Menu
Test blu-ray

Cent mille dollars au soleil

BLU-RAY - Région B
Gaumont
Parution : 22 / 8 / 2012

Image

Le film d'Henri Verneuil avait déjà été édité en DVD par Gaumont en 2008, qui présentait alors un nouveau master numérique haute définition restauré. C'est probablement la même source qui a été utilisée pour le DVD et le Blu-ray parus en 2012, avec sans doute quelques petites modifications techniques bienvenues. Quoi qu'il en soit, le résultat s'avère plutôt positif. La définition est excellente (le piqué est souvent exceptionnel - il suffit d'observer le grain de la peau sur les gros plans - pour un film tourné dans des conditions difficiles), la propreté de la copie est remarquable, le grain cinéma est agréablement respecté et la gestion des contrastes est superbe avec des noirs profonds, des blancs éclatants et une palette de gris bien nuancée. Au chapitre des déceptions, on regrettera un tremblement léger mais quasi constant du cadre (dont la sensation disparaît évidemment lors des séquences d'action) et un peu de fourmillement dans les zones claires de l'image dû au traitement vidéo. Mais dans l'ensemble, on se régale - surtout en vidéoprojection - de ce magnifique écran large (dû au procédé Franscope, qui fait appel en fait à la même technologie que le Cinémascope, mais le changement de nom et de quelques menus détails permettait aux Européens coutumiers alors du fait de ne pas payer de droits à la société américaine).

Son

On ne trouvera rien à redire sur la clarté et la propreté de la bande-son de Cent mille dollars au soleil, les dialogues sont idéalement perceptibles de même que les ambiances. Le mono bénéficie d'une belle profondeur sonore mais on a parfois l'impression que certaines fréquences sont moins bien retranscrites que d'autres, ce qui joue sur la dynamique de la piste. On relèvera également un peu de saturation parfois mais celle-ci ne gêne en rien la bonne écoute de l'ensemble, qui s'avère de bonne tenue et qui sait particulièrement bien mettre en valeur la musique de Georges Delerue. Encore une fois, nous saluons la présence de sous-titres français pour sourds et malentendants, preuve de la grande implication de la part de Gaumont dans son travail d'éditeur.

Suppléments

Les suppléments sont identiques à ceux du DVD mais sont proposés ici en HD.

En compagnie des hommes (14 min)
Récit de tournage de Claude Pinoteau, 1er assistant réalisateur. Le futur réalisateur du Silencieux, de La Gifle ou encore de La Boum a travaillé comme assistant pour Max Ophuls, Louis Malle, Philippe De Broca, Claude Lelouch et plusieurs fois pour Henri Verneuil. Il raconte ici ses souvenirs de tournage de Cent mille dollars au soleil, qui eut lieu en particulier à Ouarzazate, et ceux-ci sont particulièrement savoureux compte tenu de la fine équipe qui était alors réunie. Illustré par des images du film, de photographies et de rares extraits du tournage, le récit de Pinoteau nous fait revivre toute une époque et un certain esprit de franche camaraderie. La bonne humeur prévalait et les soirées arrosées se succédaient, mais sans nuire au travail dirigé par un Henri Verneuil très précis dans ses choix. On insiste ici sur la mentalité virile, l'aspect sportif du film, le sentiment aventureux et bien sûr et l'amour des mots (l'apport de Michel Audiard est peu abordé dans ce supplément, sûrement en raison du fait qu'il fait l'objet d'un entretien proposé également en bonus sur cette édition). Il y a à boire et à manger parmi toutes ces anecdotes mais la vision de ce document s'avère plutôt agréable. On apprend notamment avec surprise que Verneuil a laissé Pinoteau écrire le découpage de la célèbre poursuite en camion (qu'il a néanmoins supervisée, il ne faut pas exagérer). Enfin, malgré une sincérité évidente (il se sent comme obligé de le faire), Claude Pinoteau s'engage dans une défense maladroite du "cinéma populaire". On en comprend les raisons, mais il serait peut-être enfin temps d'en finir avec ce complexe... Laissons aux "peine-à-jouir" en retard de deux guerres l'idée fausse selon laquelle l'art cinématographique ne pourrait pas faire bon ménage avec le cinéma dit "commercial" ou "populaire".

Le petit Audiard illustré (6 min)
Sur un ton humoristique et grâce à des animations, Philippe Durant propose une courte analyse de quelques mots employés par Michel Audiard dans Cent mille dollars au soleil : ballon, grossium, perniflard, cerceau et miroton. Il suffit de cliquer sur chacune de ces expressions pour visionner l'extrait du film correspondant suivi de leur explication. Un supplément anodin mais néanmoins amusant.

Les apophtegmes du petit cycliste (5 min)
A nouveau consacré à Audiard, ce petit supplément met en avant quelques expressions du célèbre scénariste/dialoguiste traitant de du thème de l'amitié entre les hommes (des potes, quoi). Philippe Durant trousse un commentaire qui se veut spirituel adapté aux extraits des films suivants : Le Pacha, Les Tontons flingueurs, Ne nous fâchons pas et Cent mille dollars au soleil. C'est toujours un plaisir jamais assouvi de goûter à de telles séquences, mais ce complément de programme fait quand même un peu remplissage.

Entretien avec Claude Pinoteau sur Michel Audiard (20 mn)
Cette interview a été réalisée dans le cadre du documentaire Michel Audiard ou le mystère du Triangle des Bermudes (2002). Pinoteau évoque ici avec force détails la relation professionnelle qu'il a entretenue avec Audiard et trace un portrait intéressant du grand scénariste (qu'il estime d'ailleurs meilleur dialoguiste que créateur de scripts). Le réalisateur s'exprime sur les méthodes de travail de l'artiste, sur sa personnalité (son tempérament, son amour du cyclisme, sa complicité avec le comédien André Pousse...) et sur la syntaxe si particulière de ses expressions. Pinoteau s'essaie également à une analyse plus profonde du personnage Audiard, mais il ne traite que superficiellement le sujet. On retiendra que la liberté et l'insolence du célèbre anarchiste de droite passaient par ses dialogues, mais ça on le savait déjà. Il n'en reste pas moins que les nombreuses informations et anecdotes fournies par Claude Pinoteau font de cet entretien un document à visionner sans hésitation.

Bande-annonce (3 min 58)
Cette longue bande-annonce met évidemment l'accent sur le casting impressionnant du film et sur la richesse du texte que les comédiens ont à déclamer. On notera que le nom de Michel Audiard apparaît avant celui d'Henri Verneuil dans les synthés. D'ailleurs la voix off est bien éloquente à ce propos, qui place toujours les mots du premier avant la réalisation du second : « Des répliques fracassantes dans une action trépidante ! » ; « Un dialogue étourdissant de Michel Audiard dans un très grand film de Henri Verneuil. »

Par Ronny Chester - le 31 août 2012