Menu

Actualités - Cinéma

Police fédérale, Los Angeles

Après avoir marqué définitivement le film policier des années 70 avec French Connection, William Friedkin récidive en 1985 avec LE polar des années 80. Film imprévisible, désespéré, To Live and die in L.A. (oublions le titre français) transfigure la vision esthétisante du chef opérateur Robby Müller par une noirceur absolue. Le film tire d’abord sa force de la tension entre ces deux pôles, faisant pleinement corps avec son sujet. Derrière l’apparat clinquant de Los Angeles, derrière le glamour du policier solitaire seul en lutte contre le crime, s’ouvrent des abîmes. La frontière entre le bien et le mal, crime et légalité, s’atténue jusqu’à devenir poreuse. L’un et l’autre se contaminent, les figures se mélangent. Porté par William Petersen, alors au début et au sommet de sa carrière (il tournera Le Sixième sens de Michael Mann l’année suivante), et un Willem Dafoe halluciné, le spectateur suit hagard cette descente aux enfers qui prend souvent une tournure fantastique malgré le réalisme du propos.

Tiré d’un roman autobiographique de Gerald Petievich, ancien agent des services spéciaux, adapté par Friedkin et l’auteur, To Live and Die in L.A. est d’une densité et d’une précision maniaque dans sa description des rouages du crime et de son pendant légal. Ce cadre permet au spectateur de se fondre dans le parcours de Richard Chance (nom bien ironique) et de comprendre chacun de ses actes, même les plus absurdes de prime abord. Refusant toute leçon de morale, Friedkin suit les hommes, décortique leur comportement et leur motivation, met à nu leurs doutes et leurs erreurs. Et surtout, Friedkin ne fait pas une œuvre psychologique mais bien un polar palpitant, mené à cent à l’heure, qui reste trente ans plus tard un sommet du genre. Mais à l’image de sa célèbre course poursuite, qui nous fascine autant par sa maestria que par son virage quasiment onirique, To Live and Die in L.A. est avant tout une œuvre hors norme, portée par une véritable vision d’auteur. Un film innovant, parfois quasi expérimental, véritable chef-d’œuvre du cinéma des années 80 à redécouvrir aujourd'hui en salle grâce à Splendor films !

DANS LES SALLES

police fédérale, los angeles
Un film de william friedkin (USA, 1985)

DISTRIBUTEUR : SPLENDOR FILMS
DATE DE SORTIE : 4 JANVIER 2017

La Page du distributeur

La Chronique de DVDClassik


Résumé :

Richard Chance est un flic tête brûlée, obsédé par la traque du faussaire Rick Masters. Le jour où son coéquipier est abattu alors qu'il menait une opération en solo, Chance décide de monter un coup tordu des plus illégaux en braquant un convoyeur de fonds... qui se révèle être un agent du FBI infiltré, et qui est abattu accidentellement. Obstiné, Chance continue à tendre son piège autour de Masters, malgré le déluge de violence qui s'abat autour de lui... (Lire la suite)

Actualités