tireuse mécanique, ce qui donne un résultat somme toute correct pour quelques plans mais encore imparfait pour une grande majorité : on devine de manière plus ou moins franche, et très régulièrement, de légers décalages des négatifs qui laissent apparaître des contours colorés, quelques taches de couleur (bleue) ponctuelles et un trait parfois dédoublé, donc moins net - phénomène accentué pendant les plans truqués (fondus) à la texture également plus épaisse. La qualité de la définition, déjà fragilisée, n'est pas non plus aidée par un scan HD techniquement limité, au niveau de détail un peu doux. La copie est totalement nettoyée et les contrastes sont très solides, soutenus par une colorimétrie bien plus dynamique, naturelle et variée qu'en DVD. Enfin, on notera la présence timide d'un grain un peu épais. L'un dans l'autre, si nous ne sommes pas encore face à la restauration de référence, le gain est toutefois évident par rapport à ce qui nous était proposé jusqu'alors en DVD.

Son

La version originale bénéficie d'un bon rendu : dialogues et ambiances d'une grande clarté, mixage précis, avec un très léger souffle. La version française est un peu plus étriquée et aussi plus couverte, avec des sifflantes prononcées, des voix un peu saturées et quelques légers craquements façon vinyle...

Suppléments

L'éditeur reprend les suppléments de l'édition DVD sortie en 2007 :

Présentation de Bertrand Tavernier (22 min - SD - 4/3)
Le réalisateur cinéphile revient sur l'"un des westerns majeurs des années 50" en racontant tout d'abord sa découverte de L'Homme qui n'a pas d'étoile, en VF, dans une des rares salles parisiennes qui le programmait ("à chaque fois, un choc"). C'est ensuite une analyse du film ("court et foisonnant") à travers ses deux principaux maîtres d'oeuvre : Kirk Douglas, qui a apposé sa marque et qui trouve là l'un de ses grands rôles, et King Vidor qui reprend ici les thématiques récurrentes de sa filmographie, en absorbant de manière évidente celles du western des années 50. Tavernier admire ce mélange "du cinéma de pionniers" et d'une modernisation du genre, louant "l'épaisseur romanesque", "la rapidité du trait", la "sur-vitalité" du personnage de Kirk Douglas et l'énergie de la mise en scène, "difficilement égalée". Il fait aussi une longue parenthèse autour des négociations pour l'exception culturelle européenne, au début des années 90, quand il prenait exemple sur l'histoire du film pour convaincre les interlocuteurs américains.

Horizons perdus (27 min - SD - 4/3)
Entretiens croisés entre Patrick Brion, Eddy Moine (fils d'Eddy Mitchell), le réalisateur et critique Jean-Claude Missiaen, et les historiens du cinéma Jean-Louis Leutrat et Suzanne Liandrat-Guigues. Ils reviennent sur ce deuxième western de Kirk Douglas, lequel prit part à la production du film, ce qui occasionnera des rapports très tendus avec un réalisateur habitué aux gros budgets et aux plannings confortables. Ils soulignent la verve de l'acteur, son engagement physique (il "prend le genre à bras-le-corps"), son côté iconoclaste et contestataire. Ils analysent ensuite, de manière plus ou moins pertinente, les thèmes de ce "western un peu idyllique" à la dimension éthique et morale, et aux personnages très contrastés, dont celui de Jeanne Crain, "femme moderne avant la lettre".


Pour cette réédition, Sidonis a succinctement monté une bande-annonce "maison" (1 min 42 - 1080p).

En savoir plus

Taille du Disque : 24 254 577 080 bytes
Taille du Film : 20 411 191 296 bytes
Durée : 1:29:09.969
Total Bitrate: 30,52 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 25,09 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 25092 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2045 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1576 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Subtitle: French / 0,748 kbps
Subtitle: French / 23,158 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 29 juin 2018