Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Phnom&Penh
Accessoiriste
Messages : 1804
Inscription : 28 févr. 08, 12:17
Localisation : Tengo un palacio en Granada

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Phnom&Penh » 26 oct. 09, 10:34

Eusebio Cafarelli a écrit :Merci :D

Sans ton avis qui m'a bien fait rire et faisait ressortir les particularités du film, je n'aurai jamais été le voir. Les affiches n'annoncent rien de bien spécial.

D'ailleurs, il semble qu'il y ait des discussions sur le marketing du film, qui joue sur le registre classique du genre, alors qu'il s'agit d'un film dont l'originalité est d'être d'un esprit féminin. Pour le reste, il peut être assez déceptif par rapport à un classique du genre. C'est assez bien analysé ici:
Rallying the troops for Jennifer's Body, Cinematical

Et la réalisatrice le résume ainsi: "I don't know if selling the film as a straight horror film and selling it primarily to boys is really going to do any of us any favors, frankly".

Cinematical, par ailleurs, publie une interview de la réalisatrice:

Interview Karyn Kusama, Part 1

avec la suite ici:

Interview Karyn Kusama, Part 2

Bien sûr, ce n'est ni un chef d'oeuvre ni un film sérieux, mais je trouve que l'intention de la réalisatrice, ainsi décrite, est intéressante et bien développée dans le film:
"I feel like that's just interesting, to tell that story from a female perspective, and to see a girl become hollow, literally, I mean more beautiful after she feeds, but less human, and then, to see the girl who recedes in her shadow become more classically self-actualized and heroic. I sort of feel like that's the story of femininity, sort of having to find your own definition of what being female is, and what strength is, and what having a voice is. I know it's a crazy movie about demon possession, but I take the metaphor pretty seriously".
"pour cet enfant devenu grand, le cinéma et la femme sont restés deux notions absolument inséparables", Chris Marker

Image

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8440
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Strum » 26 oct. 09, 10:38

Phnom&Penh a écrit :Et la réalisatrice le résume ainsi: "I don't know if selling the film as a straight horror film and selling it primarily to boys is really going to do any of us any favors, frankly".

Elle avait raison puisque le film a été massacré par la critique américaine et a été un échec public sans appel aux Etats-Unis.

Avatar de l’utilisateur
Phnom&Penh
Accessoiriste
Messages : 1804
Inscription : 28 févr. 08, 12:17
Localisation : Tengo un palacio en Granada

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Phnom&Penh » 26 oct. 09, 10:43

Strum a écrit : Elle avait raison puisque le film a été massacré par la critique américaine et a été un échec public sans appel aux Etats-Unis.

Bien sûr, s'attaquer au marketing, c'est toujours l'ultime défense après l'échec, mais ici, il y a vraiment contre-sens. D'ailleurs le film n'est pas vraiment sexy et Megan Fox passe par des phases "moche". Elle perd même ses cheveux :mrgreen:
"pour cet enfant devenu grand, le cinéma et la femme sont restés deux notions absolument inséparables", Chris Marker

Image

Alligator
Réalisateur
Messages : 6629
Inscription : 8 févr. 04, 12:25
Localisation : Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Alligator » 30 janv. 10, 15:35

http://alligatographe.blogspot.com/2010/01/jennifers-body.html

Image

Disons le tout net : je n'ai vu ce film que pour Megan Fox. Une toute autre actrice au générique et je n'aurais probablement pas eu l'ombre d'un désir d'en savoir plus sur ce film. Les films d'horreur, comme les comédies musicales, ne m'attirent pas des masses. Ou alors sous certaines conditions, le nom du réalisateur ou des comédiens. Ici c'est la comédienne principale. La pauvre Megan Fox souffre d'une image déplorable d'actrice vulgaire, mi-pute, mi-hardeuse, bimbo sans bulbe. Je ne la connais pas en dehors de quelques prestations filmées, je ne me prononcerais pas sur sa vulgarité réelle ou jouée. Par contre, je soutiens encore -et ce film me le prouve une nouvelle fois- qu'elle joue bien, qu'elle a un vrai talent dans le jeu. Certes, ses choix de carrière me paraissent jusqu'à maintenant un peu trop constants, c'est à dire toujours orientés vers des personnages limités à susciter l'érection -et plus si affinités- de la gente adolescente. Qui sait si elle a le choix? Bon je ne vais pas chercher à lui trouver des circonstances atténuantes, c'est son problème. Passons.
Et il se trouve que, coup de chatte, elle est de toute beauté, sublime, mon idéal féminin après Jack Sullivan, créature céleste, d'essence divine et qui a eu l'audace de m'épouser et Gene Tierney qui a eu la bonne idée de tourner pour Lubitsch et Preminger.

Ce Jennifer's body est un petit film d'horreur, proche de la série B, gentiment drôle par instants, avec cet humour un peu corrosif, n'ayant pas d'autre ambition que de faire sourire et de désamorcer une gravité qui serait par trop dommageable.
Dépliant à peu près tous les clichés des films d'ados américains, l'intrigue les détourne à son profit. Que ce soit la relation "best friend forever" qui dévoile plus qu'une ambiguité saphique entre Megan Fox et Amanda Seyfried, ou bien la vaine et égocentrique illusion des tendances identitaires adolescentes -des gothiques aux sportifs décérébrés- ou bien encore le suivisme ovin de la majorité silencieuse, l'accumulation de poncifs exposés sert une histoire sinon très ordinaire de "vampirisation" de la pom-pom girl locale.

Les effets spéciaux sont assez réussis sans pour autant être virtuoses. J'ajouterais que j'ai bien apprécié de découvrir en Megan Fox la capacité à s'enlaidir pour la bonne cause. Elle parvient à produire un visage assez effrayant grâce au maquillage et au travail sur les lumières.

Un petit film correct à voir pour se noyer dans le regard d'ange de Megan Fox. Aouuuuuuuuuhhhhhhhh!!!!!

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13033
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Demi-Lune » 30 juin 10, 18:58

Oulala, cette catastrophe.
Ne pas se prendre au sérieux n'est pas synonyme de réussite : Jennifer's body en est la preuve éclatante. Sur un scénario digne d'un épisode de Smallville, qui, certes, aligne les figures, lieux et situations attendues inhérents au teen-movie américain pour mieux les tourner en dérision (le lycée, le bal de fin d'année, les copines amies pour la vie, les gothiques, le prof avec un crochet, la bimbo inculte, le footballeur crétin, des ados obsédés sexuels...), ce film de Karyn Kusama, abordant le genre avec un second degré a priori bienvenu, me semble être avant tout, ne soyons pas dupes, un édifice tout entier dédié aux vertus érectiles de Megan Fox sur le public de Ricains pré-pubères. C'est là que le serpent se mord la queue : bien que voulant caricaturer la jeunesse US et ses mentalités par le biais d'un scénario en forme de parabole sur l'appétit sexuel, le recours - calculé ? - à une actrice véhiculant une image "mi-pute, mi-hardeuse, bimbo sans bulbe", comme le dit magnifiquement Alligator, installe d'emblée le film dans une vulgarité que les dialogues, hallucinants de nullité (il faut voir Megan Fox nous raconter sa première sodomie, entre autres réjouissances... pratiquement toutes les répliques de la demoiselle versent dans le graveleux le plus total), ne viendront que joyeusement renforcer. En d'autres termes : moquons-nous un peu des ados, mais dans la mesure où ils viendront voir le film pour la seule Megan Fox, autant leur en donner pour leur argent dans le racoleur, puisque c'est ce qu'ils viennent chercher. En résulte un film très faux-cul où Kusama désamorce les scènes sexy mais les remplace par des répliques-choc qui ne manqueront pas d'émoustiller le public principalement visé, et dans lequel les omniprésentes courbes de Miss Fox livrent une bien belle prestation. Jennifer's body se veut un film de série B décomplexé et second degré égrénant les clichés pour en livrer une parodie scabreuse, mais n'est surtout, pour moi, qu'un film complètement vide et futile, d'une énorme vulgarité injustifiée. Une merde (oui, j'ose ! :lol: ) qu'Endemol aurait pu produire, tiens.

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Jericho » 30 juin 10, 19:40

Pas si nul ou mauvais qu'on le dit ce Jennifer's body, tout juste moyen en fait.
Un film d'horreur (et de comédie ?) anecdotique, qui n'assume apparemment pas son appartenance au genre. En outre, ça se permet de chauffer le spectateur pour après le refroidir dans la minute qui suit (ça manque de sexe et de gore).

En un mot: frustrant.
Image

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9368
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar odelay » 16 juil. 10, 00:28

Ca faisait longtemps que je n'avais pas vu autant de clichés dans un film. JUNO était gentillet sans plus et faussement provocateur, mais alors là... si elle a mis plus d'1 heure pour écrire son scénar qui se veut spirituel et moqueur des films de genre, c'est à n'y rien comprendre. Pas la peine de faire pire que les modèles pour se croire supérieurs à eux. Diablo Cody serait il un pseudo pour Kevin Williamson qui tenterait un retour en grâce?

Avatar de l’utilisateur
Jordan White
King of (lolli)pop
Messages : 15434
Inscription : 14 avr. 03, 15:14

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Jordan White » 9 août 10, 21:58

Je ne m'y attendais absolument pas d'autant plus que je n'aime pas Megan Fox. J'ai adoré de bout en bout, pas une scène à jeter à mon sens. Un film d'horreur ado parfait dans son genre. Je n'arrive tout simplement pas à y croire. En fait Transformers, les poses pour FHM, c'était pour de "faux". Jennifer's Body montre exactement ce qu'elle n'avait jamais montré jusqu'alors : une actrice, une vraie. Elle gagne mon respect. Le film m'a fait le même effet que Le Diable s'habille en Prada : l'impression de voir un classique instantané dans un genre, un genre qu'il transcende. J'en pense tout l'inverse de Demi-Lune (c'est largement mieux que Secret Story même si cette émission comporte aussi son lot de moments "autres"). Je vais me commander le Blu-ray. La référence à Aquamarine et celle finale à Hole, je ne pensais pas les entendre de si tôt.
Image

Je vote pour Victoria Romanova

Avatar de l’utilisateur
Jordan White
King of (lolli)pop
Messages : 15434
Inscription : 14 avr. 03, 15:14

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Jordan White » 10 août 10, 06:33

J'ai vu le film en VF. Rarement les stéréotypes et archétypes du film d'ado -américain- auront été revisités à ce point, avec les clichés les plus éculés et à chaque fois, le film propose quelque chose de neuf ou d'imaginatif dans chacune de ses scènes. Le film est blindé de références populaires, se base sur les images rassurantes et enthousiastes de la pom pom girl, cible la masculinité exacerbée des garçons en rut, puis laisse parler les filles qui prennent ici le pouvoir : d'un point de vue psychologique et surtout sexuel. La vampirisation de Jennifer est la plus significative : bimbo au départ, elle mue à la façon d'une chrysalide en papillon, suite à un sacrifice raté en une espiègle -paroles et attitudes ouvertement provoquantes- et fascinante cannibale. Je détestais cordialement l'actrice que j'avais trouvée épouvantable dans les Transformers, peu sexy en photos de couv' de papier glacé, mais là on sent qu'elle se régale à jouer de son image allant effectivement jusqu'à se dépoudrer, et se montrer du coup plus naturelle, donc plus humaine en quelque sorte, loin de l'image mécanique sexy-glamour collante qu'on avait pu lui donner. J'ai surtout adoré le rythme complètement dingue du film qui ne s'arrête pas un instant.

Un compromis efficace entre le "ride" du film d'horreur, la gestion de l'espace, une lumière étonnante, une mise en scène inspirée, et une direction d'acteurs qui va parfois à rebrousse-poil du spectateur, joue dans la caricature sans toutefois dénigrer le genre dans laquelle elle s'inscrit : c'est un hommage aux films d'horreur des années 80 dont elle retrouve l'esprit, l'aspect bricolé et l'absence de prétention (le film m'a paru tout sauf prétentieux ou hautain, au contraire). Il ménage aussi des plages de respiration, un peu de silence, et des moments de flottement, comme un trip atmosphérique. Et à l'inverse des accélérations soudaines (le premier meurtre avec le visage de Jennifer s'écartelant), des panos rapides comme le travelling avant sur le stade de foot, le final assez déjanté. Je loue également l'interprétation d'Amanda Seyfield, non pas métamorphosée, mais s'amusant follement avec l'image de la meilleure amie attachée à l'idée d'une amitié indéfectible, allant jusqu'au charnel (le baiser lesbien) en gardant son petit fétiche (le médaillon BFF). Elle était rayonnante et très expressive dans Mamma Mia ! Là elle est plus dans le sous-entendu, dans une forme de lien de télépathie, tout en se montrant particulièrement sexy quand le scenario le souligne (la scène d'intimité avec la capote parfumée). Le film a un côté ironique mordant (le personnage de J.K Simmons grimé en prof avec perruque et crochet, juste génial, qui lance un beau "Défoulez-vous les jeunes, ça fait du bien !"), des répliques qui font souvent mouche, certaines d'anthologie "Il écoute du rock alternatif, il se vernit les ongles, et mon clito est plus long que sa queue". Le sexe féminin prend le pouvoir et s'en amuse dans Jennifer's Body. C'est pour cette raison, qu'il me rappelle beaucoup le chef-d'oeuvre Le sexe qui parle, dans lequel le vagin d'une femme prenait la parole et s'exprimait sur ses désirs et sur ses désillusions. Une comédie signée Lansac qui a marqué son époque. Revoyez-le, c'est un bijou. La musique souvent critiquée m'a parue au contraire coller parfaitement aux images. Pas étonnant que le film ait été massacré par la critique US et boudé par le public. Il ne renvoie pas l'image la plus rassurante ou enjolivée, mais son humour, son second degré parfaitement dosé, son inspiration en font une série B importante pour le ciné américain.

Allez, un seul point noir : les dernières images du générique de fin, trop explicatives.
Image

Je vote pour Victoria Romanova

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22828
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar AtCloseRange » 11 déc. 10, 12:56

Drôle de rencontre entre la réalisatrice de Girlfight et la scénariste de Juno mais c'est plutôt une bonne surprise.
C'est plutôt foutraque, ça pioche à droite et à gauche (Carrie, Freeway, etc...) mais j'ai bien aimé l'ambiance de conte de fées pour adultes du film et, j'en suis le premier surpris, la prestation de Megan Fox à tous niveaux, vaut le détour.
Un cas à part cette Megan Fox. L'actrice du futur, on a l'impression qu'elle est générée par ordinateur mais en fait, elle existe vraiment et c'est assez fascinant à regarder (ses plans la bouche ensanglantée sont souvent flippants). Un effet spécial à elle tout seul. A rajouter à ça, la prestation convaincante d'Amanda Seyfried en vilain petit canard, pas mal de plans saisissants visuellement (c'est quand même beaucoup plus sophistiqué et tordu qu'un épisode de Smallville pour reprendre la comparaison) et j'y ai trouvé mon compte.
Je le préfère d'ailleurs de loin à l'exaspérant Juno.
Dans ce genre souvent limité du film horriffique teenage (s'il faut le faire entrer dans une catégorie), une bonne pioche.
Image

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar riqueuniee » 11 déc. 10, 15:42

Un film qui m'a laissée sur ma faim...Le côté "je revisite le film d'horreur teen-age,mais je fais plus malin que le genre auquel je me réfère" est un peu trop présent dans le scenario.Le parallèle entre les moments où Megan Fox devient une mangeuse d'hommes (au sens propre) et les menstruations est un peu trop appuyé.Et Megan Fox fait plus femme qu'ado (même pour une ado ultra-sexy).Amanda Seyfried est bien plus mignonne,derrière le côté "vilain petit canard".
Par contre,la réalisatrice a fait du bon boulot.La scène dans la piscine est remarquable.

Avatar de l’utilisateur
Jordan White
King of (lolli)pop
Messages : 15434
Inscription : 14 avr. 03, 15:14

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Jordan White » 11 déc. 10, 16:15

riqueuniee a écrit :Un film qui m'a laissée sur ma faim...Le côté "je revisite le film d'horreur teen-age,mais je fais plus malin que le genre auquel je me réfère" est un peu trop présent dans le scenario.Le parallèle entre les moments où Megan Fox devient une mangeuse d'hommes (au sens propre) et les menstruations est un peu trop appuyé.Et Megan Fox fait plus femme qu'ado (même pour une ado ultra-sexy).Amanda Seyfried est bien plus mignonne,derrière le côté "vilain petit canard".
Par contre,la réalisatrice a fait du bon boulot.La scène dans la piscine est remarquable.

Je ne suis pas sûr que le film veuille absolument paraître pour plus malin qui ne l'est, et cela principalement parce qu'il fait montre de pas mal d'humour en tout cas d'une certaine dose. Pas un humour raffiné à la Rex Harrison ou absurde à la Monty Python, mais plus proche des Spiderman d'une certaine façon. Il y a même cette façon parodique voire sarcastique de mettre en avant une scène lesbienne pour plaire au spectateur hétéro en n'allant toutefois pas jusqu'au bout et en se limitant au flirt. Du coup elle peut aussi parler aux lesbiennes elles-mêmes. Il y a treize ans je m'étais dit que Craven avait voulu la jouer malin avec un genre qui l'avait rendu célèbre. Il s'agissait du premier Scream. Depuis, après deux visionnages en plus du premier, je suis convaincu du contraire et qu'il s'agit avant tout d'un exercice de style sur les ressorts et les mécaniques du slasher, et un aboutissement du genre en même temps.
Image

Je vote pour Victoria Romanova

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar riqueuniee » 11 déc. 10, 19:48

Pas plus malin qu'il ne l'est,mais plus malin que le genre auquel il se réfère.En ce qui concerne Wes Craven ,le côté "je fais le malin" est évident,mais mieux assumé.Sans doute parce que c'est (en partie) de l'auto-parodie,et qu'il est un spécialiste du genre.Et je trouve le scenario est plus intéressant.Dans Scream 3,ça devient même génial,avec les personnages confrontés aux acteurs qui les interprètent dans des films inspirés des évenements du 1(et dans des décors qui reproduisent le cadre du 1).Un peu comme dans le dernier Freddy...

Avatar de l’utilisateur
Addis-Abeba
Mouais
Messages : 11207
Inscription : 12 nov. 04, 23:38
Localisation : Chocolatine

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Addis-Abeba » 26 avr. 11, 10:19

Petit film d'horreur qui s'il ne transcende pas le genre, n'a pas de défauts majeurs. Le début est même très sympathique, par la suite quelques facilités scènaristiques mais rien de honteux.
Moins bête, moins insipide et mieux mené que la plupart des teen movies récents. Sa réputation exécrable est injuste.
Plus convaincu par contre par Amanda Seyfried que Megan Fox.
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."

Alan Shore
Réponse rapide assurée
Messages : 6435
Inscription : 5 mai 05, 20:15

Re: Jennifer's body (Karyn Kusama - 2009)

Messagepar Alan Shore » 27 avr. 11, 12:25

On aurait du me filer un oreiller pour celui-là. J'ai carrément piqué un roupillon.

Edit : Ah oui, un coup de wiki et je confirme que je m'étais aussi endormi devant Aeon flux. :lol:
Les manga, c'est mal

"La manière d'agir, c'est la manière d'être."