Menu
Test blu-ray

L'Homme du Kentucky

BLU-RAY - Région B
Sidonis / Calysta
Parution : 8 / 3 / 2018

Image

C'est au tour de Sidonis de proposer L'Homme du Kentucky en Blu-ray, quelques mois après le disque américain sorti chez Kino Lorber. Les deux éditeurs ont utilisé un master MGM pas tout à fait récent mais qui offre des conditions de visionnage très correctes, à défaut d'être pointues. La restauration a été effectuée à partir d'un matériel photochimique de bonne qualité, assez stable et bien nettoyé. Un soin plus particulier à été porté sur l'étalonnage avec des visages très lumineux et une colorimétrie assez efficace, même si l'on aurait souhaité que certains plans soient plus saturés (la verdure est parfois un peu terne). Les contrastes, souvent équilibrés, manquent un peu d'homogénéité, avec un niveau de noir inégal selon les plans, et parfois soumis à quelques pulsations. Le scan HD n'offre pas un piqué très impressionnant, même s'il reste très honnête, l'ensemble gardant ainsi une certaine douceur générale, essentiellement à cause d'un niveau de détail moyen (mais un peu plus efficace dans les gros plans). Le grain est malheureusement assez discret, une caractéristique de la restauration d'origine (l'image est à peu près identique à celle de l'édition américaine, à une petite différence de luminosité près). Il faut surtout noter que Sidonis nous propose le film en 1080i, c'est-à-dire à un cadencement de pellicule plus rapide (25 images par seconde au lieu de 24), pour une durée totale réduite de 4 minutes par rapport au Blu-ray Kino Lorber !

comparatif BR Kino (2017) vs. BR Sidonis (2018) :    1   2    3    4 

L'amélioration est par contre tout à fait notable par rapport au DVD sorti en 2004, même si nous ne sommes toujours pas face à un rendu totalement fidèle à la photographie d'origine. La restauration de Sidonis possède un étalonnage plus clair, avec une colorimétrie à dominante magenta. Vous noterez surtout une grande différence de cadrage : la restauration du DVD avait choisi de coincer l'image d'origine (au format 2.55) dans un cadre moins large. Résultat : les personnages sont affinés, comme amaigris. La restauration du Blu-ray restitue les bonnes proportions mais, toujours en 2.35, est obligée de supprimer une partie des informations, principalement à gauche du cadre. Une future restauration proposera peut-être un jour l'image complète, qui sait...

comparatif DVD MGM (2004) vs. BR Sidonis (2018) :   5   6   7   8  9

Son

Restauration ancienne oblige, le film n'est toujours pas présenté avec son mixage stéréo 4 pistes d'origine. VO comme VF sont en simple mono, pistes bien plates, sans grand relief : elles sont, certes, nettoyées mais font le minimum. Quel dommage pour le score de Bernard Herrmann... On préférera logiquement la VO dont les voix, en prise de son direct, sonnent plus naturelles que le doublage français d'époque, au rendu un peu plus étriqué et sifflant. On ne relève aucun souffle.

Suppléments

Présentation du film par Patrick Brion (10 min)
L'historien et créateur du Cinéma de Minuit de France 3 est le seul "habitué" de la collection western à intervenir ici. Il commence par évoquer les films tournés à l'époque de L'Homme du Kentucky, en 1955, "une des très grandes années du western." Il parle de certains films réalisés par des acteurs, souvent intéressants par leur ton inhabituel, et évoque les deux réalisations de Burt Lancaster. Lorsqu'il tente d'analyser L'Homme du Kentucky, Brion a bien du mal à cacher un certain embarras lorsqu'il s'agit d'y trouver des qualités. S'il cite la présence de Walter Matthau ou la bonne utilisation du tout récent Cinemascope, ce sont surtout les défauts qui lui viennent à l'esprit : lenteur de l'intrigue et surtout domination de l'acteur / producteur Lancaster qui s'entoure de partenaires très faibles (le jeu limité de l'enfant, "pas très attachant").


Burt Lancaster, un doux parfum de succès (50 min - SD - 4/3)
Comme sur le Blu-ray de Bronco Apache, Sidonis propose un documentaire américain sur la carrière de l'acteur. Datant des années 90, cette évocation de Burt Lancaster, "specimen humain hors du commun", reste très classique, très élogieuse et s'intéresse surtout à son parcours jalonné de grands films. On n'apprendra rien de très nouveau, sinon qu'il "voulait être son seul maître" : cela explique sa belle carrière de producteur indépendant, aux côtés de Harold Hecht. C'est surtout l'occasion de voir de multiples bandes-annonces de films pas toujours très connus, en regrettant que sa carrière européenne soit si peu (voire pas) abordée.

Bande-annonce (2 min 11 - SD) non sous-titrée et non finalisée (il manque les titrages !)

En savoir plus

Taille du Disque : 30 720 109 216 bytes
Taille du Film : 25 098 359 232 bytes
Durée : 1:39:39.040
Total Bitrate: 33,58 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 27,67 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 27671 kbps / 1080i / 25 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1986 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1990 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 0,003 kbps
Subtitle: French / 23,274 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 21 avril 2018