Inferno (Dario Argento - 1980)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

mannhunter
Laspalès
Messages : 15595
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar mannhunter » 27 oct. 10, 20:52

Boubakar a écrit :
mannhunter a écrit :
Roy Neary a écrit :Aujourd'hui, DVDClassik vous propose la chronique de Inferno de Dario Argento. :)
On y trouvera aussi le comparatif Blu-ray / DVD des nouvelles éditions Wild Side qui paraissent la semaine prochaine.

:arrow: Inferno

belle chronique de Swan à laquelle je "plussoie" largement! :)
j'aime bien l'anecdote sur "Dumbo"... :uhuh:


Tu comptes acheter les 5 dvd ou les brd des films dispos ?

je compte surtout faire des économies en Novembre. :uhuh:

mannhunter
Laspalès
Messages : 15595
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar mannhunter » 28 oct. 10, 10:34

Demi-Lune a écrit :La colorimétrie du Wild Side a l'air assez pâlichonne... :|

attends plutôt le Blu Ray allemand (ou le BR anglais) qui proposera notamment un documentaire d'1h20 sur le film... :D

Frank Bannister
The Virgin Swiss Hyde
Messages : 6874
Inscription : 22 févr. 04, 18:02

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Frank Bannister » 28 oct. 10, 10:50

Il n'y aura pas de bonus sur les Wild Side?

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13288
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Demi-Lune » 11 nov. 10, 16:07

Image Image Image

"Je suppose, Watson, que vous pouvez être considéré comme un homme de lettres, fit-il. Comment définiriez-vous le mot "grotesque" ?
- Étrange... remarquable ? lui suggérai-je.
Il hocha la tête.
- Il y a sans doute plus que cela, dit-il, comme une impression sous-jacente de quelque chose de tragique et de monstrueux." (Arthur Conan Doyle, Wisteria Lodge, in Son Dernier coup d'archet)


SPOILERS. Les deux volets de la trilogie des Mères que sont Suspiria et Inferno sont autant cohérents l'un envers l'autre que dissemblables. Cohérents d'abord d'un point de vue scénaristique, puisqu'ils se répondent mutuellement par le principe d'une Mère sorcière imposant sur une bâtisse ses maléfices barbares et ses mystères ésotériques. Cohérents ensuite d'un point de vue formel, puisqu'ils procèdent d'une recherche esthétique fulgurante et, serait-on tenté de dire, substantielle tant les deux films ne brillent pas par la profondeur de leur scénario. Comme je le disais quelques pages plus bas, à partir de Suspiria le scénario chez Argento n'est plus qu'un support forcé qu'il brade un peu pour mieux se permettre d'imposer un spectacle formel et sensitif, bariolé et fou. En d'autres termes, Argento se fout désormais d'une quelconque cohérence ou vraisemblance narrative, seule semble compter à ses yeux la toute puissance formelle, poussée dans ses derniers retranchements. Dans Inferno, cette logique expérimentale est encore plus poussée, et c'est d'ailleurs à partir de là que les deux œuvres commencent à diverger. Car si Suspiria proposait encore un fil ténu auquel le spectateur pouvait se raccrocher, le 2e volet de la trilogie vise très rapidement à l'abstraction. Dixit Argento, le film est peuplé de mystères qu'il serait regrettable de tenter de déflorer ; mais on peut tout simplement dire aussi que mystères à décrypter ou pas, le film ne semble exister, en premier lieu, que pour la construction de l'univers tourmenté et chatoyant d'un esthète baroque qui, enfermé dans son délire artistique, éclabousse la pellicule de ses outrances formelles, quitte à laisser sur le carreau les rationalistes. Qui l'aime le suive. Au programme : nuances de bleu et de rose dans une combinaison binaire qui s'éloigne volontairement des gammes colorées plus vives, plus fauves, de Suspiria. Suspiria était un trip sauvage et pétaradant ; Inferno sera, pour reprendre le chef op', un "opéra pop". En effet, la dimension opératique du style du cinéaste explose plus que jamais dans Inferno. Ici, l'opéra n'est pas qu'un outil musical puissant que l'on juxtapose brillamment aux images (comme dans cette superbe scène de l'amphithéâtre, où Ania Pieroni trouble Mark au fil des chœurs du Nabucco de Verdi) : l'opéra se fond dans le film, en épouse ses lignes, est digéré. Argento fusionne ainsi le même morceau Va Pensiero à son style quelques temps plus tard, lors des meurtres de Carlo et Sara : opéra, lumière, couleurs, sont indissolublement imbriqués et scandent cette scène simultanément, au gré des tressautements du courant électrique. Le finale que beaucoup trouvent grotesque (je vais y revenir) possède de même une forte dimension opératique, aussi bien dans son habillage musical (très dramatique), que dans son crescendo. On l'aura compris, Inferno est une œuvre qui donne la primeur à l'effervescence artistique, qu'elle soit esthétique ou musicale.

Image Image Image

Ce qui en constitue potentiellement sa limite, aussi. D'aucuns trouveraient cet univers, à la fois urbain et ésotérique, d'un kitsch sans nom. Les claviers atroces de Keith Emerson font d'ailleurs plus de mal qu'autre chose. Il est certain qu'Inferno ne réconciliera les détracteurs avec Argento, qui livrait ici son film peut-être le plus difficile, le plus casse-gueule, le plus "autre". Même si j'ai grandement apprécié le film, je ne crois pas que chercher à convaincre les sceptiques pour ce cas-ci mène quelque part car tous les reproches et toutes les critiques que l'on peut faire à l'égard d'Inferno font sens, à mon avis. Il y a dans ce film une dimension très théâtrale, ne venant pas tant des acteurs (qui sont médiocres, surtout Leigh McCloskey et son charisme d'huître) que des partis pris de Dario Argento. Plus encore que dans Suspiria, ce dernier érige une antre maléfique en carton-pâte, fragmente son récit en une poignée de scènes-pivot, en l'occurrence parfaitement interchangeables. Cette fragmentation, plus visible encore à partir de la 2e partie du film, devient d'ailleurs source de l'anarchie qui envahit le film, comme si la bâtisse new-yorkaise était de plus en plus contaminée par le pouvoir démoniaque de la Mater Tenebrarum. Les personnages sont vides et schématiques, ils ne servent qu'à amener le cinéaste vers ces fameuses scènes-clés, qui sont signifiantes pour elles-mêmes, et non pour l'intrigue d'ensemble. A mes yeux, celle-ci n'existe de toute façon que par empilement instable de "grosses" séquences, entre lesquelles il ne se passe pas grand-chose et où la caméra d'Argento se montre alors faiblement inspirée. Comme le dit la fiche de TVClassik, le film ne raconte pas, il invite à un cauchemar sensitif. Inferno est un peu, à ce titre, l'illustration du tout supérieur à la somme de ses parties. Parmi ces scènes-pivot, on pourra évidemment citer tout ce qui constitue les 45 premières minutes. La première partie du film est encore relativement accessible et en est, pour moi, son sommet. La découverte de la cave aquatique, l'envoûtement dans l'amphithéâtre, la bibliothèque, le suspense rythmé par les chœurs de Verdi, sont autant de moments mémorables dans lesquels tout le génie visuel et quasiment chorégraphique du cinéaste est évident. Puis le film bascule progressivement dans l'onirisme pur, dans l'invraisemblance, tandis que la mollesse prend le pas sur la fulgurance inventive du début. Argento donne l'impression de ne plus savoir trop aller, de s'ennuyer derrière la caméra, d'étirer inutilement son film en scènes dont le niveau se mesure immanquablement à l'aune des prouesses de sa fabuleuse première partie : l'attaque des rats, par exemple, est assez pauvrement filmée. Pourtant, ça fonctionne toujours. En tout cas, sur moi. Jusqu'au générique de fin, le film, qui nous lâche peu à peu la main, demeure imprévisible, fascinant et déroutant (cf. cet insert inexplicable sur une femme pendue juste avant l'attaque sur Carlo dans l'appartement de Sara). Comme le faisait remarquer John Carpenter, Inferno est un film qui appartient à une autre réalité. C'est une œuvre jusqu'au-boutiste et outrancière, que son grand-guignol rend tout autant fragile que sublime. Un spectacle fascinant y compris lors de l'apparition de la Mort (dans une scène qui n'était pas trop mal), sommet de grotesque à l'écran (le costume fait pitié !) mais qui passe quand même chez moi parce que le grand-guignol est assumé jusqu'au bout. J'ai en effet tendance à voir dans Inferno un train fantôme qui s'assume, avec des couleurs criardes, des vilaines toiles d'araignées et des maquillages là encore théâtraux. Comment ne pas voir dans le plan final la démonstration manifeste de cette approche théâtrale et grotesque qui a animé Argento tout du long ?

Inferno est un OVNI, un film qu'il est facile de détester, de refuser en bloc, et de trouver daté. Mais un film mémorable, presque carnavalesque.
Dernière édition par Demi-Lune le 12 nov. 10, 10:53, édité 5 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13288
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Demi-Lune » 11 nov. 10, 16:11



Ma-ter ! Suspiriorum ! :mrgreen:
Le pire, c'est que j'adore ce thème.

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Producteur Exécutif
Messages : 7064
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Dunn » 11 nov. 10, 17:57

Moi aussi :mrgreen: :uhuh:

mannhunter
Laspalès
Messages : 15595
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar mannhunter » 11 nov. 10, 18:32

DavidDunn a écrit :Moi aussi :mrgreen: :uhuh:


+1,au début on sourit et après ça devient gentiment addictif :mrgreen: ,comme d'ailleurs le "Mater Lacrimarum" de Daemonia/Dani Filth :D :

http://www.dailymotion.com/video/xctn6v ... ilth_music

Avatar de l’utilisateur
Addis-Abeba
Mouais
Messages : 11463
Inscription : 12 nov. 04, 23:38
Localisation : Chocolatine

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Addis-Abeba » 11 nov. 10, 20:02

Ah, mais il est juste fantastique ce thème :D
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."

Avatar de l’utilisateur
pol gornek
chat gratte !
Messages : 5072
Inscription : 21 févr. 05, 12:32
Localisation : Devant la petite lucarne

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar pol gornek » 12 nov. 10, 00:36

Je ne savais même pas que Cradle avait pondu un titre pour Mother of Tears :shock:
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 12086
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Jack Griffin » 12 nov. 10, 09:21

Film génial, prochain achat Blu-ray :)

Avatar de l’utilisateur
John Anderton
Vintage
Messages : 7655
Inscription : 15 avr. 03, 14:32
Localisation : A bord de l'Orca, au large d'Amity

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar John Anderton » 12 nov. 10, 12:15

mannhunter a écrit :
DavidDunn a écrit :Moi aussi :mrgreen: :uhuh:


+1,au début on sourit et après ça devient gentiment addictif :mrgreen: ,comme d'ailleurs le "Mater Lacrimarum" de Daemonia/Dani Filth :D :

http://www.dailymotion.com/video/xctn6v ... ilth_music


Pareil que vous...
:D
ImageImage

mannhunter
Laspalès
Messages : 15595
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar mannhunter » 6 déc. 10, 21:38

Jack Griffin a écrit :Film génial, prochain achat Blu-ray :)

Le Blu Ray de Blue Underground s'annonce très alléchant...:

http://www.blue-underground.com/product.php?product=199

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 12086
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Jack Griffin » 7 déc. 10, 08:31

Quelle folie furieuse dans les images de cette BA... Vous vouliez un chef-d'oeuvre, en voilà un ! :mrgreen:

par contre pas de version italienne sur le blue :(

mannhunter
Laspalès
Messages : 15595
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar mannhunter » 9 déc. 10, 21:27

Jack Griffin a écrit :par contre pas de version italienne sur le blue :(

pas sûr que Leigh McCloskey et Irene Miracle soient fortiches en italien... :)

tu l'as chopé chez Wild Side alors ou tu attends d'autres éditions? :wink:

Jack Griffin a écrit :Quelle folie furieuse dans les images de cette BA... Vous vouliez un chef-d'oeuvre, en voilà un ! :mrgreen:

"The book!!" :)

ballantrae
Accessoiriste
Messages : 1854
Inscription : 7 déc. 10, 23:05

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar ballantrae » 15 déc. 10, 10:59

J'étais sûr que de nombreux fans d'inferno se manifesteraient ici et je dois dire que je n'en fais pas partie. Malgré queqlues fragments intéressants (dignes d'une poétique bachelardienne), ce film est un bordel sans nom qui par instants devient ridicule alors qu'il devrait inspirer la terreur ou l'impression de cauchemar. Rien à voir avec le génie surréaliste d'un Has (fans d' inferno voyez La clepsydre et reparlez-moi d'argento après), avec la démesure baroque de certains Fellini (Roma, Satyricon, Casanova),avec la poésie morbide du même argento dans Profondo rosso et Suspiria (ses deux plus beaux films un peu isolés dans la filmo).
Inferno , c'est le début de la fin pour le cinéaste qui rêvait de dépasser le maître Mario Bava et ce magré quelques fulgurances scénaristiques de ténèbres, visuelles de phenomena, opéra ou surtout le syndrôme de Stendhal.
C'est un constat que je fais sans joie comme pour la chute de Romero (pas un film marquant depuis le méconnu monkey shines)ou les errances surcotées de craven (depuis le surprenant the serpent and the rainbow , bof, bof!). jetons un voile pudique sur Tobe Hooper, auteur d'un film unique (sachant que le surcoté Poltergeist est d'abord un film de spielberg)!
Carpenter, c'est autre chose: après l'échec ô combien injuste de the thing (son plus beau chef d'oeuvre) ce furent les difficiles années 80 avec leurs hauts bricolos (They live, prince of darkness) et leurs bas friqués (christine, Starman et-je vais me faire lyncher- le foutraque Jack burton). Les 90' furent une résurrection magré un homme invisible oubliable: je tiens in the mouth of madness pour l'autre chef d'oeuvre de JC et Vampires pour la seule révolution notable dans le genre films de vampires aux côtés de morse et The addiction de ferrara (oublions pudiquement Near dark, Entretien avec un vampire et autres petites choses...). Même Village of the damned et ghosts of mars tiennent la route sans pour autant atteindre des sommets.
Le plus constant des auteurs chéris du fantastique des 70'-80' (et des lecteurs de mad movies, Starfix, l'écran fantastique qui sont sûrement nombreux ici)c'est Cronenberg car il a su passer à autre chose sans se renier, avec une maturité confondante qui lui a permis de briser le clivage cinéma/ cinéma de genre. Raimi, c'est autre chose: déjà c'est une autre génération et puis je pense qu'il est un peu l'équivalent d'un Michael Curtiz du fantastique, touche à tout aux grandes capacités d'adaptation et excellent technicien. Son retour aux sources Drag me to hell fut une bon,ne nouvelle en 2009.