Menu
Test blu-ray

Colorado

BLU-RAY - Région B
Wild Side
Parution : 3 / 7 / 2013

Image

Si les deux versions de Colorado proposées sur ce Blu-ray bénéficient de masters de bonne qualité, certaines différences apparaissent nettement. On constate un léger recadrage (qui avantage la version longue, laquelle propose notamment un peu plus d'informations en haut de l'image) ainsi qu'un changement d'étalonnage et de colorimétrie. Dans la version courte, les contrastes sont moins poussés et les teintes apparaissent plus "brut", avec une très légère dominante jaune. La version longue propose, elle, des couleurs plus saturées, avec des bleus plus présents. Le niveau de définition est à peu près équivalent, en notant cependant que l’image d’ensemble de la version intégrale semble un tout petit peu plus adoucie, car légèrement dégrainée et dénuée d'accentuation de contours (visible sur la version courte). Le piqué des deux masters est heureusement plus que correct, surtout dans les gros plans, parfois remarquables de précision.

Bien que le film soit encodé deux fois sur le même disque (avec près de 3h30 de vidéo HD), notons que le taux de compression vidéo reste convenable (autour de 23 Mbps) et surtout invisible à l’oeil. Saluons en tout cas l’effort de l’éditeur d’avoir proposé le montage international, à l’intérêt essentiellement historique, dans des conditions tout aussi bonnes que la version originale italienne, jusqu'alors inédite en vidéo en France.







Son

Concernant la version courte trois pistes sonores (en mono d'origine) sont proposées, chacune ayant une sonorité bien distincte. La piste française possède le rendu le plus limité, avec un spectre musical réduit et un son couvert qui ne laisse pas beaucoup de place aux ambiances. Mais il y a toujours le charme de ces voix si familières (dont celle de Gérard Hernandez). La piste italienne offre plus d'ampleur, mais avec un son qui tire sensiblement vers les aigus et laisse parfois transparaitre un souffle presque imperceptible. La piste anglaise est équivalente, à ceci près qu'elle est souvent plus couverte. La version longue n'est proposée qu'en italien, avec une sonorité moins orientée vers les aigus que son équivalent de la version courte. Le mixage mono est clair et détaillé, avec peut-être un meilleur rendu de la musique.

Suppléments

De Leone à Sollima : entretien avec Sergio Donati (26 min - SD)
Le scénariste de Colorado revient sur un parcours dont les grandes heures sont associées à Sergio Leone (Il était une fois dans l’ouest, Le Bon, la Brute et le Truand, etc.). L’ombre du maestro plane sur l’univers du western italien dont il a posé les bases et dont Donati a profité, sans pouvoir toutefois trouver la liberté de développer beaucoup de projets personnels. Donati nous livre quelques impressions sur Sergio Sollima, avec qui il collaborera à plusieurs reprises, et sur l’écriture de Colorado dont il nous raconte la fin originalement prévue dans la première version du scénario. On pourra regretter que l’entretien ne se concentre pas assez sur l’écriture ou la production de Colorado, mais c’est en même temps un témoignage très intéressant sur le cinéma italien de l’époque (« la plus belle période des années 60 ») par l’un de ses plus prestigieux collaborateurs.

Pour clore la section supplément du Blu-ray, on trouve également une galerie de photos d’exploitation et d’affiches (en HD ?) ainsi que deux bandes-annonces américaines (4min 30 - HD) qui privilégient l’action à l’intrigue, surfant sur le récent succès du Bon, la Brute et le Truand : Lee Van Cleef est « Mr Ugly », de retour sur les écrans dans « The Big Gundown ».
La version internationale (90 min) est également disponible sur un DVD.

Dans la continuité de la ligne éditoriale choisie par l’éditeur, consistant à accompagner un film avec un livre inédit qui lui serait entièrement consacré (à l’instar des collections Classics Confidential ou Art of Noir) Wild Side nous propose Le Vautour et la proie, un livre de 128 pages écrit par Jean-François Giré, spécialiste du western transalpin. Richement illustré par les archives de l’auteur et de la famille Sollima, le livre retrace les différents parcours des principaux protagonistes du film au sein du genre western, et plus spécialement du "western spaghetti". Passionné et incollable sur la question, Jean-François Giré évoque la seconde carrière de Lee Van Cleef (miraculé par Sergio Leone), analyse le personnage du bandit Cuchillo qui fera de Tomas Milian, « le cubain de Rome », une figure populaire au point d’incarner la révolte mexicaine dans les « westerns Zapata », ou raconte l’évolution du producteur Alberto Grimaldi qui restera associé au western à l’italienne jusqu’au déclin du genre, avant de se diriger vers un cinéma d’auteur et des collaborations prestigieuses (Bertolucci, Pasolini, Fellini ou Scorsese). Jean-François Giré raconte une époque, celle du "western spaghetti", autant qu’il analyse les nombreuses thématiques de Colorado, l’un des fleurons du genre.

Par Stéphane Beauchet - le 3 juillet 2013