Menu

Actualités - Cinéma

Au gré du courant

Il aura fallu attendre 1983 pour que les films de Mikio Naruse arrivent jusqu’à nous, leurs diffusions restant malgré tout jusqu’à peu quasiment restreintes à quelques projections dans les festivals. Depuis ces dernières années, on arrive néanmoins à pouvoir les voir en salles dans les circuits traditionnels. Ce fut le cas fin 2015 avec Une femme dans la tourmente (Midareru), un mélodrame simple, classique et épuré qui forçait l’admiration par son absence de sensiblerie, la rigueur de sa mise en scène et la progression implacable de son scénario. Cette découverte fut possible grâce au distributeur Les Acacias qui a eu la bonne idée de persévérer en proposant quatre autres classiques du cinéaste jusqu’à la fin du premier semestre 2017. L’admirable Quand une femme monte l’escalier débutait ce programme en décembre dernier ; puis Le Grondement de la montagne en janvier. C'est désormais au tour d'Au gré du courant réalisé en 1956 d'arriver sur vos écrans : une plongée réaliste et assez austère, mais néanmoins admirable et touchante dans le monde en déliquescence des maisons de geishas dans le Japon de l’après-guerre.

DANS LES SALLES

AU GRE DU COURANT
UN FILM De mikio naruse (1956)

DISTRIBUTEUR : LES ACACIAS
DATE DE SORTIE :  08/08/2017

La Page du distributeur

La Chronique du film



Tokyo, années 50. La maison de geishas tenue par Otsuta (Isuzu Yamada) commence sérieusement à décliner. Les employées s’en vont à la "concurrence", les dettes s’accumulent et l’évolution de la société fait que ces traditions ancestrales ne sont plus vraiment à la mode. D’ailleurs Katsuyo (Hideko Takamine), la fille unique d’Otsuta, après six mois en tant que geisha a décidé d’abandonner pour trouver un travail plus régulier. Envoyée par une agence de placement, Rika (Kinuyo Tanaka), femme de 50 ans qui vient de perdre époux et enfant, est embauchée comme bonne. Dévouée, discrète et foncièrement humaine, elle gagne rapidement l’estime voire l’affection des habitantes de ces lieux. (Lire la suite)

Par Dvdclassik - le 7 août 2017