Menu
Test blu-ray

Chien enragé

BLU-RAY - Région B
Wild Side
Parution : 2 / 3 / 2016

Image

Après les "films de jeunesse" (sur des éditions sorties en novembre et qui proposaient deux films par Blu-ray), Wild Side poursuit en ce mois de mars 2016 son enthousiasmante collection Kurosawa / Toho avec deux films de la fin des années 40, L'Ange ivre et Chien enragéCe dernier titre avait déjà fait l'objet, chez le même éditeur, d'une sortie DVD en 2006, puis d'une ressortie (en édition "Collector") dans la collection des Introuvables en 2009. On peut aussi mentionner la sortie d'un DVD Zone 1 paru chez Criterion en 2004.

Il ne fallait probablement pas attendre monts et merveilles de cette réédition en haute-définition, tant l'expérience a déjà démontré à maintes reprises que le cinéma de patrimoine japonais n'est pas forcément le plus exemplaire en termes de préservation ou de conservation. De fait, on ignore les modalités précises de cette restauration, mais on doute qu'elle ait été menée à partir d'un négatif original, ni même à partir d'une copie en très bon état.

Certes, le comparatif ci-dessous (avec le DVD Criterion, qui n'était pas, il faut l'avouer, la plus belle sortie de l'éditeur) permet de relever - outre un (attendu mais pas si criant que ça) gain de définition - une amélioration sensible de la propreté d'ensemble, et ce quand bien même de discrètes scories (petits scratchs ou taches blanches) demeurent visibles ponctuellement. Mais, dans l'ensemble, le résultat n'a pas de quoi déclencher un enthousiasme démesuré : la définition demeure souvent approximative, et le manque de piqué est assez flagrant ; la balance des blancs n'est pas très homogène, et certaines séquences pâtissent d'un voile un peu grisâtre ; enfin, on constate une légère perte d'image sur les bords, visible par exemple en bas à droite de la première image du comparatif. Dans l'ensemble, si Chien enragé est bien une pièce essentielle du travail mené à la Toho par Akira Kurosawa, ce disque-ci ne sera probablement pas, une fois la collection entamée par Wild Side achevée, celui qui nous servira de disque de démo...

Comparatif DVD Criterion 2004 / BR Wild Side 2016 : Image 1   Image 2

Son

Le constat est un peu plus favorable, mais les mêmes causes produisant les mêmes effets, on peut soupçonner que les copies utilisées pour la bande-son souffraient de défauts difficiles à récupérer : nous avons donc affaire à une piste claire mais sans dynamisme particulier, la platitude de la bande-son atténuant par exemple la force dramaturgique de certaines séquences (on pense à la poursuite finale, en forêt, avec la jeune femme jouant du piano). Le souffle reste discret, mais le rendu d'ensemble paraît souvent un peu bouché : l'ambiance bouillonnante de la ville jouant particulièrement dans la nature du film, on aurait aimé mieux entendre les sons d'atmosphère de la rue...

Suppléments

On peut classer les bonus en deux catégories : les suppléments vidéo, repris de l'édition DVD, qui figurent sur le disque ; et le livret intégré au coffret, qui propose un texte inédit de Charles Tesson.

Sur le disque, on retrouve une analyse du film par Jean Douchet (15 minutes - SD), déjà vieille de dix ans puisque réalisée par Wild Side pour son édition DVD de 2006. Comme souvent chez Douchet, le très bon (la qualité de l'analyse filmique, l'inscription dans les thématiques de Kurosawa, l'évocation du motif du "soldat" qui traverse le film...) cohabite avec quelques défauts d'importances diverses. L'élocution n'est par exemple pas toujours limpide, et la formulation un peu alambiquée ("c'est l'action en tant que telle qui est importante et non pas ce que recherche l'action en tant que telle"...). Pour l'anecdote, on se permettra de parier que l'éminent historien du septième art n'est pas forcément aussi à son aise lorsqu'il s'agit de sport, puisqu'il confond plusieurs fois baseball et cricket...

Mentionnons également la présence du documentaire Akira Kurosawa écrit des romans (ou Kurosawa romancier - 33 minutes - SD), qui lui aussi figurait donc déjà sur l'édition DVD : annonçant au départ qu'il va raconter "55 ans d'une vie passionnée", l'ensemble est en réalité un montage (un peu décousu) de témoignages (le décorateur de plateau Yoshiro Muraki et son T-shirt Guns n'Roses, l'actrice Awaji Keiko, l'ingénieur du son Ichiro Minami...) ou d'archives de Kurosawa lui-même. Il contient quelques anecdotes intéressantes, à défaut d'être totalement passionnant sur la durée.

Le principal apport de cette édition se trouve donc dans son livret, Charles Tesson se livrant, sur une cinquantaine de pages plaisamment (mais peut-être un peu trop abondamment) illustrée, à une analyse du film. Dans un style clair et précis, l'historien du cinéma (on peut rappeler que l'essentiel des livrets des premières sorties de la collection, les "films de jeunesse", avaient été rédigés par un historien de formation, Michael Lucken, qui apportait un angle d'approche différent mais au moins aussi pertinent) évoque la genèse du film (consécutif à une crise interne à la Toho, qui mena Kurosawa à tourner Le Duel silencieux, en cette même année 1949, pour un autre studio, la Daiei) et ses conditions de tournage, en évoquant notamment l'apport d'Inoshiro Honda, futur réalisateur de Godzilla. Charles Tesson établit également des parallèles avec d'autres titres de la filmographie de Kurosawa (notamment l'antérieur Un merveilleux dimanche, qui annonçait d'une certaine manière la démarche néoréaliste de Chien enragé) et finit par évoquer, à travers quelques motifs emblématiques (aquariums ou escaliers...) son sens de la composition et de la dynamique du cadre.

En savoir plus

Taille du disque : 32 704 501 284 bytes
Taille du film :  28 989 530 112 bytes
Durée : 2:02:37
Total Bitrate: 31,52 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 28321 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: Japanese / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1558 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Sous-titres : French / 19,218 kbps

Par Antoine Royer - le 4 mars 2016