Le Désert Rouge (Michelangelo Antonioni - 1964)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

tronche de cuir
Ophely, no soucy
Messages : 2541
Inscription : 2 juil. 04, 14:32
Localisation : RIP !!!

Le Désert Rouge (Michelangelo Antonioni - 1964)

Messagepar tronche de cuir » 12 juin 06, 16:16

Que pensez-vous de ce film ?

Avatar de l’utilisateur
Sergius Karamzin II
Tati Danielle
Messages : 1242
Inscription : 10 mai 06, 17:43

Messagepar Sergius Karamzin II » 12 juin 06, 16:25

Un des films où la plastique est la plus en cohérence avec la psychologie des personnages, et pour cause. Mystérieux, envoûtant, dilaté, saisissant. Un songe éveillé.

Avatar de l’utilisateur
blaisdell
Assistant opérateur
Messages : 2285
Inscription : 2 mai 05, 16:19

Messagepar blaisdell » 12 juin 06, 16:29

Antonioni utilise la couleur pour la première fois et il n'a pas fait les choses à moitié tant ce film est une grande réussite esthétique.
La couleur est plus qu'utile pour décrire un monde déshumanisé: usine, béton, brouillard..

De toutes les prestations de Monca Vitti chez son pygmalion, c'est celle qui m'intéresse le plus. La couleur aide sans doute à lui apporter plus d'humanité et plus de sensualité encore dans ce personnage en demande perpétuelle d'affection.

Mais cette méditation sur la fuite des sentiments dans le monde contemporain est tout sauf un film facile. Contrairement à l'idée reçue, Antonioni aime raconter des histoires -PROFESSION REPORTER et la deuxième partie de BLOW UP en sont. Tandis qu'ici, l'abstraction me semble plus prononcée.

Facinant, mystérieux, mais pas franchement le film à conseiller pour aborder l'univers du cinéaste.

Vivement le dvd français !

tronche de cuir
Ophely, no soucy
Messages : 2541
Inscription : 2 juil. 04, 14:32
Localisation : RIP !!!

Messagepar tronche de cuir » 12 juin 06, 17:59

blaisdell a écrit :Antonioni utilise la couleur pour la première fois et il n'a pas fait les choses à moitié tant ce film est une grande réussite esthétique.
La couleur est plus qu'utile pour décrire un monde déshumanisé: usine, béton, brouillard..



Le plus minimaliste des cadres de S.F...Comme chez Kubrick, on retrouve ce penchant pour les lieux évidés, comme pour dire quelque chose de la psyché de son héroine....Etonnant.






blaisdell a écrit :De toutes les prestations de Monca Vitti chez son pygmalion, c'est celle qui m'intéresse le plus. La couleur aide sans doute à lui apporter plus d'humanité et plus de sensualité encore dans ce personnage en demande perpétuelle d'affection.



Les couleurs sont si saturées que cela rappelle, par moments, le technicolor.



blaisdell a écrit :Mais cette méditation sur la fuite des sentiments dans le monde contemporain est tout sauf un film facile. Contrairement à l'idée reçue, Antonioni aime raconter des histoires -PROFESSION REPORTER et la deuxième partie de BLOW UP en sont. Tandis qu'ici, l'abstraction me semble plus prononcée.



En ce qui me concerne, je n'ai pas eu de difficulté à rentrer dedans. Son approche m'a paru immédiate, contrairement à certains de ses films (notamment "Profession reporter")dans la mesure où c'est celui qui se rapproche le plus ouvertement de la S.F. La radicalité du film ne m'a pas gêné, au contraire, cela m'a énormément séduit. Par ailleurs, le propos est loin d'être dépassé. C'est un film qui reste trés moderne et en même temps, il est bouleversant.


blaisdell a écrit :Vivement le dvd français !



A priori, c'est pour la rentrée. 8)

Avatar de l’utilisateur
Alphonse Tram
Réalisateur
Messages : 6572
Inscription : 7 juil. 03, 08:50

Messagepar Alphonse Tram » 12 oct. 06, 23:48

Je viens de le voir au ciné.
Je suis fan de La notte, l'aventurra, l'eclisse, donc j'ai été rapidement conquis. Peu de dialogues, des plans longs... ça m'a permis de détailler techniquement le film, connaissant la polémique sur le dvd carlotta (le logo apparait au générique - et c'est la restoration mediaset).

J'ai trouvé que globalement les couleurs étaient pâles, ou plutotndésaturées, surtout au début dans la zone industrielle et la friche : c'est presque du noir et blanc, avec seulement quelques tâches de couleurs (la torchère, les vêtements). Même l'herbe semble noire, c'est assez incroyable car cependant les visages restent roses.
Il y a une palette de gris, de bleus, de beiges magnifiques.

A propos de la réunion d'amis dans la cabane, les couleurs ne sont pas aussi saturées que sur la capture proposée par fabien B. dans le topic Carlotta, et je pense que c'est très bien ainsi, car n'oublions pas que le film se passe en hiver, avec beaucoup de scènes de brouillard.

La seule touche de couleurs vraiment pétantes concerne la séquence de "l'histoire de la jeune fille sur une plage", où là effectivement l'eau est bien turquoise, et non pas maronnasse :mrgreen:

Bref, une copie vraiment splendide; sans oublier le travail sur le son, la profondeur de champ, et toujour un cadrage incroyable même dans les scènes les plus simples. Vraiment très fort.
Je me prendrai bien le dvd. quelqu'un pour me pousser au cul ? :D
Souhaits : Alphabétiques - Par éditeurs
- «Il y aura toujours de la souffrance humaine…mais pour moi il est impossible de continuer avec cette richesse et cette pauvreté». - Studs Terkel.

Avatar de l’utilisateur
Alphonse Tram
Réalisateur
Messages : 6572
Inscription : 7 juil. 03, 08:50

Messagepar Alphonse Tram » 13 oct. 06, 22:11

Finalement, je préfère rester sur ma bonne impression au cinéma :D
Souhaits : Alphabétiques - Par éditeurs
- «Il y aura toujours de la souffrance humaine…mais pour moi il est impossible de continuer avec cette richesse et cette pauvreté». - Studs Terkel.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86056
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Désert Rouge (Michelangelo Antonioni - 1964)

Messagepar Jeremy Fox » 9 déc. 16, 06:44

La chronique du film par un nouveau contributeur, Victor Tarot. Jean-Marc Oudry en a profité pour tester le Blu-ray BFI.