Menu
Test blu-ray

Certains l'aiment chaud

BLU-RAY - Région A, B, C
MGM UA
Parution : 15 / 6 / 2011

Image

MGM propose en blu-ray l’exacte réplique du master édité en dvd en 2007. L’ensemble est de bonne tenue, le télécinéma est convaincant. Il y a un léger dégrainage mais une bonne définition, un bon contraste également même s’il est parfois fluctuant. On retrouve aussi les mêmes défauts qu’en dvd, accentués et plus visibles avec la HD. Les plans truqués (avec fondus) souffrent d’une perte de définition assez nette, certains passages (heureusement rares) montrent une pellicule plus usée, à la stabilité parfois relative. Si l’on regrette que le film n’ait pas été restauré à partir d’une copie de meilleure qualité, ce qui aurait sans doute évité le rendu inégal sur la longueur, on peut clairement reprocher au studio de ne pas avoir mieux nettoyé le master existant : beaucoup de points blancs participent à la fête. On aurait facilement pu éviter ce résultat global qui apparaît perfectible. A l’heure des restaurations pointues, surtout pour ce genre de classiques, on reste sérieusement sur notre faim malgré l’apparence très correcte de l’ensemble.

Son

Le rendu en vo est de très bonne qualité. Le son est clair, la spatialisation limitée : l’esprit « mono » original est respecté. En VF, s’il est peut-être un peu plus étouffé, le son mono ne montre aucun souffle ou ronronnement. A noter que l’adaptation fut confiée à Raymond Queneau.

Suppléments

Excepté le commentaire audio AUCUN BONUS N’EST SOUS-TITRE alors qu’ils sont présents sur le dvd.

Si ce n’est pas la faute directe de FPE (le distributeur Français) qui suit les ordres de la maison-mère, on se demande quand même l’intérêt de vendre au public du contenu qu’il ne pourra pas consulter sans comprendre parfaitement l’anglais. Cette remarque est malheureusement récurrente dans les sorties blu-ray de l’éditeur.

Commentaire audio

Discussion entre le fils d’I.A.L Diamond et les scénaristes Lowell Ganz et Babaloo Mandel, entrecoupées d’interventions de Tony Curtis et Jack Lemmon. S’orientant parfois brièvement vers le hors sujet, le fil est souvent intéressant : cette conversation entre scénaristes professionnels est riche en explications pertinentes sur le scénario, en commentaires et analyses sur la structure de l’histoire et les libertés prises par les auteurs par rapport aux conventions de l’écriture et aux remarques restrictives des studios.

Le making of de « Certains l’aiment chaud » (SD - 4/3 - 26mn)

Nouveauté de cette édition, un bon documentaire, synthétique et rempli d’informations sur le film et le tournage, riches en anecdotes et interventions (Wilder, Diamond, Curtis ou Lemmon).

L’héritage de « Certains l’aiment chaud » (SD - 4/3 – 21mn)

Parfois plus axé sur l’analyse et l’accueil du film à sa sortie, mais toujours agrémenté d’interventions (Wilder, Curtis Hanson ou même Hugh Heffner, par exemple) c’est surtout la suite du précédent making of : les éditeurs américains ont la fâcheuse tendance à scinder les bonus pour agrandir artificiellement la liste.

Un regard nostalgique (SD – 4/3 - 31mn)

Repris de la précédente édition dvd, une interview de Tony Curtis par Leonard Maltin où l’acteur raconte ses souvenirs de tournage, ses impressions et parle du vieil Hollywood.

Souvenirs musicaux (SD – 4/3 - 12mn)

Egalement repris de la précédente édition dvd, les filles de l’orchestre de Sweet Sue se souviennent du tournage, de Marylin. Parfois avec une surabondance de louanges…

Hall virtuel des souvenirs

Bonus repris de la précédente édition dvd : 5 galeries de photos dédiées aux acteurs, au réalisateur ou aux coulisses. On parcourt un couloir en 3D et en musique. Vite lassant.

Bande-annonce originale (SD – 4/3 - 2mn)

Non restaurée.

Par Stéphane Beauchet - le 12 septembre 2011