Menu

Personnalités

Chris Marker

Chris Marker

Biographie

Chris Marker a volontairement choisi de vivre caché, de ne pas laisser publier de photos de lui, et de n’accorder que de très rares interviews écrites. Né Christian-François Bouche-Villeneuve à Neuilly en 1921, il joue des pseudonymes et vit discrètement, fréquentant seulement ses amis. Parmi ceux que l’on connaît, Simone Signoret est sans doute celle qui l’a fréquenté le plus tôt, alors qu’il était lycéen et suivait les cours de Jean-Paul Sartre au Lycée Pasteur de Neuilly avant de faire une licence de philosophie. Durant la Seconde Guerre mondiale, il a été résistant et a terminé la guerre comme parachutiste dans l’armée américaine. Après la guerre, il est membre du réseau Peuple et Culture, fondé par d’anciens résistants et déportés, dont le manifeste, publié en 1945, vise à emprunter l’esprit de la résistance pour « animer une véritable culture populaire » et « rendre la culture au peuple et le peuple à la culture ». Dès la fin de la guerre, Chris Marker animera des activités d’éducation populaire en Allemagne.

Dans les années cinquante, il publie plusieurs écrits dans la revue Esprit, fondée par Emmanuel Mounier en 1932 et relancée par son fondateur à la Libération, invente la collection Petite Planète aux éditions du Seuil, anime des ciné-clubs pour Peuple et Culture et réalise ses premiers films documentaires. Parmi eux, Lettres de Sibérie (1958) aura un sérieux succès critique et sera remarqué par André Bazin. Il commence à multiplier les activités, tour à tour cinéaste, écrivain et cinéphile tout en voyageant beaucoup.

En 1962, il réalise Le Joli Mai et La Jetée, deux œuvres très différentes. Le premier est un des plus beaux exemples, avec Chronique d’un été (1961) de Jean Rouch et Edgar Morin, de ce qu’on nomme alors cinéma-vérité. Le second, La Jetée, est un court film de fiction, présenté à Cannes en 1963 et en première à La Pagode à Paris la même année, qui stupéfie la critique et le public par son originalité et sa beauté.

Durant les années soixante et soixante-dix, Chris Marker participe aux expériences de cinéma collectif en montant les Groupes Medvedkine. Il suit avec sa caméra les conflits de la planète et réalise en 1977 une large fresque historique, Le Fond de l’air est Rouge, qui est, pour lui, le constat de la fin des illusions révolutionnaires de cette époque.

En 1982, avec Sans Soleil, Chris Marker réalise un documentaire à la fois très personnel et très moderne, dans lequel se croisent plusieurs de ses thèmes de réflexion favoris : la modernité des modes de communication, les voyages, et surtout cette lancinante interrogation que Louis Aragon aura probablement le mieux résumé :« Est-ce ainsi que les hommes vivent ?...

Films chroniqués sur DVDClassik

Scénariste :

Directeur photo :

Compositeur :

En savoir plus

Chris Marker, le livre impossible

La fiche IMDb
Par Paul Flèchère - le 18 janvier 2009

Informations

Naissance : 29 juillet 1929
Décès : 29 juillet 2012
Pays : France
Métiers : réalisateur, scénariste, directeur photo, monteur, compositeur