Antonioni, monica vitti: pour un cinéma moderne

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

erich oswald s'
Stagiaire
Messages : 6
Inscription : 6 févr. 06, 12:44

Antonioni, monica vitti: pour un cinéma moderne

Messagepar erich oswald s' » 8 févr. 06, 18:22

si il ne devait rester qu'un visage de femme du cinéma italien des années 60 se serait celui de monica vitti, monica qui? MONICA VITTI alias maria-luisa Ceccarelli. Et Claudia Cardinal, Sophia Loren, et toutes les autres fanstastiques actrices de cineccita, fantastique actrices je l'admet, mais c'est un visage que je retient, une icone.
Alors? l'importé anita ekberg, pour remplir de ses rondeurs la fontaine de trevis... beautée qui à bien viellie, comme une bonne partie du film, sauf, malgré, cette ultime plan qui reste gravé dans la mémoir à la fin de la dolce vitta, visage solaire plein de promesse que ne pourra rejoindre Mastroianni.
Pourquoi cette disgression? disgression pas tant que ça. Parce que c'est justement ce dernier visage qui nous renvoit à la belle monica, deux plans pour s'en convaincre, celui magnifique ou monica alias claudia dans l'avventura ouvre au petit matin les volets du cabanon sur l'ile, et ce mystérieux dernier plan (décidément toujours des derniers plans) de l'avventura a moittier barré par un mur ou sandro et claudia regarde au loin. Deux films, l'avventura, la dolce vitta, une même année de sorti, qui plus est symbolique, 1960, et deux cinéastes considéré apres ces films comme les plus important de leur temps.
Eliminons d'emblé de ces considérations le fait que ces deux films ne sont sans doute pas les meilleurs de ces cinéastes et admetons tout du moin qu'ils sont parmis leur plus connu.
Rappelons nous qu'a leur sorti, l'un triomphait à canne ( la dolce vitta) et que l'autre si fesait huer ( l'avventura ) avant d'etre l'objet d'une bataille d'hernanie ou un grand nombre de critiques influents et de cinéaste signère une déclaration commune proclamant que c'était le film le plus important jamais présenté au festival.
Et bien, et si cette polémique du festival de canne 1960 N'était pas refermé, et si monica vitti, ou plutot son image était au coeur de tout ça, et si finalement apres bien des tergiversations et alors même qu'antonioni n'est plus tres à la mode, c'était lui qui avait gagné devant un féllini toujours bien classé dans les différents sondage, mais dont l'éclat tend déjà imperseptiblement à diminué.
Le problème d'antonioni,( et celui de monica vitti, a travers, lui) c'est qu'il n'est, ou n'était (puisqu'il tend à le devenir) pas un artiste maudit . deux ans apres la sorti de l'avventura le film était classé deuxième meilleur film de tout les temps derrière l'indétronable citizen kane. Et jusqu'a zabriskie point la critique le considère comme l'un des plus grand cinéaste du monde. Tout ces honneurs autour d'un therme qui ne devait plus lacher le cinéaste l'incommunicabilité définition confuse qui montre combien beaucoup de gens on du mal comprendre les films d'antonioni.
Pourtant Antonioni est sans doute le cinéaste le plus important d'après guerre ( avec rosselini ) en ce qu'il à bouleversé profondément et définitivement la manière d'écrire et de filmer, bref de faire du cinéma, il suffit de regarder un film antérieur au année 60 et un film postérieur pour ce rendre compte de ce changement et quiconque aime le cinéma asiatique, wong kar wai biensur, mais tant d'autre aussi, doit ce rendre compte que cela il le doit en parti à antonioni.
Ce changement fondamentale c'est un rapport au temps. et si le cinéma c'est des images, de belle image, de moins belles; c'est aussi l'écoulement de ces images, c'est une certaine expérience de la durée ( pour reprendre le titre d'une biainale lyonnaise), et oui antonioni à modifié le temps de notre état de conscience cinématographique, il à amener les différents état de conscience de ces personnages vers un plus grand réalisme. Ce sont de véritable humain que nous voyons ésiter, douter, voir ne penser à rien, bref vivre. Alors dire que ceci n'existait pas du tout avant antonioni c'est faux, il sufit par exemple de regarder la bête humaine de renoir pour sans rendre compte, mais ce type de réalisme, ce réalisme de l'émotion, était extremement rare et il fallait un film manifeste (avec les défaux que cela comporte) pour bouleversé la don cinématographique aujourd'hui l'avventura est telement intégré sur le plan de la leçon cinématographique qu'il est difficile de comprendre pourquoi on l'a temps hué ou admiré, et c'est sans doute le sort qui attent les révolutions réussit en cinéma, que d'etre telement imité qu'on fini par oublier le choc de l'original. (contrairement au baroque welles, fellini, qui bien que peu imité dans leur style reste dans la mémoir de chacun pour leur outrance)
Cependant derrière ce cinéaste qui allait imposer un réalisme (ou néoréalisme) de l'état de conscience, il y a aussi un humaniste, et c'est ici que l'on retrouve la belle monica, la muse d'antonioni de l'avventura à deserto rosso (film admirable injustement absent des differents palmares type meilleurs film), et cette femme qu'interprete vitti dans ces films ces l'invention au cinéma de la femme moderne, une femme forte et fragile qui doit faire face à des hommes pour la plus part inconsistant, incappable de prendre une décision, ou qui ont renoncé, en tout cas une femme térriblement consciente des choses, du monde, et c'est le sens du plan final de l'avventura. Plan obtimiste, puisque si l'horizon est en parti bouché elle regard au loin. En 1960 Antonioni croit encore à sa génération il croit sans doute qu'elle sera sauvé par les femmes ( il est vrai qu'au XXéme siecle il n'y à pas beaucoup de réussite à mettre au crédit de l'homme), alors oui antonioni est un cinéaste qui doute mais ces aussi un cinéaste qui reste obtimiste, et en dehors de concidération cinématographique ce n'est peut etre pas la moins triste des choses que de penser que le film palmé d'or en cette première anné des sixtee était un film du renoncement celle des trentenaires d'alors qui déjà désabusé avaient renoncé a changer les chose, laissant tout espoir de changement dans des enfants qui les appelaient à eux et ne pouvaient ce contenter que de les regardé partir. C'est ces enfants qui gouverne aujourd'hui et on ne peut que ce demander que ce serait il passer si claudia ( monica ) avait pris les choses en main en 60. La suite pour vitti et antonioni c'est un constat juste de l'évolution de notre société ( et encore plus de l'italie ), pleine d'espoir déçu, qui fini par aboutir au vide existenciel de l'écclipse (séquence final) ou à force de ne pas prendre en main les choses il n'y a plus que du vide, et au suicide et à la folie dans deserto rosso . Alors cette femme avenir de l'homme (comme on se plait à dire aujourd'hui), cette femme, qu'antonioni appelait de ses voeux en 1960, et ce que se sera la femme des année 2000, en tout cas monica, tu n'as jamais été aussi moderne!
je tiens à dire qu'il ne s'agit pas ici d'un quelconque soutient à une Ségoleine qui n'est pas la seul femme de france heureusement. Mais symplement une tentative d'ouvrir le débat sur antonioni, la belle monica aussi, et c'est un coup de gueulle aussi contre un critique idiot qui à mis une étoile à l'éclipse lors de ça dernière diffusion à la tv.

Avatar de l’utilisateur
paul_mtl
je sais de quoi je parle
Messages : 962
Inscription : 9 juil. 05, 00:00
Localisation : avec ta soeur

Messagepar paul_mtl » 12 févr. 06, 14:03

Bel hommage :)

J'ai vu L'avventura et L'eclisse d'Antonioni mais j'aime aussi la Monica Vitti des comedies italiennes des années 60 et debut 70 avec Sordi:
Il Disco volante (1964)
Le Bambole (1965)
Dramma della gelosia (1970)
et aussi
Polvere di stelle (1973)

D'Antonioni, j'ai bien aimé Le amiche (1955)

Et que dire de Silvana Mangano ?
Comedie italienne - Top 250
C'est pour satisfaire les sens qu'on fait l'amour ; et c'est pour l'essence qu'on fait la guerre - R.Devos
Shackleton, Casanova

erich oswald s'
Stagiaire
Messages : 6
Inscription : 6 févr. 06, 12:44

Retour sur silvana Mangano

Messagepar erich oswald s' » 13 févr. 06, 20:54

Que dire de Silvana mangano? Et bien déjà, qu'elle jaillit dans le cinéma italien dans un feu d'artifice d'érotisme tout en provocation (riz amer, 1946) . Une paire de cuisses que seul pourrait lui contester l'ange bleu (dietrich). Ne boudons pas notre plaisir en effet devant cette animal érotique toute de chaire et de muscle. Elle nous rendrait amer face à la mode des sweeging sixtee's qui nous imposa les anorexiques filiformes. Par la suite, la belle qui épousa en 1949 le producteur Dino de laurentiis, joua avec les plus grand (italien s'entend) . Entre autre Visconti, De Sica, Lattuada et Pasolini, pour qui elle interprete en 1968 une bourgeoise possedée par le démon du sexe en pleine crise existencielle dans le très particulier mais néanmoin magnifique "théorème". A 38 ans l'actrice qui reste tout à fait séduisante incarne une femme bien éloignée par sa classe sociale de la silvana de "riz amer",propre sur elle , c'est le charme discret de la bourgeoisie, mais au bout du compte et au bout du film ce qu'elle recherche désespérément c'est encore un peu de ce pouvoir de sex-appeal de la silvana paysane dont les bas déchirées rajoutaient encore à la provocation de ses cuisses embourbées dans l'eau croupie d'une rizière, cette silvana aux aiselles procatrices, fantasme de plus d'un cinéphile. On peut ce demander s'il y avait une part de la véritable silvana dans cette bourgeoise (mangano étant d'un milieu aisé, elle n'avait à priori rien avoir avec la silvana de riz amer) violamant attirée par la beauté des corps jeunes, comme une nostalgie de l'icone et du fantasme érotique qu'elle avait elle même été. Néanmoin contrairement à d'autre star elle ne cachera pas sa viellesse allant jusqu'a se raser la tête pour interpreter une révérente mère dans le dune de lynch en 1984 à 54 ans 5 ans avant sa mort. Une "grande dame" du cinéma italien certainement.
Mais pour le rapport entre silvana et monica quand à la séduction, elle sont à l'opposée l'une de l'autre, du moin si l'on prend riz amer et l'avventura. l'une est dans l'exubérance l'autre est dans la retenu. Quand à savoir laquelles des deux est la plus séduisante, c'est une autre question et ça dépend des gouts, mais pour ma part même si silvana c'est le sexe à l'état brut, je crois etre définitivement ensorcelé par le charme et les moues de monica.

Avatar de l’utilisateur
paul_mtl
je sais de quoi je parle
Messages : 962
Inscription : 9 juil. 05, 00:00
Localisation : avec ta soeur

Re: Retour sur silvana Mangano

Messagepar paul_mtl » 13 févr. 06, 23:30

Encore une tres belle envolée ! Bravo :D


erich oswald s' a écrit :Mais pour le rapport entre silvana et monica quand à la séduction, elle sont à l'opposée l'une de l'autre, du moin si l'on prend riz amer et l'avventura. l'une est dans l'exubérance l'autre est dans la retenu.

Oui opposée mais pas tant que ca.
L'exubérance ou la retenue est atteint suivant un contexte different pour ces 2 actrices italiennes si on regarde l'ensemble de leur carriere cinematographique.
La Mangano atteint l'exubérance plutôt quand elle est en colere et la Vitti plutôt quand elle est amoureuse (dans les comedies).
La Mangano a plutôt une forme de retenue (verbale) au moment de la séduction et M.Vitti quand elle n'aime plus ou quand elle est contrarié.
Elles representent toutes les deux la femme moderne et émancipée.

Elles ont joué ensemble juste dans un film: "Il Disco volante" (1964) avec Alberto Sordi.

Pour la comedie, j'ai une preference pour Monica Vitti mais pour le charme & la classe c'est plutot Sylvana Mangano. :wink:
Comedie italienne - Top 250
C'est pour satisfaire les sens qu'on fait l'amour ; et c'est pour l'essence qu'on fait la guerre - R.Devos
Shackleton, Casanova