Menu
Test blu-ray

L'Autre

BLU-RAY - Région B
Wild Side
Parution : 14 / 9 / 2016

Image

La première impression d'ensemble devant la qualité du master image proposé est un ravissement général pour les yeux. Wild Side présente L'Autre dans une version HD restaurée qui respecte assez scrupuleusement l'aspect cinéma de l'œuvre ; c'est-à-dire que la gestion du grain cinéma est quasi exemplaire avec un rendu "argentique" bienvenu qui recueille notre approbation. Ce qui n'était pas gagné, compte tenu de la nature particulière de la photographie du grand chef opérateur Robert Surtees, à la fois "cotonneuse" et "organique", naturaliste mais aussi resplendissante dans son usage des couleurs (parfois douces, parfois bien saturées), lumineuse pour les scènes de jour et dans l'ensemble très contrastée. Justement, le travail de la colorimétrie est exemplaire à ce niveau, respectant parfaitement les choix du directeur de la photographie. De même, les contrastes se révèlent profonds, avec des noirs bien noirs et même parfois limite bouchés (mais le grain reste présent, ainsi que de nombreux détails dans les ombres). Concernant la définition, le piqué général est très probant avec la mise en valeur des peaux et des textures ; exception faite du plan d'ouverture du film en plan-séquence un peu vaporeux. Enfin, à part quelques très rares imperfections, la propreté de la copie est à mettre au crédit de la restauration. En résumé, il s'agit d'une très belle réussite.

Son

Les deux pistes HD mono, anglaise et française, sont de qualité satisfaisante et présentent des caractéristiques proches. L'Autre est nanti d'un travail sonore subtil, sans gros effets, mêlant harmonieusement la musique et les ambiances dans une harmonie propre à une chronique intime d'où peut surgir quelquefois des coups d'éclat déstabilisants. La version originale montre, et ce n'est pas une surprise, une meilleure dynamique et un équilibre général plus réussi. C'est la piste à choisir pour privilégier l'immersion. D'autant que la version française, qui n'a cela dit pas grand-chose à se reprocher, place les voix un peu plus en avant et que le doublage des enfants déçoit par son manque de nuances.

Suppléments

Wild Side a choisi de ne pas reprendre les suppléments présents sur l’édition DVD parue il y a quelques années chez Mk2 et qui comportaient une petite dizaine de courtes featurettes allant de une à 6-7 min. Celles-ci décortiquaient essentiellement les particularités de la mise en scène de Robert Mulligan au travers de 4 documents (La pastorale - Le double - L’imaginaire de l’enfance - Le fantastique) et la musique au travers de 5 autres documents (Les collaborations musicales - Le thème de Niles - L’univers de la magie - Les effets dissonants - La conception sonore). A cela s’ajoutait un dernier document de 6 min intitulé Il était une fois.

Au lieu de cela, l’éditeur a produit un nouvel entretien exclusif de près d’une demi-heure (32 min 30) entre Fausto Fasulo, rédacteur en chef du magazine Mad Movies et Pascal Laugier, réalisateur de Saint-Ange et du sulfureux Martyrs. Intitulé Robert Mulligan - L’autre Hollywood, l‘échange entre les deux hommes, entrecoupé d’extraits du film, est plaisant à écouter. Parmi les thèmes abordés, on notera l’évolution du genre et la place de L’Autre dans le fantastique mais également la place de Robert Mulligan dans le système hollywoodien. Ils évoquent également longuement différentes thématiques traitées dans le film. L’entretien propose ainsi pas mal d’informations concernant Mulligan et le film, et les analyses et avis émis apportent un éclairage cohérent sur celui-ci.

Cet entretien sera le seul bonus vidéo, l’autre supplément étant un livret d’une soixantaine de pages à l’iconographie une fois de plus très riche. Le texte, quant à lui écrit par Frédéric Albert Lévy, s’articule en deux parties. Le première, « Les deux visages de Thomas Tryon » (un peu plus de cinq pages) s’attarde sur l’écriture du livre, les raisons qui poussèrent Tryon à se mettre à l’écriture et survole quelques pistes d’exégèse du texte à la lumière de la biographie de l’auteur. Pistes auxquelles on peut adhérer ou pas. La seconde partie, « Robert Mulligan ou la fin de l’inconscience » (quatre pages) revient de manière brouillonne sur la carrière du réalisateur et sur la place de l’adolescence dans celle-ci. Enfin, une dernière partie d’un peu moins de quatre pages et intitulée « Twinless Twin » interroge sur la gémellité et la perte du frère.

En résumé, une interactivité intéressante à défaut d’être touffue et qui fournit de nombreuses d’informations et pistes de lecture pour qui ne connaît pas le film ou le réalisateur. On regrettera juste l’absence d'une bande-annonce (déjà absente du DVD français), pourtant présente dans les éditions DVD en zone 1.

Par Ronny Chester (technique) et Christophe Buchet (bonus) - le 23 septembre 2016